Mille livres en tête

Mille livres en tête

Les ours mal léchés s'apprivoisent à Noël / Valentine STERGANN

Les ours mal léchés ....jpg
Les romances de Noël se suivent et ne se ressemblent pas. Et cette année, le niveau est vraiment très bon. Surtout après avoir lu le dernier roman de Valentine STERGANN sur lequel j'avais craqué lorsqu'il a été présenté en parution à venir.

 

Merci à  Celia et Hugo New Romance Poche pour l'envoi

de cette douceur hivernale

 

C'est en France que j'ai rencontré Irène dont le couple, qu'elle forme avec Edouard depuis 18 ans, traverse une crise existentielle sans précédent. Un amour qui s'étiole, une confiance qui s'éteint et un manque de communication flagrant ont raison de leur histoire. Même son travail, pour lequel elle n'est pas faite du tout, est loin d'arranger sa vie. Son seul rayon de soleil, c'est sa meilleure amie Leïla et quelle amie !

 

"Vous seule pouvez décider ce qui est bon pour vous dans la vie. Vivez l'instant présent, il ne se représente jamais"

 

Lorsqu'un chasseur d'héritiers vient sonner à sa porte, Irène y voit comme un signe du destin. Heureuse héritière d'une maison, à Charlestown, dans les Cornouailles, il ne lui faut pas longtemps pour s'envoler pour une nouvelle vie.

 

"Qui aurait pensé qu'Irene DESCHAMPS, 35 balais, fraîchement célibataire et froussarde professionnelle, aurait osé franchir ce cap ? Qui aurait imaginé qu'elle prendrait sa vie en main et partirait à l'aventure ? Pas moi, en tout cas !"

 

Mais elle est loin de s'imaginer ce qui l'attend à Charlestown : le meilleur comme le pire.

 

Le meilleur, ce sont des rencontres loufoques qui répondent aux noms de Jacob, adorable voisin septuagénaire et Zoey, pimpante jeune serveuse.

 

'Il est 13 h 00, et le type le plus canon de Charlestown se balade en pyjama à carreaux ? Mais dans quel patelin je viens d'atterrir, bon sang ?"

 

Le pire, ce pourrait bien être son nouveau voisin, Rudolph hermétique à toute relation sociale. Sa seule raison de vivre est son fils Quincy, 9 ans ½ qu'il élève seul depuis le décès de son épouse deux ans auparavant. Et la causette devant une tasse de thé ne fait pas partie de ses points forts. A moins que le contact de sa nouvelle voisine arrive à le dérider et à le faire sortir de sa caverne.

 

"Suis-je assez dingue pour signer un pacte avec le diable, même s'il à l'air d'un ange ?"

 

Toute une aventure qui commence pour chambouler pas mal d'existences dans ce petit port anglais.

 

Est-ce que, telle la magie de Noël, la French Touch et le charme d'Irène opèreront sur Rudolph ?

Saura-t-il enfin lâcher prise pour que le passé ne lui refuse plus le droit à un nouveau bonheur ?

 

C'est une des romances de Noël que j'attendais avec beaucoup d'impatience. Et pourtant, ce genre littéraire n'est pas forcément ma tasse de thé.

 

Alors, je vais commencer par la seule chose qui m'a chiffonnée mais qui n'a eu aucune incidence sur ma lecture : les premiers chapitres pour lesquels j'ai ressenti une certaine longueur et une petite lenteur. Ils sont certainement importants et nécessaires donc ça n'engage que moi. Parce qu'une fois dans l'avion avec Irène, cette petite gêne s'était envolée.

 

Et une fois le pied posé en terre anglaise, je me suis tout de suite sentie comme dans mon élément. Et j'ai eu beaucoup de mal à lâcher l'histoire pour vaquer aux choses essentielles.

 

La première rencontre avec Irène n'est pas des plus idylliques tant on la croise submergée par le stress et enfermée dans un quotidien peu réjouissant. Mais sitôt qu'elle foule le sol anglais, c'est une toute autre facette qu'elle nous offre ; comme si se trouver là était une évidence, un signe du destin.

 

Irène est un personnage pétillant, impulsif à la limite de l'effronterie parfois, plein d'entrain et avec une ouverture sur les autres extraordinaire. Elle se lie très facilement avec ses nouvelles rencontres, Jacob et Zoey qui ont le sens de l'accueil bien développé. Irène est un peu l'amie qu'on aimerait avoir dans sa vie.

 

"Je ne me trouve pas magnifique, mais je ne suis pas complètement moche. Acceptable peut-être. Cependant, face au canon de beauté qui roule des hanches en marchant, j'ai l'impression d'être un boudin sur l'étalage du boucher. Boudin blanc comme un cul, bien sûr !"

