Mille livres en tête

Mille livres en tête

T'as qu'à maigrir - T.2 / Mo GADARR

www.kizoa.plcollage_2020-09-22_16-15-20.jpg
Comment poser mon ressenti dans une chronique qui se montrerait à sa hauteur et à la hauteur de ce 2nd tome de la nouvelle saga de Mo Gadarr. Aucune idée ! Étant donné que je viens juste de refermer ce nouveau chapitre de l'histoire de Slim et Ulrich, je me lance à chaud. En n'omettant pas de remercier Mo Gadarr pour cette confiance qu'elle m'a accordée une nouvelle fois et qui me ravie à chaque fois.

 

Pour les personnes qui ont lu le 1er tome, et qui suivent l'auteure,  elles savent que ce 2nd tome est du point de vue d'Ulrich, le coach sexy. Et la méprise inévitable serait de se dire "ça ne m'intéresse pas ; c'est une redite du T1 au masculin". Mais ne jugeons pas quelque chose dont on ignore tout. Car c'est effectivement un des sujets - bien qu'il n'y ait pas que celui-là - de ce 2nd tome : juger sans savoir. Et un sujet entretenu par notre société qui, dès lors qu'il y a une différence, pense avoir la science infuse et la réponse à tout, concernant tout le monde.

 

Alors c'est vrai que l'auteure s'est servie de la base de son 1er tome, que des scènes sont forcément relues mais elle a vraiment développée une histoire bien distincte puisqu'elle nous emmène à la découverte émotionnelle d'Ulrich, qui était assez secret lors de la 1ère rencontre. Et je suis prête à parier que très peu de lectrices pourraient devenir son contenu. Et pourtant, j'en ai fait des hypothèses ; je n'ai rien vu venir.

 

Etant donné que c'est un 2nd tome, je ne vais rien vous dévoiler de l'histoire pour ne pas risquer de spoiler le T1, ni celui-ci ; juste partager le résumé de l'auteure.

 

"Challenge n°2 - (Se) dépasser

Ulrich a toujours tout fait pour ne pas laisser ses souffrances passées perturber son équilibre. C'est la raison pour laquelle il est à la fois nutritionniste et coach sportif. L'obésité, c'est comme le désordre : il l'a en horreur. Il s'est promis de toujours tout faire pour l'éviter et s'en tenir éloigné.

 

Mais voilà que se ramène cette femme à la grande gueule, au caractère bien trempé, mais qui surtout ne ressemble en rien à ses conquêtes habituelles. Elle représente vraiment tout ce qu'il ne supporte pas, tout ce qui le terrifie car sa simple présence le replonge dans ce qu'il y a eu de plus noir dans son existence. Pourtant cette Slim l'attire, même si ça, il n'est pas question qu'elle le sache !

 

Que peut-il bien se passer dans la tête de l'énigmatique Ulrich Kotits ?

Est-il l'être sans cœur que tout le monde s'imagine ?"

 

Tout a commencé par le titre du 1er chapitre : Without fat 8594. Et ce n'était qu'un début car chaque titre de chapitre a fait carburer mes méninges pour connaître la signification des chiffres qui allaient en grandissant. Et ça a duré un bout de temps. Mais bien avant d’en connaître la signification, l’auteure m’a vraiment transportée dans cet univers narré par le beau coach de chez Commando Gunter.

 

J’ai revécu l’histoire précédemment lue mais d’une toute autre manière. Dire que c’est la même chose c’est abuser. Je pars du principe que dès lors que l’auteure me fait voir l’histoire sous un autre angle et avec d’autres données jusqu’alors non dévoilées, c’est une nouvelle histoire qui s’ouvre à moi. Et quel plaisir de relire et revivre certaines scènes. J’aimerais qu’on m’explique la différence entre ce choix qu’a fait l’auteur et celui d’une lectrice qui va relire 3 ou 4 fois un même livre ; je ne vois pas ce qu’il y aurait de critiquable dans l’un ou l’autre cas.

 

La différence c’est que dans une relecture, rien ne change. Vous aurez beau relire ; pas un mot, pas une virgule ne seront différents. Alors que dans « T’as qu’à maigrir 2 », l’histoire de base est conservée mais la trame est totalement différente.

 

On ne savait pas grand-chose d’Ulrich mais là c’est vraiment une plongée que l’on fait au cœur de son histoire, de ses pensées, de ses ressentis, de ses blessures, de ses tocs et rituels et de ses démons. Et je trouve que, malgré quelques petites longueurs d’usage et quelques petites fautes qui m’ont laissée songeuse, la découverte est plus que réussie.

 

www.kizoa.plcollage_2020-09-22_18-23-49.jpg
Du fait que l’on a seulement le point de vue d’Ulrich et que ça change forcément la donne, l’auteure a su donner un souffle différent en incluant de manière plus importante des personnages qui étaient très secondaires dans le T1 et en faisant disparaître certains autres, en insérant des scènes totalement inédites que l’on a plaisir à découvrir et à inclure à l’histoire précédente, en nous faisant rencontrer des personnages nouveaux et de très belle qualité parfois et en soulevant des sujets qui découlent de tout cet ensemble parfaitement construit et écrit.

 

« S’il t’arrivait quelque chose, Slim, jamais je ne me le pardonnerais car… »

 

Ce qu’il est important de souligner, c’est le changement de ton dans ce roman. Du fait qu’Ulrich soit entouré d’une sacrée part de mystère, habité par des démons qu’on n’arrive pas à nommer et que la présence de Slim est différemment perçue, je trouve que nous ne sommes plus dans cette notion de feel good que j’avais pu ressentir  dans le 1er tome. Du fait d’un climat plus sensible, je n’ai pas vraiment retrouvé de situations cocasses ou de joutes verbales piquantes et attrayantes qui m’avaient fait rire et sourire. C’est vraiment un tome de transition vers le 3ème tome, pour avoir tous les tenants et les aboutissants des histoires de nos deux protagonistes.  

 

C’est Ulrich, l’homme torturé et Ulrich, le petit garçon si attachant, que nous accompagnons au fil des pages. On redécouvre celui qu’on a pu détester dans le 1er tome pour le voir évoluer vers l’homme qui a peur que l’histoire du petit garçon, qu’il a été, se répète et qui n’a de cesse que de vouloir se protéger et protéger celle qui représente tout ce qu’il fuit. Mais pour laquelle des sentiments confus vont naître, se développer et faire disparaître toutes les bonnes résolutions qu’il avait pu prendre et respecter jusqu’à ce qu’elle entre dans sa vie. Et donc perturber son équilibre émotionnel déjà mis à mal.

 

« Les moqueries, j’en dis beaucoup mais j’ai pourtant du mal à en entendre chez les autres »

 

C’est dans un cheminement long et parfois douloureux – voire très douloureux – que la lecture évolue comme pour nous envoyer des messages forts et tellement nécessaires sur des sujets réels et oh combien sérieux. Alors oui, il y a beaucoup d’hésitation, de pas en avant puis de pas en arrière, de résignation à laquelle on a envie de réagir bien entendu mais il y a des moments tellement touchants, sincères et tendres qu’on pourrait en oublier le reste. Il ne faut pas retenir que les aspects négatifs que certain(e) détestent ; il faut voir l’histoire dans sa globalité car c’est que je fais toujours.

 

« Dis-toi que cette femme entre dans les critères que ton cœur a choisis pour toi, il y a déjà longtemps. Les choses changent et les gens encore plus. Peut-être que tu as changé »

 

Dans ce tome, l’auteure a bien développé le sujet de base qu’est l’obésité. Alors attention, une nouvelle fois : elle ne pose pas en donneuse de leçon ou en coach minceur. Elle développe ce sujet qui est, ne l’oublions pas, le cœur du métier d’Ulrich. Et qui est aussi la clé à beaucoup de questions restées sans réponse dans le 1er tome. Il est traité de manière totalement différente et c’est ce qui apporte encore plus d’intérêt et de force à notre perception en la matière. Ca permet de poser un regard différent sur nos comportements, nos paroles, notre vision sur beaucoup du sujets qui souvent méritent juste qu’on reste à notre place, tout simplement. Seulement se dire : « et si ça m’arrivait à moi aussi ! ».

 

« L’obésité, il faut éviter qu’elle arrive sinon c’est un combat sans relâche pour la vie »

 

Au final de cette lecture, il en ressort que la dureté parfois ressentie du 1er tome laisse la place à la sensibilité du 2nd. Que la qualité du texte est toujours bien présente – malgré quelques petites coquilles -  mais d’intensité différente. Et que contrairement à ce que dit l’adage, « la première impression n’est pas forcément toujours la bonne ».

 

C’est sur un nouveau beau coup de  que j’ai terminé cette lecture qui m’a plus qu’agréablement surprise. Je serais même tentée de dire que je l’ai encore plus aimé que le 1er car il est plus profond en sentiments, plus touchant dès lors que le thème de l’enfance et de la famille est abordé d'une certaine manière, qu’il permet de se faire une idée de l’histoire globale en toute objectivité et qu’il m’a permis de voir Ulrich d’un autre œil, plus indulgent et plus attendri. Juste un petit regret : un personnage appartenant au passé est évoqué mais aucune explication n’est développée. Peut-être que la lumière sera faite dans le tome final ? Je l’espère.

 

J’ai vraiment hâte d’assister aux retrouvailles d’Ulrich et Slim dans le 3ème et dernier tome qui paraîtra d’ici à la fin de l’année et qui nous offre déjà une couverture encore plus belle que les précédentes. Si son contenu évolue dans le même sens, ça nous promet un final de haute qualité et fort en émotions. Alors je serai au rendez-vous bien entendu car, sans nul doute possible, « JeSuisUlrich » !



22/09/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres