Mille livres en tête

Mille livres en tête

C


Cadeau surprise & Père Noël en slip / Flora ARMONIE

Cadeau surprise & Père Noël en slip.png
Quel étrange avis que celui que je suis en train de rédiger ! Ce n’est pas un Service Presse et pourtant ce n’est pas non plus un roman déjà disponible. Mais qu’est-ce que ça peut bien être ?

 

Mon 1er : c’est une auteure auto-éditée qui a publié majoritairement seule

 

Mon 2nd : elle vit dans le Sud et pour qui suit les réseaux sociaux, elle fait partie de la Team Bam Bam

 

Mon 3ème : tous ses romans ont une bonne place dans ma bibliothèque

 

Mon tout : c’est Flora ARMONIE et sa romance de Noël à paraître le 7/11/2022

« Cadeau surprise & Père Noël en slip »

 

Ce qui est surprenant, c’est que cette lecture ne se classe pas non plus dans le cadre d’une bêta et pourtant j’ai eu l’immense plaisir de pouvoir la lire alors qu’elle était déjà bien construite et en cours de mise en beauté. Et quelle expérience ! Ce n’est pas un secret pour qui m’a suivie pendant plusieurs mois : j’adore cette auteure et sa plume Et je suis fière d’avoir pu vivre cette dinguerie. Même si le risque zéro n’existe nulle part, merci Flora pour ta confiance envers ce nouveau-né qui vient agrandir ta famille livresque.

 

Alors bien sûr, je ne vais pas parler de l’expérience par elle-même puisque je tiens à garder tout ça pour moi. Mais c’est bien mon ressenti sur l’histoire par elle-même que je vais partager avec vous. Puisque là, on est une fois encore dans la plus pure Flora’s touch que ses fidèles lectrices retrouveront avec plaisir.

 

C’est dans un monde professionnel grandement masculin qu’évolue l’héroïne Rhéane que l’on va accompagner tout au long de ces quasi 250 pages, puisqu’elle est capitaine dans une caserne de sapeurs-pompiers à Toulon. Femme de poigne dans son boulot, c’est sur 4 mamies vivant dans une résidence pour séniors (dont sa grand-mère Mamata) qu’elle peut compter pour ne pas tomber dans la morosité une fois sortie de son cadre professionnel.

 

C’est à l’occasion d’une soirée organisée à la résidence que Rhéane va faire la connaissance de Nao, un intervenant, sexy et terriblement irrésistible. Ce qui doit arriver arrive mais pour la jeune femme ce n’est qu’une parenthèse dans un quotidien où il n’y a pas de place pour un homme. Dévouée à son métier, il n’y a de place pour rien d’autre. Malgré la promesse de ne pas chercher à se revoir, c’est le destin qui va décider de jouer les entremetteurs et qui va réserver une suite à laquelle personne ne pouvait s’attendre. Bienvenue dans une romance pas comme les autres !

 

Avant de déserter cette soirée et de quitter mon tabouret, je me tourne pour vérifier une dernière fois si une de mes mamies va débarquer, mais c'est un type magnifique qui s'approche de moi. On dirait qu'il sort tout droit d'une pub pour hommes.

 

Il est grand, avec de larges épaules, des yeux en amandes, une mâchoire ciselée, des cheveux foncés qui sont désordonnés. Ses yeux ne me quittent pas, et quand il s'installe à sur le tabouret, je reste silencieuse. C'est moi ou un homme à couper le souffle vient de s'asseoir à mes côtés ?

 

Quel moment passé avec cette histoire très atypique dans la manière dont l’auteure l’a construite ! On est vraiment très loin des schémas et clichés classiques des romances de Noël qu’on a l’habitude de lire. Alors de premier abord c’est très surprenant mais une fois l’histoire terminée je me suis dit « ça ne pouvait pas être écrit autrement ».

 

Alors c’est vrai que j’ai lu ce roman de manière un peu particulière et pour le coup j’ai vraiment eu le temps d’en apprécier les moindres détails et surtout de me l’approprier. Le résumé et la couverture m’avaient déjà grandement séduite ; le contenu a fait le reste.

 

J’ai adoré l’idée de ce personnage féminin qui a trouvé sa place dans un monde que l’on pense trop souvent, et peut-être à tort, essentiellement masculin. A travers Rhéane et la position qu’elle occupe, Flora a su montrer que les femmes ont toute leur place dans ce monde qui a pour vocation de sauver les autres. Elle a su en faire un personnage qui ne se laisse rien conter et qui sait faire face à toutes les situations pour lesquelles sa caserne peut être appelée.

 

— Capitaine, j’ai fini de nettoyer le camion.

 

— Vous êtes venu me prévenir pour que je vous donne quoi ? Une médaille ? Encore une erreur et vous ne conduisez plus l’engin pendant un mois. C’est compris ? 

 

Sauf qu’une fois sortie de son élément professionnel, Rhéane redevient une jeune femme indépendante certes mais qui n’est peut-être pas aussi bien armée et préparée pour gérer des imprévus personnels. Et quand un imprévu de taille s’invite dans l’histoire, la prise de décision ne dépend que d’elle et elle seule et la manœuvre émotionnelle et sentimentale qui l’attend ne relève d’aucun entraînement préalable. Et quand elle a à ses côtés un quatuor de mamies un peu déjantées et beaucoup loufoques, ça laisse présager une histoire haute en mots et répliques comme Flora sait si bien les manier.

 

Effectivement, comment ne pas s’attacher à ces 4 mamies, Linda – alias Mamata, Paulette, Ninon et Gisèle, octogénaires qui ont chacune gardé une âme de jeune fille. Avec elles aucun détournement de mots : un pénis est un pénis ! Qu’est-ce que j’ai pu rire à chacun des passages qu’elles agrémentaient avec tellement de bonne humeur et de drôlerie ! C’est justement dans ce genre d’écrits que l’on retrouve bien là l’humour et la légèreté qui caractérisent l’auteure.

 

 — C’était probablement un malaise vagal, nous informe Édouard.

 — Je dirai plus… un malaise…

 — Ne dis pas un mot de plus !

Je la menace, sachant très bien ce qu’elle va sortir.

 — Vaginal !

 

 Et voilà que toute la pièce explose de rire.

 J’ai cru perdre le seul membre de ma famille, et elle fait une blague douteuse à peine éveillée.

 

— Tu me fatigues ! Je me suis fait un sang d’encre !

 — Oh ne t’inquiète pas, ce n’est pas un beau jeune homme… qui va me faire passer l’arme à gauche. Je suis aussi fraîche qu’une jeune de quarante

Cadeau surprise & Père Noël en slip (1).png

 

 ans.

 

Auxquels Flora a su ajouter la douceur qui accompagne cette histoire qui permet bien de la classer en romance puisque romance il y a effectivement. Alors, soyons clairs, la construction est, là aussi, très atypique puisqu’elle n’est pas amenée comme on a l’habitude de lire. Et c’est ça que j’ai vraiment apprécié dans ce roman puisque l’auteure nous emmène dans quelque chose de différent et d’étonnant, que l’on veut découvrir un peu plus au fil des pages qui se tournent pour justement voir comment tout va prendre forme.

 

 

Qui dit romance, dit obligatoirement un second personnage ! Celui par qui tout va arriver c’est le beau Nao qui a promis de ne pas chercher à revoir Rhéane. Je ne vous dirais rien sur lui puisque ce serait spoiler une bonne partie de l’histoire mais je peux juste vous assurer qu’il est terriblement craquant. Les traits de caractère et tout ce que l’auteure a construit autour de lui sont très bien imaginés et développés tout au long du roman. Il est impossible de ne pas craquer pour lui et pour tout ce qu’il représente. Je suis sûre que les lectrices vont l’adorer !

 

"Les plans qu'on se fait dans la tête tombent très souvent à l'eau. Il est préférable de ne pas s'accrocher à ce genre de barrière qui nous empêche de voir plus loin et de vivre le moment présent" 

 

Dans cette romance, l’auteure a inséré une idée très originale et lorsque j’ai découvert ça, j’ai trouvé le concept génial. Personnellement, je ne l’ai rencontré dans aucune autre

 romance donc très heureuse de rencontrer ce genre d’originalité dans un des romans de Flora. Mais là, je ne vous en dirais pas plus non plus, bien entendu…

Tout dans ce roman est fait pour nous faire passer un excellent moment de lecture et de détente : l’idéal pour se vider l’esprit. La signature à laquelle nous a habitués Flora est encore une fois bien présente dans cette histoire dans laquelle on retrouve tous les ingrédients qu’il faut pour en faire un texte touchant et drôle. Ajouté à cela le fait qu’elle a trouvé le juste dosage entre la partie professionnelle et la partie personnelle des personnages, pour que son histoire soit parfaitement équilibrée.

 

L’auteure nous régale avec des répliques dont elle seule a le secret, avec des petits détails auxquels on ne s’attendrait pas forcément, avec des personnages uniques tant dans les principaux que dans les secondaires et avec juste ce qu’il faut de références « noëlesques » qui permettent de respecter les codes de Noël et d’insuffler un peu de la si renommée magie de Noël.

 

J’avoue que je n’avais pas prévu de faire de chronique sur ce roman avant de l’avoir relu dans son intégralité mais je n’ai trouvé aucun argument valable pour attendre et la rédiger. Parce qu’une fois encore, Flora ARMONIE a su me faire rentrer dans son univers un peu déjanté, beaucoup surprenant, follement atypique et passionnément addictif. Je ne peux que vous conseiller de vous procurer ce roman qui sortira, pour rappel, le 7/11/2022, pour agrandir, avec une valeur sûre, votre bibliothèque de romances de Noël. Alors, très bonne lecture !


01/11/2022
0 Poster un commentaire

Cio amore / Emilie MAY & Emilie PARIZOT

1.pngDes nouveautés estivales s’invitent chez Hugo Roman dans la catégorie New Romance à intercaler entre deux lectures classiques.

 

Petit format pour grand plaisir, c’est ce qu’offre Hugo New Romance à ses lectrices. Parce qu’effectivement, ce plaisir est doublement plus appréciable car disponible gratuitement pour prolonger la découverte de plumes, associées pour l’occasion en binôme, déjà bien connues au sein de cette maison d’édition qu’on ne présente plus.

 

Et c’est avec CIO AMORE sous les deux très jolies plumes d’Emilie PARIZOT & Emilie MAY que j’ai attaqué la lecture de ces nouvelles et que je suis partie à Capri, accompagnée Deva qui s’y trouve pour quelques jours. Flânerie et dégustation de glaces, tel est son programme. Sauf lorsque celui-ci est perturbé par un indélicat et séduisant italien, Camillo, qui lui n’est pas là pour le plaisir mais pour affaires ; donc pressé. Une simple bousculade qui pourrait bien renverser plus qu’une simple glace double nocciolata avec supplément chantilly et pralines. Bienvenue en Italie !

 

Malgré un format très court, puisque Cia Amore est une nouvelle, j’ai adoré cette histoire vraiment estivale qui sent bon les vacances et qui nous emmène dans un dépaysement total. C’est frais, c’est léger et surtout ça se lit en très peu de temps et permet ainsi de faire une jolie coupure avec les formats habituels.

 

Lorsqu’on découvre Deva, devant un glacier italien, on sait tout de suite qu’on va avoir affaire à une jeune femme avec un caractère bien affirmé mais qui, depuis un mois, enchaîne les déconvenues personnelles et professionnelles.  Et le geste malheureux de Camillo ne va pas arranger les choses puisque la jeune femme ne va rien lâcher pour avoir le dernier mot.

 

« Dommage pour lui qu’il m’ait plaquée il y a un mois car, je cite, « vivre avec quelqu’un qui est toujours en déplacement, c’est finalement trop compliqué ». Coucher avec la nouvelle voisine était apparemment nettement plus simple. Quoique… Monsieur a regretté dans la foulée. Avant de s’afficher officiellement en couple avec elle ce matin sur Facebook. Qu’il crève »

2.png
Deva est un personnage vraiment déterminé avec une imagination débordante et c’est super agréable à lire. Je n’ai eu aucun mal à imaginer la scène notamment du glacier et cette manière qu’elle a de s’agacer. Pareil pour d’autres nombreux passages. Et le fait qu’elle profite d’un quiproquo linguistique ajoute encore plus de légèreté à l’ensemble.

 

Et face à elle, Camillo est parfait dans le rôle que les auteures lui ont attribué, celui qui ne va pas se laisser impressionner par cette jeune femme très attirante, mais qui ne va pas rester insensible. Il a un petit côté taquin, très agréable et terriblement séduisant, qui l’accompagne dans les échanges avec Deva qui vont être alimentés par des répliques drôles et efficaces pour nous faire rire à de nombreuses reprises.

 

« J’ai trop la poisse ces temps-ci et, si je le poursuis, je serais capable de me faire écraser par un bus. Alors, je me contente de suivre ce goujat du regard en espérant que, sur un malentendu, ce soit lui qui passe sous un bus. Ou qu’une mouette défèque sur ses cheveux bien coiffés. N’importe quoi tant que j’ai l’impression qu’un minimum de justice est rendu »

 

Bien sûr il y a une romance simple mais efficace elle aussi, sur laquelle il est difficile de donner un avis construit vu le format de l’histoire qui est vraiment court. Malgré tout, elle fait son petit effet et je l’ai vraiment appréciée ; d’autant plus avec une telle fin que je n’avais pas du tout vu venir et qui m’a ravie bien entendu.

 

Format court pour un effet maximum qui est vraiment agréable de temps en temps. Après, il est clair qu’une nouvelle ne s’apprécie pas de la même manière qu’un roman de plus de 300 pages mais les deux Emilie, pour ce qui me concerne, ont parfaitement réussi le pari de cette petite parenthèse livresque dans leur parcours respectif. J’ai aimé les lire séparément ; il en a été de même lors ce duo familial. Bravo mesdames pour ce joli coup de cœur que je n’ai aucun mal à vous attribuer.


12/08/2022
0 Poster un commentaire

Ca reste entre nous / Emilie PARIZOT

1.png
Vous pensiez connaître Emilie PARIZOT ? Et bien laissez-moi vous dire que c’est impossible de deviner le démon qui se cache sous ces airs angéliques. Impossible ! Oublions « Meilleurs vœux et va au diable » et « A notre dernier rendez-vous » et concentrons-nous sur cette romance avec laquelle Emilie fait ses premiers pas en auto-édition. « Ça reste entre nous », malheureusement je ne peux pas attendre plus longtemps pour vous en parler. Et ça tombe bien, il sort aujourd’hui même ! Merci infiniment Emilie pour ta confiance dans cette aventure ! 

 

Pour le résumé, c'est par ici

 

 

« Ça reste entre nous », c’est bien plus qu’une romance ! C'est l'histoire d'un coup de foudre... et là je vous parle de celui que j'ai eu pour le dernier né d'Emilie PARIZOT qui la plonge dans le grand bain de l'auto-édition. Et si elle m’a retourné le cerveau telle une machine en mode essorage à 1600 Tours, cette histoire est juste géniale car surprenante mais surtout très audacieuse. Bravo Emilie !


Je suis la première à le reconnaître : lorsqu'il y a une intrigue dans une histoire, je la vois rarement venir. Et là, clairement, ça risquait encore moins d'arriver. Même avec le recul de quelques jours, je suis scotchée ! Pour dire, une telle réaction ne m’était pas arrivée depuis le roman d’une autre auteure que j’affectionne et qui m’avait elle aussi décontenancée.


J'ai adhéré immédiatement à l'histoire d'Alba, jeune ophtalmologiste ayant quitté Boston, il y a 3 ans, pour s'installer à Chatham, petite ville du Cap Cod dans l'Est Américain. Une déconvenue avec son propriétaire l'oblige à chercher désespérément un nouveau logement avant de se retrouver à la rue. Lorsqu'elle trouve la maison de ses rêves, qui semble abandonnée, elle est prête à tout pour l'avoir. Vraiment à tout, même à accepter de payer le prix fort et en plus, à faire un compromis avec l'actuel propriétaire, un peu solitaire mais tellement sexy, Daniel LYNCH dit Daly, sculpteur talentueux mais en panne d'inspiration et dans une situation financière qui n’arrange pas sa créativité. Et si vendre était la solution à tous ses problèmes ? Ce qui s’annonce comme l’opération de la dernière chance sera peut-être bénéfique pour lui, pour voir aboutir ses rêves, mais qu’en sera-t-il pour Alba ?

 

"Chatham est mon plan A depuis toujours et hors de question que j'envisage un plan B. Je ne supporte pas l'échec"

 

Je dois reconnaître que je n’ai eu aucun mal à me plonger dans cette romance puisque j’avais pu découvrir les premiers chapitres grâce à la Newsletter d’Emilie à laquelle je suis abonnée. Et lorsqu’elle m’a proposé ce titre en partenariat, j’ai de suite arrêté de lire les chapitres envoyés pour me réserver la surprise et surtout le bonheur de lire cette histoire d’un seul bloc. Et quelle surprise !

 

J’ai été très étonnée de la facilité avec laquelle je me suis projetée dans l’ambiance du livre, dans cet endroit qui m’est totalement inconnu. Je ne saurais expliquer l’évidence à me retrouver à cet endroit mais surtout à m’y sentir bien. Autant quand il s’agit d’Alba que de Daly. Peut-être l’océan qui est à proximité et qui a ce côté apaisant ! Bref…

 

Dans ce roman, j’ai pu retrouver avec un immense plaisir la plume d’Emilie qui est simple, sans fioriture, fidèle à celle que je connaissais déjà et pourtant très assurée et accessible à n’importe quel lectorat. Elle a cette capacité à faire passer les émotions, de quelque nature que ce soit, avec une facilité déconcertante. Elle sait nous attendrir, nous faire rire et surtout nous happer dans son histoire en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Sacré exercice !

 

3.png
Dans cette histoire, j’ai adoré les personnages d’Alba et de Daly, tellement opposés. Elle avec son petit air BCBG, un peu hautaine, toujours dans la retenue, incapable de laisser tomber les barrières et avec une jauge d’assurance au maximum. Et lui, ce petit côté nonchalant sous une âme d’artiste, qui sait profiter de la situation et n’hésite pas à en jouer pour faire sortir Alba de sa zone de confort. Ça donne souvent lieu à de belles répliques, de délicieuses joutes verbales dont je suis assez friande, il faut le reconnaître et je me suis régalée. Concernant Daly, j’ai été émue par ce passé fort qui se dévoile et qui nous le montre bien différent de ce qu’il apparaît dans le regard d’Alba, au premier abord.

 

« Cet homme est le nuage dans mon ciel bleu. Non pire, la tâche de moisi sur ma clémentine »

 

Comme dans toute bonne romance, il y a une part d’intrigue qui donne plus de force à l’ensemble et là, Emilie a fait sacrément fort. Il est impossible de parler de l’histoire en détail car Miss PARIZOT nous a concocté plusieurs petites choses dont un retournement de situation mais aussi de cerveau. Là où tout son talent réside, c’est qu’on sent assez tôt qu’il y a un truc sans jamais pouvoir l’identifier, ni l’expliquer. Et c’est extrêmement frustrant. Jusqu’à ce qu’elle nous assène le « coup fatal ». Non mais sérieux Emilie !

 

« Je me sens dépassé. Je croise les bras sur ma poitrine, attendant, je ne sais pas, des explications »

 

Et je suis obligée d’accorder à Emilie qu’elle a sacrément bien ficelé tout ce travail qui a dû lui demander pas mal de recherches pour aboutir à un résultat si réaliste. Et j’ai été, pour le coup, plus qu’agréablement surprise de m’être laissée prendre au piège d’un tel scénario.

 

Ce que j’ai vraiment apprécié lors de cette lecture, c’est l’image de la femme qui est révélée au travers du regard de Daly et la place qu’il lui fait au travers de sa passion. Il y a comme de très beaux messages, tel un hommage qui est très joliment amené et une très belle illustration, de manière assez poétique, du droit des femmes à l’imperfection.

 

Enfin, j’ai adoré la romance qui se profile, la manière dont elle se dessine, les zones d’ombres assez énigmatiques qui s’invitent parfois et qui apportent une toute autre dimension. Franchement, bravo car je suis convaincue mais à un point qui n’est même pas quantifiable.

 

« J’aimerais savoir pourquoi elle est aussi froide au premier abord. Aussi susceptible. Elle a pourtant tant de charme quand un sourire naît au coin de ses lèvres, que ses yeux laissent passer une émotion ou que sa tête se relève quand elle rit. C’est toujours ainsi qu’elle devrait être »

 

Ce type d’écrit est assez complexe lorsqu’il s’agit de donner son avis. L’immense coup de cœur est là et bien là mais il est impossible d’en dire trop. Mais une chose est sûre c’est qu’il faut lire cette histoire surprenante, déstabilisante et terriblement prenante. Il ne m’a fallu que quelques heures, sans pouvoir en décoller, pour l’apprécier plus que la normale. C’est dire si elle a failli me rendre dingue !

 

Il s’agissait d’un Service Presse numérique mais je sais, d’ores et déjà, que le format papier rejoindra ma bibliothèque des auteures auto-éditées qui commencent à se faire une jolie place sur mes étagères. Et que vous connaissiez ou non Emilie PARIZOT, je peux vous certifier que c’est une valeur sûre qui a déjà prouvé sa qualité d’auteure de romance et qui confirme, avec ce roman, qu’elle a tout pour devenir encore plus grande. Alors ne réfléchissez pas plus longtemps et foncez. Et surtout ça ne doit pas rester entre nous ! Je vous souhaite une très belle lecture en compagnie d’Alba et de Daly.


26/04/2022
1 Poster un commentaire

Crushed hearts - T.3 : Gagner ta confiance / Anna KATMORE

1.png
C'est avec une certaine impatience que j'attendais la fin de cette romance M/M découverte il y a quelques semaines grâce aux Éditions Cyplog que je remercie à nouveau pour l'envoi de cette trilogie.

Pour le résumé, c'est par ici


Après la fin du 2nd tome qui m'avait laissée dans un état de frustration bien légitime, on retrouve Raffael en pleine tourmente émotionnelle qui par peur du jugement voire de représailles, préfère reconsidérer son histoire avec Sebastian plutôt que d'assumer ce qu'il est au fond de lui et surtout ce que son cœur veut.

 

"Je n'ai pas besoin d'être avec quelqu'un. Je peux rester seul. Beaucoup de gens vivent comme ça"

C'est un chemin semé d'embûches et de doutes qui attend ces deux personnages auxquels je m'étais bien attachée précédemment.

Alors autant dire que même si j'ai parfaitement compris les raisons de Raffael, j'ai eu un peu de mal avec ses réactions et son comportement. Pendant une bonne partie de l'histoire, il m'a agacé au plus haut point. Sur un si petit format, j'ai du coup eu une sensation de longueurs, comme si l'histoire tournait en rond. Et ça a un peu fait retomber l'engouement que j'avais pu avoir notamment pour le 2nd tome.

 

"Je l'aimerai toujours. Mais je ne dois pas l'aimer"


Ce que j'ai aimé c'est la persévérance de Sebastian pour amener l'autre vers l'acceptation de soi, quoi qu'en pense la société et les bonnes mœurs. Il est clairement le personnage avec une force de caractère incroyable, qui s'assume mais qui n'en n'est pas pour autant insensible face à une situation bloquée par les craintes de Raphaël.

 

"En ce moment, je renoncerais à tout pour toi"


Et puis comment ne pas évoquer une certaine adorable fillette et sa maman que j'ai tant aimé retrouver. Forcément, pour qui connaît la lectrice que je suis, dès qu'il y a un enfant dans l'histoire, je suis la plus heureuse.


Ce 3ème et dernier tome de la saga "Crushed Hearts" se veut dans la parfaite continuité des deux précédents, tant dans l'écriture fidèle de l'auteure que dans le contenu. Et même si j'ai un peu moins apprécié le personnage de Raffael, j'ai malgré retrouvé ce qui m'avait tant plu précédemment : la douceur et la sincérité des sentiments.

 

« Tu cherches juste des excuses pour t’enfuir. Parce que tu as peur, toi, de m’embrasser, et que ça puisse compter pour toi »


Cette histoire dans sa globalité est tout de même pleine d'émotions et on ne peut que s'attacher à ces personnages touchants qui veulent seulement avoir droit au bonheur qu'ils méritent, même si celui-ci n'est pas conforme à ce que certaines âmes bien pensantes prônent.


Vu le contexte, il y a bien évidemment, dans cette trilogie, de très beaux messages et de très belles valeurs mises en lumière telle que la tolérance et le respect de l'autre dans ses choix et orientations.


Et malgré un avis un peu mitigé sur une partie de ce dernier tome, cette histoire n'en est pas moins une très belle découverte dans l'univers M/M.


Je pense que si cette histoire avait pu être éditée sous forme de one shot, ça m'aurait peut-être plus convenu ; moi qui ne suis pas spécialement lectrice de sagas, ça peut parfois changer la donne. Ou peut-être aurais-je dû lire les 3 tomes à la suite pour m’approprier l’histoire autrement. Je ne sais pas trop malheureusement.


Il n'empêche que je recommande vivement cette saga pour qui aime déjà le genre ou pour qui souhaite s'y initier. C'est une très belle base qui permet de débuter tout en douceur. Alors, très belle lecture !


03/04/2022
0 Poster un commentaire

Crushed hearts - T.1 : Défier les règles & T.2 : Dépasser mes limites / Anna KATMORE

1.png
La romance M/M ne m'est pas inconnue mais elle ne fait pas légion non plus dans ma bibliothèque. Surtout par manque de temps. Et pourtant, j'en ai déjà lu et c'est un univers qui me plaît assez puisque j'y trouve des ressentis différents de la romance M/F.

En prévision de la sortie du T.3 de Crushed Hearts de Anna KATMORE, fin février chez les Editions Cyplog, j'ai choisi de découvrir cette saga et ses 2 premiers tomes – Défier  les règles & Dépasser mes limites - grâce à mon partenariat 2022 avec la maison d'édition que je remercie pour l'envoi.

 

Pour le résumé, c'est par ici


Et autant dire que j'ai été un peu malmenée, comme poussée bien au-delà de ma zone de confort solidement installée, au même titre que l'un des deux personnages principaux, Raffael.


Raffael, 23 ans, jeune étudiant en architecture à Londres, est totalement indépendant financièrement à la suite du décès de sa grand-mère en Islande. Très entouré par ses deux amis Félix et Tanja - qui est aussi sa sex friend - il est passionné de courses de voitures illégales, au volant de ce qu'il a de plus précieux, il prend le risque de la perdre à chaque fois pour ressentir l'adrénaline de ce type de rassemblement aussi dangereux qu'éphémère.


C'est à l'occasion d'une de ces courses qu'un nouvel adversaire entre en jeu, Sebastian, 25 ans, aussi beau qu'arrogant et qui n'a pas froid aux yeux Et surtout qui, assumant totalement son homosexualité, a un vrai crush sur Raffael. 


Sauf que Raffael, confortablement installé dans une hétérosexualité qu’il ne saurait remettre en cause, s'entoure en permanence de règles desquelles il refuse de déroger et qui constituent un véritable rempart avec lequel ses amis ont appris à vivre. Sauf s’il est mis au défi…

 

« Tu devrais vraiment donner une chance à la nouveauté, de temps en temps, Raff. Les plaisirs pourraient te surprendre »


Mais Sebastian est bien décidé, et prêt à tout, pour mettre Raffael face à certaines évidences difficiles à accepter pour lui. Au risque de jouer à quitte ou double et de le perdre définitivement !

◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊


C'est assez compliqué de donner un avis sur une histoire qui m'a tellement mise mal à l'aise les 50 premières pages du T.1 (qui n'en comporte que 120), au point même que je me suis demandé si j'allais continuer ma lecture.


Alors attention, ce n'est pas l'univers qui m'a dérangé mais belle et bien l'image sous laquelle je me suis représenté Sebastian, que j'ai détesté à un degré rarement égalé en romance : manipulateur.

 

« Si tu as peur que je lui fasse du mal, je peux t’assurer qu’elle appréciera chaque minute passée avec moi. Mais tu devrais prendre cet avertissement au sérieux, Raffael. Son plaisir sera ta douleur »


Tout dans ses propos et dans ses actes m'a fait ressentir un sentiment très négatif envers lui. Un connard dans toute sa splendeur selon moi. Je ne m'attendais pas du tout à ce que sa relation avec Raffael démarre de manière si brutale et si malsaine à mes yeux. Pour un si petit format de livre, ça a été trop soudain pour moi.


Et du coup, mon empathie s'est reportée sur Raffael qui lui vivait en direct ce que moi je vivais en spectatrice seulement. Même si c'est un personnage avec pas mal de zones d'ombre - ou bien j'ai manqué un passage - et une imperfection touchante, j'ai aimé l'image un peu torturée, d'un homme vivant sur ses acquis et qui ne tolère pas de sortir des clous.


5.png
Et puis, un détail a été évoqué et ma vision de Sebastian et de l'histoire s'est totalement métamorphosée et a pris la voie que j'espérais. Heureusement !

 

« Si tu n’as pas encore pris la décision sur le fait d’être gay, tu devrais absolument essayer avec ce mec. Il est adooorable »


Mon avis porte sur les 2 premiers tomes puisqu'il n'y a pas, du moins pour moi, vraiment matière à en rédiger un pour chacun. En effet, c'est dans une continuité logique que l'auteure a construit cette histoire qui ne va pas dans la précipitation.


Le déroulé nous montre parfaitement dans quelle détresse psychologique se trouve Raffael, mis face à des sentiments tellement contradictoires et de manière si soudaine. Flirtant dangereusement avec le déni. C'est un personnage assez complexe, assez secret qui ne semble vivre que pour sa passion des courses et des jeux vidéo ; comme enfermé dans un monde.

 

« Mon corps ne demande qu’à céder. Putain, ce n’est pas possible que j’aime ça, si ? Non, hors de question ! »


Sebastian est justement ce personnage qui va tenter de forcer les portes de ce monde avec, au début, une manière de faire qui effectivement m'a déplu car nous mettant dans une position de dominant/dominé mais qui va se montrer tellement persévérant.

 

« Briser ses murs et toucher enfin ce cœur qu’il essaie d’enterrer si désespérément »


Et puis lorsque l'histoire évolue, qu'on découvre le personnage avec ses défauts mais aussi avec de très belles qualités, le rythme de lecture est enfin bien installé. Et il en est ainsi jusqu'à avoir dévoré les 2 tomes en à peine quelques heures.


Là où le 1er tome pose vraiment les bases de l'histoire, le 2ème voit naître ce qu'on attend et développe une certaine tendresse, fragile certes mais bien présente tout de même. Même dans les scènes de rapprochement plus intimes et plus explicites, j’ai trouvé une douceur et une beauté qu’en général je ne trouve que dans le genre M/M.

 

« Sa bouche sur la mienne déplace mon monde hors de son axe et me fait flotter, comme en apesanteur… et il est mon seul point de gravité »

 

On oscille entre patience pour l'un et incertitude encore partiellement présente pour l'autre mais on voit vraiment l'évolution, pas à pas, qui évite à l'histoire de tourner en rond (contrairement au 1er tome qui est sur un rythme plus lent et avec une connotation plus sombre).

 

« Pour une fois, je ressens le besoin profond de repousser mes limites et de tout simplement tendre la main »


J'ai vraiment apprécié le fait qu'il y ait peu de personnages dans chaque tome, permettant ainsi de se concentrer sur l'essentiel. Mais aussi que les protagonistes évoluent dans le 2nd pour laisser entrer une belle lumière et une douceur qui font du bien. Même si la tolérance et l'intolérance sont parfois encore opposées, j'ai ressenti ma lecture très différemment.


Et bien que l'auteure nous malmène à chaque fin de tome, ce qui est logique, la découverte de cette plume et de cette histoire avec tout ce qu'elle contient, me donne encore plus envie de savoir jusqu'à quels extrêmes elle va tous nous pousser et si on en ressortira indemnes ou non. J'ai vraiment, vraiment hâte !


Car il ne faut pas considérer comme acquis une fin heureuse, le fait que ce soit une romance. Dans ce type d'écrit, la surprise peut toujours survenir là où on ne l'attend pas et rien ne peut nous y préparer. Et je suis impatiente, moi qui ai eu un début un peu chaotique, de retrouver Raffael et Sebastian.


Si vous êtes adeptes des romances M/M, je vous recommande vivement de vous plonger dans "Crushed hearts" dont le 3ème tome sortira, pour rappel, fin février. Alors, très belle lecture ! 


30/01/2022
0 Poster un commentaire

Cul-sec et chantilly ! / Carla HAY

1.pngC'est une histoire vraiment prenante que signe-là Carla Hay, après que ses lectrices aient pu la découvrir avec sa duologie précédente. Pour ma part, je la classe en romance hivernale car la notion de Noël n'est pas assez présente, à mon avis, si ce n'est sur la fin. J'ai été ravie de découvrir ce titre grâce à Fyctia et Celia que je remercie vraiment pour l'envoi.

 

Pour le résumé, c'est par ici


Dans cette histoire, ce sont deux mondes - un peu ennemis - qui vont s'affronter : le journalisme et la politique. Et même si l'histoire me tentait vraiment, j'ai eu une petite appréhension au départ quant à ce qui m'attendait. Heureusement, ça n'a pas duré.


J'ai tout de suite accroché au personnage de Salomé, jeune journaliste de 24 ans, qui a quitté sa Corse natale pour tenter de faire carrière dans la belle ville de Bruges, en Belgique. Mais cantonnée à de simples micros-trottoirs, elle veut plus et beaucoup plus vite.

 

« Il va falloir que je secoue avec conviction le cocotier des opportunités »


Lorsqu'une opportunité se présente, mettant en cause le maire de la ville, elle est prête à tout, quitte à braver l'interdit et à affronter autant qu'il faut, l'attaché de presse de la mairie, James Peeters. Jeune homme de 26 ans qui rêve de se faire une belle place en politique, il a toutes les armes pour contrer qui s'en prendra à son mentor.

 

« Mes yeux clignent tout seuls tant je suis sur le cul face au scoop que me révèle mon amie. Comment une telle chose peut se produire ? Du moins, je sais très bien qu’il y a des pourris partout, et qu’en politique, c’est monnaie courante, mais Noël, c’est sacré, merde ! »


Sauf que lorsque les évidences sont bien là, ce sont toutes les certitudes du jeune homme qui pourraient partir en fumée et remettre en question sa vision du monde dans lequel il évolue et ce qu'il en attend.


Bienvenue dans un monde où tous les coups sont permis mais où les intérêts et attentes de chacun pourraient bien être bouleversés.

 

◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊♥◊

 

Sincèrement, j'ai adoré cette histoire alors que je n'avais pas su être au rendez-vous de la duologie précédente de l'auteure. Comme quoi...


Hormis quelques petites choses qui ont perturbé ma découverte, mais qui me sont vraiment propres, cette immersion dans deux univers très peu lus pour ma part, a été un vrai beau moment de lecture.


L'auteure a su construire une histoire dont le fil conducteur permet d'allier romance et suspense avec beaucoup de talent. J'imagine combien ce doit être compliqué donc bravo car l'exercice est très bien réussi.


Il faut reconnaître que Carla HAY a créé des personnages qui illustrent parfaitement le schéma "enemies to lovers" et qui apportent donc un certain rythme très appréciable.


Salomé est une jeune femme déterminée à réussir. Quels que soient les moyens qu'elle devra utiliser pour y parvenir. Elle dégage une certaine fraîcheur, elle déteste les injustices, elle est très franche et elle a une imagination à toute épreuve. Elle est drôle, spontanée, impulsive mais touchante aussi lorsqu'il s'agit de sa relation envers sa famille ou envers ceux qui sont dans le besoin. Toutes les facettes d'elle que l'auteure a créées font que c'est un personnage émouvant et tellement agréable à suivre.

 

« Mon Dieu, son culot est plus grand que l’Everest. Je ne sais pas si je trouve ça terriblement intelligent ou si je la déteste d’être aussi futée »


5.png
Et d'autant plus, lorsqu'elle va rencontrer celui qui est la barrière à faire céder : James Peeters. Qu'est-ce que j'ai aimé ce personnage et tout ce qu'il représente ! Là aussi, l'auteure a réussi à créer un personnage à deux facettes : l'homme dévoué à son travail, qui n'a pas de créneau pour l'amour et l'homme, simplement l'homme pour qui les valeurs familiales sont primordiales et pour lesquelles il accorde tout le temps qu'il peut, sans rechigner. Il dégage un petit quelque chose de "sexy chic" et forcément, impossible de rester insensible.

 

« Des frissons me réveillent. Il faut absolument que cette femme arrête de me menacer, mes oreilles aiment beaucoup trop ça. Chaque grossièreté ou attaque qui sort de sa bouche m’émoustille et ce n’est pas une bonne nouvelle »


Ce roman est vraiment très agréable à lire car l'auteure n'a pas lésiné sur les joutes verbales piquantes, sur les tensions qui maintiennent assez longtemps un slow burn appréciable, sur les personnages secondaires que j'ai aimés autant que les principaux avec un petit coup de cœur pour Elisabeth.

 

« Oh que si, tu vas me raconter comment il est passé du statut « connard arrogant » au mec qui te fait grimper aux rideaux. Il n’y a que les femmes qui ont pris leur pied toute la nuit qui ont un aussi beau teint le matin »


Et surtout, il y a cette intrigue soigneusement imaginée et développée qui se dévoile lentement sans avoir idée de la fin qui lui sera réservée. J'ai vraiment aimé, même si on n'est pas sur un polar, le suspense que Carla a su maintenir jusqu'au bout.


Sous la très jolie romance qui se dessine doucement et le suspense soigneusement entretenu, se cachent aussi de très belles valeurs notamment l'aide envers les plus défavorisés. De magnifiques causes sont évoquées et intégrées comme il se doit à cette histoire empreinte d'une certaine douceur que j'apprécie vraiment. Comme quoi force et douceur ne sont pas obligatoirement opposées et l'association des deux peut aboutir à un très beau résultat.

"Cul-sec et chantilly" - titre dont on ne connaît la signification qu'à la toute fin - est une belle découverte pour cette fin d'année 2021. J'aurais pu lui décerner un très joli coup de cœur si certaines choses n'étaient pas venues parasiter ma lecture par moments.


Mais ça n'en reste pas moins une lecture que je recommande de découvrir pour qui veut s'immerger dans un monde qui n'est pas fait que de paillettes et où les sentiments devront vraiment se battre pour être enfin réunis. Alors, très belle lecture ! 


25/01/2022
0 Poster un commentaire

Correspond@nces - Séduis-moi ! / Elise PICKER

1.png
Lorsque j'ai vu passer le dernier écrit d'Elise PICKER, dont les prémices ont vu le jour sur Fyctia, j'étais plus qu'intriguée. Ce n'était pas un roman classique que j'avais la possibilité de découvrir et j'apprécie toujours de me lancer dans des choses qui sortent de l'ordinaire.

 

N'ayant malheureusement pas pu obtenir le fichier numérique, je me suis rapprochée de l'auteure pour le recevoir en version papier (que j'ai acheté, précision nécessaire). Et quel moment de lecture ! Je reconnais que c'est très particulier et que ça peut être déstabilisant mais c'est tellement bien écrit et à contre-courant !

 

C'est sous forme d'échanges épistolaires, plus ou moins courts, que l'auteure nous livre des pans de vie de ses personnages qui nous ouvrent leurs cœurs et leurs mots pour relater ce qui un jour a fait basculer leur destin d'une manière à laquelle ils ne s'attendaient pas.

 

Ce sont leurs bonheurs, leurs peines, leurs déceptions et leurs émotions au fil des lectures et tout ce qui fait leur vie qui nous sont partagés sous une plume belle de simplicité et vraiment confirmée.

 

Ce sont cinq histoires qui illustrent différents type de correspondances écrites : message via un site de rencontre / mail / SMS / MP via Instagram  et qui démontrent bien que la communication écrite facilite les échanges et les confidences.

 

Sur le thème "Séduis-moi" en parfaite adéquation avec la notion de romance, ces cinq histoires, chacune de style unique m'ont emportée dans une bulle livresque assez peu commune.

 

Ce sont cinq correspondances - chacune décomposée en plusieurs chapitres - avec dix personnages d'horizons divers et variés, qui le temps de quelques jours ou quelques semaines vont livrer des confidences intimes qu'aucun face à face n'aurait permis de dévoiler avec autant d'intensité et de sensibilité.

 

Alors bien sûr, jes les ai toutes aimées mais il y en a 3 qui sortent largement du lot et qui m'ont fait craquer tant le romantisme est présent dedans. Le romantisme tel que je le conçois bien entendu.

 

Compte tenu qu'il en faut pour tous les goûts, je ne pense pas qu'Elise me tiendra rigueur du classement dans lequel je vais vous les présenter, qui va de 1 - Histoire coup de coeur jusqu'à 5 - Histoire qui m'a le moins captivée parce qu'elle m'a certainement le moins touchée.

 

1 - The troll experience

Histoire coup de cœur d'une soixantaine de pages qui a fait fondre mon cœur de romantique, qui adore tout ce qui touche au monde de la musique dans les livres.

 

James est une star de la musique, adulée par des milliers de fans avec lesquels il lui est interdit, par son C.M, de prendre toute forme de contact. Sauf que lorsqu'il va être touché par la beauté des commentaires de Joannie, qui ironiquement ne fait pas partie de ses fans, il va transgresser les règles imposées en la contactant.

 

"Fin de soirée, coeurs et corps embrumés.

La guitare se repose des accords fièvreux

Que le musicien malheureux

A imprimé sur ses cordes fatiguées"

 

Dès lors, via Instagram et face à une jeune femme d'une belle franchise, c'est tout ce qu'il tenait pour acquis qui va prendre une autre dimension. Lorsque l'heure de la prise de conscience a sonnée et que le regard change, la voie du renouveau personnel et professionnel pourrait bien être amorcée.

 

"Je vais mettre les choses au point. Je ne suis pas abonnée à ton compte. Ton compte est un fake.

 

De très beaux messages ressortent de cette histoire et les personnages tellement profonds et touchants sont juste parfaits.

 

Je suis définitivement #teamjames !

 

2 - Pêle-mail

Cette histoire légèrement plus longue de 10 pages aurait pu arrriver ex-aequo sur la première marche tellement je l'ai adorée. Une idée originale où le mystère est parfaitement et subtilement entretenu du début à la fin.

 

Adrien, employé dans une entreprise reçoit un e-mail assez cash d'une certaine Anne Onyme qui lui déclare sa flamme. Mais qui est cette inconnue ? La côtoie-t-il tous les jours sur son lieu de travail ou dans son café préféré ? Peut-être est-ce sa voisine ? Ça peut être n'importe qui et l'échange ainsi commencé, il est inconcevable pour Adrien de ne pas chercher à savoir qui se cache derrière ce geste osé mais courageux.

 

« TOI, cette complicité et ce petit jeu qui s’est créé entre nous. Rien de tout cela ne serait pareil avec une autre… »

 

Va donc commencer pour Adrien qui va se prendre au jeu, une chasse aux indices à laquelle il m'était impossible de ne pas participer. Et j'ai adoré ce concept et le personnage énigmatique d'Anne !

 

« Je n’aimerais pas que cette enquête progresse trop vite, elle a son petit charme ! »

 

3 - Tant de temps

Cette histoire de 80 pages est celle qui m'a semblé la plus longue à lire - simple impression - mais dont j'ai vraiment aimé le contenu et l'idée de base.

 

C'est à l'initiative de Stanislas, la trentaine presque terminée, que débutent ses échanges destinés à son ancienne meilleure amie, Morgane, perdue de vue depuis longtemps. C'est à l'occasion de la crise sanitaire et du confinement que le jeune homme ressent le besoin de reprendre contact avec elle et d'extérioriser, avec beaucoup de patiente et de subtilité,ce qui est enfoui au plus profond de lui depuis tant de temps.

 

« Qui ne tente rien n’a rien »

 

Comment va réagir la jeune femme face à cette démarche qui arrive un peu tard peut-être ?

 

Cette histoire est vraiment très belle et très touchante. La démarche de Stanislas est osée et risquée. Lorsque les années ont séparé deux personnes, il est difficile d'imaginer ce que l'autre va ressentir et comment il va réagir. Et surtout si les promesses du passé auront été tenues.

 

« Les lettres, c’est bien, mais c’est frustrant ! On ose peut-être dire plus de choses à l’écrit, mais les émotions qui transparaissent à travers les intonations me manquent »

 

Ce que j'ai particulièrement apprécié dans cette histoire, c'est la multitude de petites choses qui découlent de souvenirs passés échangés entraînant d'autres souvenirs. La richesse de ce récit tient vraiment dans la complicité qui unissait les personnages et qu'on espère voir renaître mais aussi dans la simplicité de leur communication retrouvée.

 

4 - A l'aventure !

Un titre à double sens pour qui a lu cette histoire toute courte de 35 pages, démarrant ce recueil qui explore le monde des sites de rencontres et des échanges qui peuvent en découler.

 

20210824_164148.jpg
C'est sur son profil un peu arrogant et prétentieux, créé sur un site de rencontres qu'est contacté Romain par Zèlie, une jeune femme qui n'a pas froid aux yeux. Ah, ce prénom ! Qu'est-ce que je l'aime pour la douceur qu'il dégage et pour sa beauté toute simple.

 

C'est une des deux histoires restantes qui m'a le moins inspiré la notion de romantisme. L'univers dans lequel elle se déroule - l'exploration urbaine et les expériences à sensations fortes - est quelque chose qui m'est étranger et je pense que ça a pas mal impacté mon ressenti.

 

« J’avoue que l’interdit ajoutait une pointe d’excitation. Lorsque tu t’es penché vers mon oreille pour me murmurer les consignes de sécurité… tu aurais pu me réciter une histoire érotique, ça aurait eu le même effet sur moi »

 

Le ton des échanges est bien loin de celui de mon trio de tête et le comportement de Romain et la désinvolture de Zèlie m'ont un peu déstabilisée.

 

Mais j'ai parfaitement compris ce type de correspondance et le choix de l'auteure quant à son contenu. Et je le respecte tout à fait.

 

Le gros point positif, selon moi, c'est le dernier chapitre que j'ai adoré car il m'a permis de considérer les personnages de manière différente.

 

À style différent, ressenti différent !

 

5 - Summer choc

Et voilà l'histoire courte également avec ses 35 pages, qui clôture mon classement de ces petites Correspond@nces.

 

C'est sous le soleil espagnol que les échanges via SMS nous relatent les vacances que Mina va devoir passer seule après que son amie Clara soit retenue à Paris à cause d'un accident qui la force a rester immobilisée.

 

Témoin impuissante des décisions parfois contestables de Mina, Clara va la soutenir du mieux qu'elle peut. Et si son amie va vivre de belles aventures, la vie pourrait bien lui réserver, à elle aussi, son lot de surprises.

 

J'ai bien aimé le ton parfois décalé entre les deux amies. Celui très léger de Mina qui n'hésite pas à profiter de la vie et celui plus posé (voir inquiet) de Clara qui est loin d'elle. Et qui ne peut donc pas "raisonner" son amie comme elle aimerait.

 

Le fait que cette histoire repose sur le thème de l'amitié et que la notion de romance soit largement atténuée a pas mal influencé mon ressenti final par l'impression d'avoir été moins captivée par les péripéties des deux amies et d'avoir moins ressenti leurs émotions.

 

Mais ça n'enlève en rien à la qualité du contenu et de la plume de l'auteure.

 

5 ressentis pour 5 histoires ! Et même s'ils sont d'intensité différente, de manière globale, ce recueil est une très belle surprise qui se lit avec une belle facilité grâce à une mise en page vraiment aérée. Je parle rarement de cet aspect mais là, il est important de le souligner.

 

La plume d'Elise PICKER - que je ne connaissais pas - est vraiment belle, les textes sont soigneusement travaillés et chaque histoire comporte un message.

 

Si en littérature vous aimez les textes épistolaires, ce roman saura vous plaira sans nul doute possible. Alors, plongez à votre tour dans ces belles Correspond@nces.

 

Très belle lecture !


26/08/2021
0 Poster un commentaire

Crush & love My christmas / Sarah FAY

Crush & love my christmas.png
C’est dans un nouveau paysage enneigé que je me suis laissée emporter sous la plume de Sarah FAY et sa sublissime romance de Noël « Crush & Love My chrismas » - 1er tome de ce qui sera une trilogie dont le 2nd tome paraitra en 2022. C’est une nouvelle histoire issue des Stories by Fyctia, que je remercie vivement pour l'envoi, de très belle qualité et qui se laisse dévorer sans s’en rendre compte.

 

 

Crush & love My Christmas Synopsis

 

C’est dans un contexte très en vogue – les applications de rencontres – et que va rentrer Vanessa, jeune journaliste prête à tout pour faire ses preuves et avancer dans son métier : jusqu’à saisir une chance en or qui s’offre à elle en remplaçant au pied levé sur un très gros dossier, Marie, sa meilleure ennemie chez Paris Fashion. C’est armée d’un carton d’invitation et  vêtue d’une tenue de Cendrillon qu’elle a bien l’intention de mener la danse au bal des célibataires organisé par Crush&Love, application de rencontre en pleine ascension.  Pour décrocher l’article qui fera décoller sa carrière, elle va devoir mettre de côté son manque d’assurance au profit de sa détermination.

 

« Marie est tellement haïssable qu’elle pervertirait même Sœur Theresa ! »

 

Heureusement qu’elle n’est pas partie dans l’idée de rencontrer le Prince Charmant car c’est un tout autre profil masculin qui l’attend en la personne de Thomas, marketeur et co-fondateur de Crush&Love - avec son meilleur ami, associé et développeur, Nicolas -. Séducteur impénitent mais toujours cœur à prendre, sa vie sentimentale n’est qu’une succession de conquêtes ; ce qui lui convient bien. Et lorsqu’il croise Vanessa, de manière plus qu’inattendue, il est loin de se douter de qui elle est et de ce qui l’attend. Ne reculant devant rien – ni même à frauder sa propre application -, il risque de se retrouver en situation de « est pris qui croyait prendre ».  

 

Bienvenue à ce qui s’annonce comme le bal de l’année !!! Et plus si affinités…

 

Vanessa parviendra-t-elle à mener à bien cette mission avec laquelle se joue son avenir professionnel, tout en gardant la tête froide ?

Jusqu’où sera prêt à aller Thomas pour conquérir celle qui est définitivement différente de toutes ses autres conquêtes ?

 

Commençons en allant droit au but : j’ai adoré cette romance de Noël ! Tout ce qu’elle contient est vraiment rafraîchissant et divertissant. Le ton est incroyablement léger et les personnages sont justes comme je les aime – à quelque chose près -.

 

Vanessa est une jeune femme terriblement attachante et tellement naturelle ; même porter une jolie tenue et du maquillage ça n’est pas vraiment son truc. Manquant cruellement d’assurance, elle est touchante même dans ses maladresses, c’est pour dire si on ne peut que s’attacher à elle. Et en cette période de fête, elle est vraiment dans son élément car très attachée aux traditions de Noël et à ses marchés notamment.

 

« Cette fête apporte du bonheur autant aux enfants qu’aux adultes. Les gens deviennent positifs et joyeux. C’est aussi un moment où nous pouvons offrir sans restriction, sans honte. Parfois, juste un peu de soutien peut rendre le sourire à ceux qui en ont besoin »

 

Ce qui n’est pas le cas, en face d’elle, de Thomas, jeune entrepreneur qui déteste cette période de l’année et qui ne va rien faire pour lui faciliter la tâche dans son travail. Très séducteur, terriblement volage en amour, un brin goujat et froid, c’est un personnage qui se dévoile tout au long de l’histoire et qui recèle en lui pas mal de secrets voire de blessures et failles.

 

« L’amour ce n’est vraiment pas pour moi. Ca fait longtemps que j’ai perdu mes illusions »


Dans ce roman, il y a vraiment tout ce qu’on peut attendre pour une romance dans le genre. A l’intérieur de chaque chapitre s’alterne le point de vue de l’un et de l’autre et dès le début, le climat est quelque peu électrique entre ces deux personnages que tout semble opposer.

 

L’écriture de l’auteure est vraiment parfaite pour ce type d’histoire puisqu’elle nous tient d’un bout à l’autre de la construction d’une idylle qui bien sûr ne sera pas forcément évidente et semée de quelques embûches.  Ce sont de belles situations que l’auteure a su imaginer pour que la rencontre de Vanessa et Thomas ne soit pas un rendez-vous manqué. Et ce que j’ai aimé, c’est vraiment le côté extérieur de la notion d’application. On est vraiment sur des rencontres concrètes, à l’occasion d’évènements originaux comme le bal ou l’atelier cuisine et donc, on n’est pas du tout dans de banals échanges de messages via une application.

 Crush & love my christmas(1).png

Les échanges sont parfois incisifs ou parfois touchants. On se prête facilement à sourire, voire à rire et on est sans aucun doute possible sous le charme de l’ambiance de Noël que l’auteure à parsemer tout au long de son roman.

 

« Non, cette femme n’est pas Cendrillon ! Elle a tout de la méchante belle-mère de Blanche-Neige ou de la maléfique sorcière de la Belle au Bois dormant. Elle ne réussira pas à m’amadouer »

 

 

C’est vrai qu’au début, on peut facilement se demander comment une romance pourrait bien éclore entre deux êtres qui n’ont pas la même conception de l’amour et des relations amoureuses. Et même si l’histoire va assez vite – ce qui est souvent le cas en romance de Noël -, l’auteure a su développer une histoire cohérente ; malgré certaines petites choses qui peuvent faire lever les yeux au ciel, parfois.

 

Ce que j’ai le plus regretté, c’est certainement le comportement de Thomas envers Annabelle – pour qui a lu l’histoire – et la réaction de Vanessa par la suite. J’avoue que j’ai eu du mal avec cet aspect de l’histoire qui m’a agacé compte tenu de la première impression que Thomas donne et qu’un certain passage donne une notion de prévisible dont je ne suis pas spécialement friande.  Après, ça fait partie des codes de la romance donc un peu logique.

 

C’est malgré tout une belle romance, tout en douceur et en rebondissements, que Sarah FAY offre à ses lectrices. Comme toutes les histoires de Noël, le schéma est respecté ; ajouté à cela une petite touche originale qui apporte un très beau moment de lecture. Alors, si vous voulez passer un bon moment de détente avant Noël, n’hésitez pas : c’est une des romances de Noël issue de Stories by Fyctia, à découvrir.

 

 

« L’amour. Qu’est-ce que ce sentiment ? Qu’est-ce qu’il peut m’apporter ? Rien à part de la tristesse, de la frustration et des désillusions. La vie n’est faite que de pertes. Plus on s’attache, plus on devient dépendant, et plus la chute est douloureuse lorsqu’on perd cet amour »

 


25/07/2021
0 Poster un commentaire

Comme une ombre au tableau / Maloria CASSIS & MarjyNoname

Comme une ombre au tableau Montage.jpg
Ces peintures ont leurs secrets, les Fitzduncan aussi
 
Une erreur de jugement pourrait détruire sa carrière... ou lui briser le coeur.

 

Alors attention, nous sommes dans la branche New Romance des Editions Hugo : NEW ROMANCE. Et pas dans une enquête avec Sherlock Homes ou le Professeur Layton.... Merci à Hugo New Romance et à Célia pour l'envoi de ce Service Presse.

 

Pour Gala, depuis son plus jeune âge, l'art est une histoire de famille avec des parents, trop tôt disparus, qui évoluaient, à leur manière, dans cet univers et qui lui ont transmis leur passion. A 16 ans, son terrain de jeu favori était la National Gallery de Londres et elle savait, d'ores et déjà qu'elle ferait, de l'art son métier en intégrant l'université des Arts.

 

Plusieurs années plus tard, alors que son travail pour un cabinet d'expertise londonien ne lui offre pas tout à fait des perspectives à la hauteur de ces espérances initiales, une opportunité en or se présente enfin à elle : partir en Irlande, estimer l'héritage d'un collectionneur d'art décédé qui possède une très grosse partie de l'œuvre de son artiste peintre fétiche français, Henri ARCHAMBAULT. Mais en devant composer avec les héritiers du défunt qui ne semblent pas d'accord sur grand-chose.

 

"Mes années d'études ont été presque aussi longues que celles d'un médecin. Tous les jours, j'ai dû prouver mes compétences, me mordre la langue pour ne pas répliquer aux experts que je n'étais pas une gamine, mais une spécialiste comme eux"

 

Entre Owen, le frère et Luke, le fils, la tâche risque de s'avérer plus que compliquée surtout lorsque des doutes pourraient venir à remettre en cause l'authenticité des œuvres.

 

Dans cette contrée du comté de Mayo où le temps est aussi incertain que l'humeur d'Owen Fitzduncan  et dans un monde machiste et sexiste dans lequel les préjugés sont monnaie courante, la tempête GALA pourrait créer des ravages et laisser des traces de son passage.

 

"Owen FITZDUNCAN vient de me déclarer la guerre en deux phrases"

 

Bienvenue au pays réputé pour avoir l'hospitalité la plus chaleureuse au monde ; ou presque...

 

Que cache la relation tendue entre le neveu et l'oncle ? Intérêts familiaux, financiers,  commerciaux ou sentimentaux ?

Et si, lorsque la séduction s'invite, en terre irlandaise, pour jouer les entremetteuses, Gala allait trouver tout autre chose que de l'art ? Sera-t-elle suffisamment experte pour différencier le faux du vrai ?

 

J'avoue que j'étais impatiente de découvrir l'association des plumes de ces deux auteures que j'ai su apprécier séparément. Et que je vous invite à vite découvrir à votre tour si ce n'est pas déjà fait.

 

Quand j'ai su que Maloria et Marjy avaient décidé de faire voyager leurs plumes en Irlande, mon cerveau n'a fait qu'un tour. L'Irlande quoi... ! Ces paysages à couper le souffle, l'herbe verdoyante, les moutons qui paissent dans les étendues sans fin, le temps incertain, le Irish Coffee et la nourriture si riche et accueillante, Oscar WILDE et tous ses artistes qui ont une place de choix dans mon Spotify : The Cranberries, The Corrs, Westlife, Boyzone, U2, etc... Bref, le rêve suprême !

 

Associé à ça, un univers original dans le monde de l'art qui sort de l'ordinaire, je ne pouvais qu'être au rendez-vous. Et quel rendez-vous !

 

"Il est impossible pour vous de résister à votre curiosité. C'est comme interdire à un enfant de manger les bonbons ou chocolats qu'on vient de mettre entre ses mains. Votre regard s'illumine dès qu'il se pose sur un objet d'art"

 

Lorsqu'on est habitué à la plume de certains auteurs, c'est incroyable la sensation ressentie à chaque nouvelle parution : un peu comme l'expression "se sentir comme à la maison". C'est exactement ce qu'il s'est passé avec ce nouveau titre de Maloria - dont j'ai lu tous les livres- qui s'est associée avec son amie de plume, MarjyNoname.

 

Prendre un billet d'avion destination Londres pour rencontrer Gala, jeune experte de 27 ans, en pleine vente aux enchères, c'est fait de manière naturelle. Et lorsqu'il a fallu l'accompagner à Milltown, petite bourgade irlandaise, ça a été "the cherry on the cake".

 

Gala est une jeune londonienne qui voue une passion sans limite pour l'art et notamment la peinture française. Elle a un caractère suffisamment fort pour se réclamer légitime sur une affaire qui lui revient de toute évidence. Je ne dirais pas qu'elle est fougueuse, peut-être pas autant que son amie Naomi, mais elle a du caractère.

 

"Ce ne sont que des croûtes ! Ils ne respirent pas. Mais comme je suis une bonne amie, je vais allumer un cierge puis préparer un sacrifice vaudou pour que tu sois choisie"

 

Et quand elle débarque en Irlande, il va lui en falloir face à deux personnages masculins aux attitudes ambivalentes. Avec pour l'un, le charisme, un poil d'arrogance et le charme en plus. Et pour l'autre, l'arrogance et l'assurance d'une jeunesse dorée sur laquelle la maturité ne semble pas s'être arrêtée. Et au final, n'est pas le plus arrogant celui auquel on penserait en premier.

 

Owen, l'oncle donc frère du défunt est le charme irlandais dans toute sa splendeur avec des petites imperfections so cute : la voix rauque et le regard profond, une manière de s'exprimer aisément imaginable un peu guindée, l'esprit aussi impénétrable que la brume, un petit côté mystérieux et énigmatique qui fait qu'on lui pardonne ses sautes-d'humeur si craquantes malgré tout, une belle part d'humanité qui contraste avec un comportement parfois versatile et glacial et une taquinerie, une malice et une adorable muflerie qui le caractérisent parfois, avec des phrases à double sens qui ont fini de me faire craquer. Il dégage une maturité qui donne juste envie de se jeter sur lui.

 

"Je dois avouer qu'il m'est fort agréable de vous taquiner, me confie-t-il d'une voix rauque faisant s'envoler quelques papillons dans mon ventre"

Comme une ombre au tableau Citabook.jpg
Ce qui n'est pas forcément le cas de Luke, le neveu et fils du défunt, qui m'a pas mal posé problème, dès le départ, même s'il paraît bien élevé au premier abord. Au fil de ma lecture, c'est le personnage dont j'étais le plus détachée à cause de sa façon un peu mielleuse et sournoise d'agir, son environnement et l'image de dandy rentier qu'il dégage et cette manière peu distinguée (et digne de sa situation sociale) de se mettre en avant le peu de fois qu'on est amené à le côtoyer. Mais ça n'enlève rien au fait qu'il est quand même un personnage à ne pas laisser de côté et qui apporte une touche non négligeable à l'ensemble.

 

Au vu de la répartition des personnages, l'histoire pourrait laisser croire à un triangle amoureux. Je ne l'ai pas ressenti ainsi ; les auteures ayant, selon moi, bien œuvré dans le cheminement du récit, pour qu'aucun doute ne soit possible. A confirmer avec elles...

 

Ce roman, même s'il est un peu court - 200 pages en numérique - est vraiment complet car les deux aspects traités ont chacun leur heure de mise en lumière, sans que l'un ne vole la vedette à l'autre. Les auteures ont su doser la juste répartition de la romance et de l'intrigue pour en faire une histoire qui se tient et qui respecte les codes de la New Romance associés à une touche de suspense. Certains passages sont plus axés sur l'un ou sur l'autre mais pour qui lit le livre correctement, c'est dans la logique de l'histoire qui parfois à besoin de mettre certains aspects en pause.

 

Soyons honnêtes, même si je voulais connaître le fin mot de l'intrigue, je n'ai pas endossé le costume d'un détective en herbe. Ce n'est pas ce qui m'intéressait et ce n'est pas ce que je recherche forcément en New Romance.

 

Par contre, pour la quinqua romantique que je suis, la romance était parfaite avec la bonne dose d'attirance, de tension, de rapprochement, de sensualité, de douceur, de regards échangés, d'échanges piquants, de savoureuses joutes verbales ou répliques inattendues, etc... Peut-être parce que j'ai le vécu d'une femme qui a connu le grand amour et qui s'émerveille encore là où d'autre n'ont pas une sensibilité plus développée que ça.

 

"Plus vite vous serez au travail, plus vite nous verrons si vous êtes aussi compétente

que vous le prétendez"

 

Concernant l'intrigue qui pèse de tout son poids dans cette histoire, je trouve qu'elle n'a apporté aucune lourdeur ou lenteur car les éléments artistiques qui alimentent cette partie ne sont pas trop présents et sont d'une qualité telle qu'on se laisse porter jusqu'au bout par le rythme voulu par les auteures. La succession des événements et l'enchaînement de l'histoire ne semblent révéler aucune faille dans l'écriture.

 

J'ai même adoré le sens du détail poussé jusqu'à la référence artistique à Salvador DALI pour le choix du prénom de l'héroïne. Je ne suis pas experte en art mais je connaissais cette anecdote, une fois n'est pas coutume.

 

Au-delà de l'aspect romance et intrigue, c'est dans une famille aux secrets impénétrables pour qui est extérieur, que les auteures nous invitent. A-t-on raison ou tort d'accepter cette invitation ? C'est un pan de l'histoire que j'ai trouvé très bien amené, développé et mis à jour car d'une importance capitale pour la cohérence de l'ensemble. Aucun détail n'est anodin finalement ; tout est soigneusement pensé jusque dans les personnages secondaires qui agrémentent le tout, chacun à sa manière. Même Peter, le majordome.

 

Maloria et Marjy n'ont, je ne pense pas la prétention de vouloir s'identifier à Agatha Christie. Mais elles signent là une romance, sur fond d'intrigue, qui fait quand même son petit effet, un bel effet, jusque dans le choix de la couverture et du titre qui prend vraiment tout son sens. Et moi, c'est tout ce que je demande et attend d'une lecture New Romance. Sinon, c'est dans le registre polar que j'irai chercher une autre forme d'adrénaline.

 

Cette histoire à narration unique m'a embarqué dans une lecture de qualité avec un soupçon de légèreté, pour la finalité recherchée : que la lectrice un peu rêveuse et sentimentale que je suis, ressorte ravie avec le sourire aux lèvres. Je n'ai qu'une hâte, à présent, que ce roman rejoigne ma bibliothèque ; ce qui ne saurait tarder.

 

Très belle lecture !

 


09/05/2021
0 Poster un commentaire

Campus Drivers - T3 : Crash Test / C.S QUILL

www.kizoa.plcollage_2020-12-06_23-01-41.jpg
Dans ce 3ème et dernier opus de la saga des Campus drivers, C.S QUILL termine cette aventure en beauté ; sur une note encore différente des autres tomes. Et avec une couverture qui n'a rien à envier aux précédentes.

 

C'est dans un contexte bien différent des deux précédents tomes (bien que toujours dans l'univers O.S.U), que l'histoire de Lewis et Amy prend vie.

 

Lewis, celui sur lequel on a envie de tout savoir dès "Supermad," est le dernier Campus Drivers célibataire. Sa priorité n'est pas sentimentale mais sportive. Cette dernière année à l'O.S.U, il ne peut l'envisager autrement que par la finalité dont il a toujours rêvé : être recruté en N.B.A. Mais elle signifie aussi la fin de l'aventure Campus Drivers, à laquelle il faut trouver une relève digne de ce nom. Quitte à envisager de féminiser le concept. Pour ça, il peut compter sur ses fidèles amis Lane, Donovan et Adam qui pensent avoir décroché la perle rare en la matière et qui lui confient la délicate mission de la tester et de la former.

 

« Quand je vous dis qu’avoir une copine rime avec peine de mort… »

 

Cette perle, en théorie du moins, c'est Amy, 20 ans, étudiante en 2ème année de mécanique, arrivée tout droit de Brooklyn. Les voitures c'est tout sa vie et un univers plus que familier pour elle. Sauf que, là d'où elle vient, le côté relationnel n'a pas la même signification que celui qu'exige le job auquel elle pourrait prétendre.

 

Une chose est sûre : Lewis était loin de s'attendre à devoir former ce style de stagiaire atypique et un peu rebelle. Et cette rencontre ne va pas être anodine et sans conséquences pour lui comme pour elle.

 

Amy pourra-t-elle laisser définitivement son passé, soigneusement dissimulé, derrière elle pour avoir une chance d'intégrer la nouvelle génération des Campus Drivers ?

Pour mener à bien la mission qu'il s'est fixé,  Lewis saura-t-il continuer à respecter les codes des Campus Drivers ?

 

Oubliés les précédents couples formés dans "Supermad" et dans "Book boyfriend" pour laisser la place à un personnage féminin au tempérament de feu, qui n'a pas froid aux yeux, qui n'a pas peur de mettre les mains dans le cambouis et qui est assez brut de décoffrage. Elle serait plus à en venir aux mains avant de discuter et à se voir offrir une clé à molette plutôt qu'un bouquet de fleur ! C'est indéniable : Amy se démarque de manière plus qu'originale mais elle n'en reste pas moins une jeune femme.

 

« Ah ! C’était toi, le bruit sourd ? Je suis rassurée, j’ai eu peur d’avoir percuté un blaireau, j’en étais toute retournée »

 

Face à elle, il y a le tant attendu Lewis, talentueux et prometteur basketteur, pour qui les petites amies ne sont qu'une source d'ennuis. Ce n'est pas sa rencontre avec la belle mécano qui va changer sa vision des choses. On pourrait mettre ça sur le compte de l'année décisive qui l'attend et des règles des Campus Drivers car autant pour Amy, on sait d'entrée à quoi s'en tenir que pour Lewis, son comportement et les signaux contradictoires qu'il envoie, peuvent semer le doute sur la suite potentielle de l'histoire.

 

Cette relation, même si elle s'inscrit dans un schéma de base classique et logique, est intéressante de par la différence qui oppose les deux protagonistes principaux. Lui est soumis à certaines règles ; elle, n'hésite pas à les enfreindre sans aucun scrupule. En new romance, on est plus habituées au bad boys qu'au bad girls. Et là, les rôles inversés détonnent un peu et sont vraiment agréables à lire.

 

« Ok, quand il casse une pommette avec son poing, il y a des chances que ça fasse complètement exploser ma poitrine »

 

Même si j'ai aimé le personnage de Lewis, j'ai adoré Amy avec ses forces et ses faiblesses. Bien que sur une narration interne à double voix, ses émotions sont plus palpables que celles de Lewis. Le ressenti et la façon d'appréhender son personnage sont d'une toute autre nature. Et son vécu et son implication dans l'histoire semblent plus développés.

 

« Les regards que nous échangeons ont plus de valeur pour moi que tout ce qu’il pourrait dire »

 

Ce dernier tome permet aussi de retrouver les couples Loïs/Lane, Carrie/Donovan et Adam/Amélia. Et de me conforter, bien que ce soit difficile de trancher vraiment, pour mon couple n°1 : Donovan/Carrie que j'ai vraiment apprécié retrouver et qui, il me semble, est plus présent que les deux autres couples. Je me trompe peut-être. Mais j'ai adoré les interventions de Carrie, hautes en mots, dans ce tome.

 

Il y aussi le personnage de Raven que j’ai vraiment aimé de par son côté protecteur envers sa sœur, de par ses actions et ses interventions et de par tout ce qui sort de sa bouche. C’est une sacrée sœur qu’à là Amy.

 

« C’est trop cool que tu aies enfin un ami qui n’a pas l’air de vendre des organes sous le manteau »

 

C'est sur un contenu haut en répliques savoureuses, en situations drôles, poignantes ou sensuelles, en quiproquos, en rendez-vous manqués et en une tension soigneusement entretenue que l'auteure clôture cette saga qui a remporté tous les suffrages.

 

C.S QUILL a ce talent de ne pas se conforter dans du déjà vu/déjà écrit, de toujours arriver à surprendre là où on ne s'y attend pas et proposer une écriture toujours dans une courbe qualitative grandissante.

 

Elle a cette facilité à créer et mettre en scène des personnages de caractères différents, unis par une amitié sans faille qu'elle entretient brillamment, jusqu'au bout, avec cette touche d'humour inégalable.

 

De manière globale, Campus Drivers est vraiment une lecture coup de ❤ de cette année 2020. Elle respecte tous les codes attendus dans ce style littéraire, la plume de l'auteure est plus que prenante et son imagination joliment débordante. Il en ressort une certaine fraîcheur associée à certaines émotions plus sensibles, qui ne peuvent que créer une combinaison gagnante.


06/12/2020
0 Poster un commentaire