 

Face à l'accueil de Rudolph, elle n'est pas du genre à se laisser impressionner même si le premier contact est déroutant et peut la laisser sans voix. L'effet de surprise passé, elle a un beau sens de la répartie qui donne de sacrés moments d'échanges. Même quand elle pense, je n'ai pu m'empêcher de rire ou sourire.

 

"Je ne pensais pas que des parents pouvaient oser nommer leur enfant ainsi. C'est limite de la maltraitance, non ?"

 

Il faut dire que face à elle, Rudolph est un personnage des plus "délicieux". En ce qui le concerne, le titre est plus que bien choisi : un ours mal léché dans toute sa splendeur. Et j'adore !!!!! J'aurais pu le détester dès le départ mais au contraire, j'ai craqué. Et puis, forcément avec ce qu’il a traversé, je comprends ses réactions, ses peurs et ses appréhensions. Il offre à l'histoire de très belles joutes verbales, des emportements qui font plus sourire qu'ils impressionnent, qui enchaînent sur des réparties savoureuses à lire. S'il avait été différent, l'histoire aurait été autrement moins attrayante. Craquant et adorable !

 

"Il est beaucoup plus agréable à regarder quand il ne ressemble pas aux trolls des montagnes dans Harry Potter"

 

www.kizoa.plcollage_2020-11-01_17-00-19.jpg
Ce qui donne encore plus de charme à son personnage (en dehors de son physique), c'est son fils Quincy qui du haut de ses 9 ans ½ est un personnage à part entière. J'ai apprécié que l'auteure lui réserve une belle place dans l'histoire et surtout qu'elle en fasse un protagoniste attachant et de très belle qualité. Un petit garçon qui n'a pas froid aux yeux et qui mène son petit monde comme un grand. On le suit d'un bout à l'autre de cette aventure anglaise et l'histoire s'en trouve émotionnellement enrichie. Rudolph et lui sont le côté tendre de l'histoire alors qu'Irène est le côté plus léger et humoristique.

 

Cette histoire ne serait pas aussi attrayante et addictive sans les personnages secondaires. En tête, il y a forcément Jacob dit Jack, un septuagénaire qui sort du lot par sa façon d'être, sa manière de parler sans langue de bois, sa bonne humeur et qui maîtrise les scones comme personne. Ce petit gâteau est une institution à lui tout seul, grâce à lui, dans cette histoire. Merci pour ça Valentine !

 

« Le véritable chemin pour toucher le cœur d'un homme passe par son estomac"

 

Et il y a Leïla, l'amie restée en France donc intervenant moins, que j'ai beaucoup aimée pour ses belles réflexions sans filtres. Il y a des personnages, comme ça, qui marquent une histoire rien qu'en ouvrant la bouche.

 

"Tu déconnes ? Pas moyen que je mette ne serait-ce qu'un doigt de pied dans une eau aussi glaciale. La vieille aurait au moins pu te filer une maison secondaire  aux Baléares"

 

Et puis, il y a Zoey dont on ne peut pas ne pas parler. Même si elle a une plus petite place dans l'histoire, elle est belle et bien présente pour caractériser la fraîcheur, la légèreté, la pétillance et le soutien qui illustre l'amitié retrouvée Outre-Manche.

 

Dans cette très belle romance de Noël, l'auteure traite de thèmes forts tels que le deuil après la perte de l'être aimé, le désir de maternité, le temps qui passe et contre lequel nul ne peut lutter, les secondes chances de reconstruction qui sont toujours possibles, les liens familiaux, l'amitié, etc...

 

Elle leur associe des scènes tendres ou poignantes, magiques, cocasses et parfois hilarantes et réellement bien imaginées et mises en scène. Et le tout aboutit à un très bel ensemble où cohérence et plume de qualité sont les grands vainqueurs.

 

Si on met de côté le fait que ça se passe en fin d'année et que c'est écrit d'un unique point de vue, c'est typiquement le style d'histoire qui, pour moi, respecte tous les codes du romantisme qui me fait rêver, qui me fait vibrer et dans lequel j'aimerais entrer avec délice. Oups, je ne devrais pas dire ça mais je l'assume car, les années passant, mon âme de romantique ne s'est pas envolée.

 

Pour tout ce que ce roman m'a apporté, je ne peux que vous le conseiller comme lecture de cette fin d'année car au-delà de la sublime couverture toute en simplicité mais qui fait son effet, cette histoire est belle et bien une romance de Noël où la magie (pas que de Noël !) est au rendez-vous pour toute romantique qui se respecte et le revendique.



01/11/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres