Mille livres en tête

Mille livres en tête

Marie-Emmanuelle TOURBILLON

Screenshot_20240515-010122_Samsung Internet.jpgBonjour Marie-Emmanuelle,

 

Merci beaucoup d’accepter de répondre à quelques questions pour que les lectrices de « Mille Livres En Tête » puissent mieux te connaître – et moi aussi par la même occasion -. Pour celles qui te connaissent déjà, tu es l’auteure de plusieurs romans parus en auto-édition : Gimmicks Face A / Gimmicks Face B / Broken Apart et un roman paru en maison d’édition (mais qui ne semble plus disponible) : Là où bat mon cœur.

 

1 – Peux-tu te présenter en quelques mots aux lectrices qui ne te connaitraient pas encore ? Es-tu écrivain à temps plein (sinon comment sont occupées tes journées) ?

Bonjour, je suis Marie Emmanuelle (ou Marie, en version courte !). J’ai 37 ans. Je suis parisienne, originaire de la Martinique. Je travaille dans la recherche clinique le jour et je prends ma plume à la tombée de la nuit (ou tôt le matin, dans mon cas).

 

1.png
2 – Comment en es-tu venue à écrire ? Toute petite, remplissais-tu déjà des cahiers d’histoires de princes et de princesses ? Ou bien, à quel moment cette révélation t’est-elle apparue ?

Tout à commencer grâce à un conteur qui exerçait son art à la bibliothèque de ma ville. Cette expérience a été la porte d’entrée vers le monde de l’imaginaire et la transmission de belles histoires. Dès ce moment-là, j’ai su que c’est ce que je voulais faire : raconter mes histoires.

 

Avant de savoir écrire, je matérialisais mes idées à l’aide de stickers que je collais dans des cahiers et je mettais mes cousines/ cousins à contribution pour rédiger les textes. À l’école, j’adorais les exercices d’expression écrite où je pouvais laisser libre cours à mon imagination.

 

J’ai écrit ma première nouvelle en CM1 avec des amies. Je me souviens que l’on passait nos récréations à construire l’intrigue et le soir je rédigeais le tout au propre dans un cahier. C’était l’histoire d’un dragon dévoreur d’enfants qui se lie d’amitié avec un petit garçon rejeté par ses camarades. On est bien loin des princesses à sauver !

2.png
3 – As-tu toujours beaucoup lu ? Te décrirais-tu comme une lectrice boulimique ou raisonnable ?

Oui, j’ai toujours été une grande lectrice. Dès que j’ai su lire, je passais rarement une journée sans lire. Il m’arrivait même de feuilleter des encyclopédies illustrées juste pour le plaisir d’ouvrir un ouvrage et sentir l’odeur des pages imprimées.

 3af574f89307916faa672e73a945db34.jpg

4 – Quel est le Top 3 de tes styles littéraires ?

J’ai toujours eu un goût prononcé pour la fantasy et plus particulièrement l’heroic fantasy. C’est celui qui éveille le plus mon imagination. Ensuite vient la romance et le feel good. Mais je ne dis pas non à un policier de temps en temps.

 

JRR TOLKIEN.jpg5 – As-tu des auteures incontournables, dont tu as lu tous les livres et dont tu es une fan inconditionnelle ?

Je suis une fan inconditionnelle des romans de J.R.R. Tolkien. L’univers qu’il a su créé me fascine ! Pour les contemporains, je suis une grande fan de Brittainy C. Cherry et pour les plumes françaises, j’aime beaucoup les romans d’Anaïs Weibel, Blandine P. Martin et Erika Boyer.

 

Là où bat mon coeur.jpg
6 – Peux-tu nous raconter un peu ton parcours d’auteure en auto-édition ? Parcours du combattant ou long fleuve tranquille ? Et peux-tu nous dire quelques mots sur ton expérience d’auteure publiée en maison d’édition ?

Je me suis lancée dans l’auto-édition en 2020, un peu à l’aveuglette, je dois l’avouer. Au départ, je n’en attendais pas grand-chose, mais en voyant les retours plutôt positifs sur mon premier roman, je me suis dit « Et, pourquoi pas ? ». Alors, j’ai commencé à me former pour palier à mes lacunes en marketing du livre. Car non, l’auto-édition n’a rien d’un long fleuve tranquille. Bien au contraire, on est ballotté dans tous les sens et il faut s’accrocher pour espérer trouver un rythme de croisière. Il faut accepter de s’investir en temps, en énergie mais aussi financièrement, pour des résultats qui ne sont pas forcément à la hauteur du travail fourni. À l’heure actuelle, mes romans ne me permettent pas de rentrer dans mes frais, mais je continue l’aventure parce que j’aime les défis !


Pour ce qui est de ma 1ère expérience en ME, disons qu’elle est mitigée. Il y a eu du bon et du mauvais comme c’est malheureusement beaucoup le cas pour les primo-édités. On ne connait pas toujours les red flags à fuir ni les points auxquels il faut faire attention. Aujourd’hui, je suis p

Logo-forme-complete2.png

lus vigilante et surtout je choisis avec soin les ME auxquelles je soumets

mes textes. J’ai d’ailleurs décidé de retenter l’expérience avec les éditions L’Abeille Bleue pour un roman qui sortira fin 2024 !

 

7 – Pour les personnes qui hésitent à se lancer et avec ton expérience, quels conseils ou astuces donnerais-tu pour réussir et éviter les embûches ?

Je leur conseillerai de ne pas chercher à aller trop vite. On a souvent hâte de partager nos romans au risque de brûler les étapes, surtout lorsque l’on voit des auteurices sortir des romans tous les 3 mois. Mais ce n’est pas une course. Mieux vaut aller à son rythme et faire les choses bien, plutôt que de se précipiter et d’avoir à essuyer les plâtres par la suite.

 

Ensuite, je leur dirais de bien s’entourer et de se créer un réseau professionnel (bêta-lecteurices, correcteurs/correctrices, graphistes…). Car même en auto-édition, le niveau d’exigence doit être le même qu’en ME.

 

Il ne faut pas hésiter à demander conseils aux auteurices plus expérimenté.e.s qui, dans la plupart des cas, partagent leur retour d’expérience avec plaisir. Ça permet d’éviter de nombreux écueils.

 

Matcha latte.jpg
8 – As-tu un rituel d’écriture et quel est, pour toi, le moment le plus propice pour écrire ? Toujours une boisson ou une gourmandise à portée de main ?

Je n’ai pas vraiment de rituel, mais j’aime écrire le matin, car à ce moment-là mon cerveau n’est pas accaparé par toutes les autres tâches de la vie quotidienne ou par des idées parasites. En général, ma tasse de matcha latte n’est jamais très loin !

 

9 – Que représente l’écriture pour toi ? As-tu peur de la panne de l’écrivain ?

L’écriture a toujours été un exutoire pour moi. Je ne suis pas une grande bavarde. Je n’aime pas m’exprimer à l’oral alors l’écriture est pour moi un moyen de mettre des mots sur ce que je ressens et ce qui m’anime. Je dis souvent que si quelqu’un veut me connaître, il lui suffit de lire mes romans. Chacun d’eux contient un petit bout de moi et dévoile un pan de ma personnalité.

 

Tout dépend ce que l’on appelle « panne de l’écrivain ». S’il s’agit d’un manque d’inspiration, ça ne m’ait jamais arrivé à ce jour. Sans doute parce que je puise mon inspiration dans toutes les petites choses du quotidien. En revanche, il m’arrive d’être bloquée dans le fil de mon intrigue à cause d’une incohérence ou une idée pas assez creusée. Dans ce cas, je laisse mon texte reposé pendant quelque temps et je me penche sur un autre projet. En général, le fait de prendre du recul m’aide à voir les choses sous un angle différent et la situation finit par se décanter.

 

10 – Ton nom de plume, est-ce ta véritable identité ou un simple pseudo ?

C’est mon vrai nom. J’ai fait simple !

 

Maintenant parlons un peu de tes romans.

 
11 – Comment t’est venue l’idée pour chacun de tes romans ? Peux-tu nous les présenter en quelques mots et nous dévoiler quelques anecdotes pour chacun ?

La plupart de mes idées de roman viennent de choses que j’ai vu ou entendu et parfois, de ma propre expérience. Il suffit d’une phrase, d’un fait divers pour qu’une idée germe dans mon esprit. Je la laisse maturer jusqu’à avoir assez de matière pour en faire une histoire.

 

Là où bat mon cœur, est une romance campus sur fond d’ascension sociale. À la base, c’était une fan fiction de la série Gossip Girl !

 

4.pngLa saga GIMMICKS est un triangle amoureux dans l’univers de la musique. Certaines de mes bêta-lectrices n’arrivaient pas choisir entre Noah et NBroken appart.jpgevin, alors elles ont eu l’idée de la Team Sandwich ! J’ai trouvé ça génial ! Depuis, c’est devenu une blague entre nous.

Broken Apart est une romance psychologique sous fond d’urbex. Cettehistoire m’a été inspiré par un fait divers qui m’a profondément marqué. J’ai mis plus d’un an et demi avant de me décider à l’écrire.

 

12 – Comment as-tu vécu toute cette aventure d’auteure ; que ce soit en auto-édition ou en maison d’édition ? Et comment as-tu réagis lorsque ton premier roman a vu le jour de manière bien réelle ?

Je vois mon parcours comme un voyage initiatique. Je teste des choses, expérimente. Parfois, je me trompe et j’apprends de mes erreurs. Chaque nouveau roman est un apprentissage en soi.

 

A la sortie de mon premier roman, j’étais très émue. C’était mon rêve de petite fille de tenir un de mes ouvrages entre mes mains et des années plus tard, j’ai enfin pu le réaliser !

 

13 – Est-ce que d’éventuelles critiques auraient pu t’inciter à te remettre en question au point de vouloir tout arrêter ? Ou as-tu un moral d’acier à toutes épreuves ?

J’ai la chance d’avoir une communauté très bienveillante et respectueuse. Du coup, je n’ai jamais été confronté à des critiques qui auraient pu me blesser. J’ai aussi pour principe de ne pas aller lire les retours sur mes romans sur les plateformes. Les seuls avis auxquels je réponds sont ceux où je suis taguée ou par MP. Je ne vais jamais chercher les avis par moi-même. C’est ma façon de me préserver.

 

14 – Comment as-tu vécu l’accueil du public pour « Là où bat mon cœur » sachant que, sauf erreur, c’était ton premier roman édité ? Tes sensations ont-elles été identiques pour les suivants qui eux sont sortis en auto-édition ?

Là où bat mon cœur est un cas particulier puisqu’il est d’abord sorti en auto-édition avant d’être publié en ME. J’espère le republier en auto-édition l’année prochaine !

 

J’étais d’abord très fière d’avoir mené ce projet à bout. C’est le premier roman que j’ai achevé et il m’a fallu 1 an pour y mettre un point final. Je ne m’attendais pas un si bel accueil de la part des lecteurices. Je n’en attendais pas tant. Je suis toujours autant émue de voir les lecteurices s’approprier mes personnages et leur histoire, alors que j’ai passé des mois seuls avec eux.

 

15 – Comment as-tu vécu la pré-sortie de tes romans ? Zen ou stressée ? Et comment te sens-tu lorsque tu es sollicitée pour une dédicace par tes lectrices comme cela a été le cas à Vendargues ?

Les périodes de pré-sorties sont toujours un moment de stress. Il faut préparer le terrain, donner envie aux lecteurices en suscitant leur curiosité, veiller d’un point de vue logistique que tout soit prêt pour le jour J ! C’est beaucoup de travail et de prises de tête en coulisse.

 

Dédicacer en salon est une super expérience ! Le lien virtuel que l’on crée avec les lecteurices devient réel. C’est du concret ! J’adore ses moments d’échange qui sont toujours enrichissants. Ces dans ces moment-là que je me dis que tout le travail fourni vaut la peine.

 

16 – Es-tu sensible à la critique littéraire (bonne ou mauvaise) ?

Je le suis beaucoup moins maintenant qu’à mes débuts. J’ai appris à prendre du recul sur les retours que l’on peut faire sur mes romans. Bien sûr, un retour positif fait toujours plaisir et m’encourage à poursuivre mes efforts. Mais je garde en tête que cela reste le ressenti d’une personne à un instant T, avec son bagage émotionnel et son vécu. Certaines personnes seront sensibles à mes écrits et d’autres y seront hermétiques et c’est totalement OK.

 

17 – Il me semble que tu t’es laissée tenter par l’écriture à 4 mains avec Mayiah K. Veux-tu bien partager avec nous l’histoire de cette rencontre et de cette association et le devenir de votre projet commun ?

Oui, on s’est lancées dans cette aventure à l’occasion d’un concours Fyctia. Malheureusement, nos obligations et projets respectifs ont fait que l’on a un peu mis ce projet entre parenthèse. Mais qui sait, il n’est pas impossible que l’on s’y remette pour de bon, un de ces jours !

 

18 – L’auto-édition, est-ce un choix délibéré pour t’épanouir pleinement dans ton activité d’auteure ? Comment as-tu géré tous les aspects commerciaux de tes romans ?

Oui, c’est totalement un choix. J’adore la liberté que cela m’offre. Pour moi qui aime avoir la main et un œil sur tout, c’est l’idéal ! Je peux choisir avec qui je travaille et dans quelles conditions.

 

Le livre restant un produit, je me suis formée au marketing du livre pour avoir toutes les clés en main et optimiser mes stratégies. Et je dois avouer que j’aime bien ça. Ce qui me plaît le plus, c’est la phase de promotion où l’on dévoile l’univers du roman. Je m’amuse beaucoup à le faire que ce soit sur Instagram où via ma newsletter.

3.png


19 - Comme beaucoup d’auteures, comment arrives-tu à concilier vie privée et écriture ?

Je me bloque un créneau de 30 minutes par jour pour écrire. Je sais que pendant au moins une demi heure, j’ai rendez-vous avec mes personnages et que c’est non négociable, un peu comme si c’était un rendez-vous pro. Je préfère écrire un peu tous les jours plutôt que de faire de longues sessions, même si cela m’arrive de temps en temps.

 


20 - Pour terminer, peux-tu nous confier en quelques mots (sans en trop en dévoiler) si tu travailles sur un prochain projet ? Aurons-nous le plaisir de te retrouver prochainement avec un nouveau titre ?

En ce moment, j’ai plusieurs projets sur le feu ! Je suis en pleine écriture du spin-off de Broken Apart que j’ai commencé lors du dernier concours Fyctia. En parallèle, je prépare le manuscrit suivant qui sera également un spin-off d’un roman qui n’est pas encore sorti !

 

I won't fall for you.pngPour ce qui est des publications. Mon prochain roman sortira au mois de juin. Il se déroule au Japon, au cœur de la mafia japonaise.

 

Une autre sortie est prévue pour la fin 2024. Les lecteurices partiront dans le Wyoming, à la rencontre d’un cow-boy au grand cœur !

 

21 - Petit quizz – Tu es plutôt :

 

- Thé ou Café (ou chocolat si tu préfères) >> plutôt thé matcha ! (ma vie ! )

- Sucré ou salé  >> Je suis un bec sucré !

- Films romantiques ou films d’action >> films romantiques. J’ai un cœur d’artichaut.

- Printemps, Eté, Automne ou Hiver >> Automne, parce que c’est la période des Pumpkin spice latte ! XD

- Du matin ou du soir  >> du matin ! Passé 17h, il ne faut plus rien me demander ! XD

- Du genre cocooning ou sportive >> cocooning sous un plaid, un livre à la main et une tasse de matcha latte dans l’autre.

- Homme romantique ou macho man >> Un gentleman romantique, ça fonctionne toujours !

- Vacances à la mer, à la montagne ou à la campagne >> à la mer. Même si j’aime bien la montagne en été

 

Merci énormément Marie-Emmanuelle d’avoir eu la gentillesse de m’accorder un peu de ton précieux temps. Je te souhaite le meilleur à venir et je ne peux que conseiller aux lectrices qui ne te connaissent pas encore, de découvrir ta belle plume et de te découvrir toi, tout simplement.


15/05/2024
0 Poster un commentaire

Ce qui nous consume #1 - Paris / Kentin JARNO

1.png
Quelle lecture que ce T1 de "Ce qui nous consume" de Kentin JARNO chez &H New Adult ! J'ai adoré me plonger dans cet univers qui change un peu, avec des personnages assez atypiques et ça pourrait bien être un coup de cœur au bout des 3 tomes. Mais affaire à suivre !

 

J'ai immédiatement adhéré à cet univers et à cette ambiance créés par cet auteur que je ne connaissais pas du tout, avec une plume simple mais tellement accrocheuse. Je dois reconnaître que son style, avec cette histoire, me correspond vraiment bien.

 

C'est à l'occasion de la préparation de l'incontournable Fashion Week de Paris que l'on rencontre Ophélie, jeune couturière de 24 ans pour la maison Alex Ivero. Jeune femme talentueuse, elle-même créatrice à ses heures, elle ne doit sa présence chez ce nom montant de la Haute-Couture qu’à son professionnalisme ; et non pas à la réputation de sa riche et renommée famille les De Montmorency.

 

"Si tu ne prends pas ta place, personne ne la prendra pour toi"

 

En couple avec Jérôme qui a tout du gendre idéal pour ses parents mais plus que régulièrement aux abonnés absents dans leur vie commune, elle ne doit son équilibre qu'à son ami Claude, indéfectible soutien et à ses collègues de travail Aline et Lisa. Reine du sarcasme et de l'ironie, elle rêve d’évolution dans ce milieu où tous les coups bas sont permis.

 

« Si la rançon de l’intelligence supérieure ressemble à ça, je préfère rester avec mon quotient intellectuel bien tassé dans la moyenne »

 

Lorsque l'occasion se présente, c'est avec Evan, jeune mannequin anglais qu'elle va pouvoir montrer sa vraie valeur. Sauf que la beauté britannique n'a rien de singulier et l'une de ses particularités va déstabiliser la jeune femme et faire vaciller tout ce qu'elle pensait avoir construit. Je serais tentée de dire qu’il a ce petit flegme britannique très craquant mais c’est bien plus que ça le concernant. Et pour cause… je suis totalement sous le charme !

 

« La drague, pour toi, c’est comme l’ironie. Tu ne la vois pas ! »

 

Quand les opposés s'attirent mais que la pression s'invite dans l'histoire, les jeux de mots pourraient ne plus être suffisants pour résister à ce qui ressemble à une évidence.

 

Soyons clairs tout de suite : qu'est-ce que j'ai aimé ce premier tome qui a ce petit truc en plus que les autres histoires n'ont pas ! Et ce duo que forment Ophélie et Evan m'a embarquée d'entrée, ce qui n'est pas toujours évident avec la lectrice que je suis. Leurs joutes verbales sont tellement bien imaginées, avec ce léger décalage entre eux qui ne maîtrisent pas le 1er et 2nd degré de la même manière, qui amène une certaine confusion quant à savoir comment appréhender leurs échanges.

 

L'histoire est vraiment bien imaginée et construite puisqu'elle nous fait rentrer dans un monde que je n'ai pas encore rencontré en romance : celui de la haute-couture. Et le style d'écriture, sans fioritures, est super agréable, très direct et immersif.

 

J'avoue que j'ai eu du mal à cerner Evan, au tout début. Avant de connaître cette particularité qui le caractérise et que je n'ai jamais croisée auparavant, je le voyais comme froid, arrogant mais pas du tout. C'est atypique, un peu déstabilisant mais une fois que j'ai compris où l'auteur voulait en venir, ce personnage s'est révélé être touchant dans ses maladresses verbales et les sentiments qui l'animent mais qu'il ne peut pas exprimer. Et il a fini de me faire craquer avec son art de manier les phrases à double sens, ce que j’adore évidemment.

 

« Paris est une ville sublime. J’apprécie toutes les merveilles qu’elle offre »

 5.png

Personnage assez intrigant, il y a peu de monde autour de lui, si ce n'est Gavin, son ami et mannequin aussi. Et on n'a qu'une envie c'est d'en découvrir un peu plus sur lui et sur ce qui semble l'avoir marqué dans le passé pour que ses émotions soient si durement impactées. Mais l'auteur nous maintient sur le fil d'une intrigue, le concernant, ce qui rend le personnage plein de mystère et de zones d'ombres.

 

« S’il était un chocolat, il donnerait l’impression d’être un Kinder normal alors que c’est un Kinder maxi »

J'ai vraiment apprécié la légèreté, apportée par des échanges ou scènes très souvent cocasses, qui côtoie le côté poignant de certains sujets notamment en ce qui concerne Evan. C'est de manière assez complète que l'auteur aborde la particularité d'Evan. Il ne pose pas le thème simplement comme ça, comme une base, il nous le fait découvrir avec beaucoup de pudeur et de sensibilité. L'ensemble est vraiment très abouti et donne donc une lecture très agréable avec des pages qui se tournent à une vitesse incroyable et qui renferment humour, tendresse, tension, bref que du bon !

 

Les personnages sont attachants - mention spéciale à Claude et Shakira - et même les détestables ont toute leur place dans ce roman – Charlène et Jérôme, oui je pense à vous -. Petit mea culpa concernant Claude : pour quelle raison, je l’ignore mais je pensais comme Ophélie. Oups...

 

8.pngC'est assez rare me concernant mais le sentiment le plus intense de cette lecture est sûrement la peine que j'ai pu ressentir pour Evan et Ophélie qui renferment tous les deux des émotions tellement tristes dans leur vie personnelle ; comme prisonniers sans possibilité d'en sortir. L'auteur a su parfaitement mettre en avant les thèmes qui les concernent sans en faire trop.

 

« Je suis enfermé depuis ma naissance dans une pièce à quatre murs. La première porte que je vois, c’est toi. Tu es ma seule issue »

 

C'est un 1er tome très réussi que nous offre Kentin J9.pngARNO et avec une fin telle que celle qu'on découvre avec stupeur, impossible de ne pas enchaîner avec la suite qui va nous emmener à la Fashion Week de Londres.

 

Si vous aimez cet univers "mode", les personnages complexes et touchants et l'atypique en romance, je ne peux que vous conseiller cette histoire qu'il me tarde de mener à son final. Alors très belle lecture !


14/05/2024
0 Poster un commentaire

Mon âme interdite / Valérie DELAHAYE

1.pngValérie DELAHAYE est une auteure que je ne vous présente plus puisque plusieurs chroniques de ses romans sont dispos sur ma page. Il y a peu de temps j'avais eu un coup de cœur pour Memory Lane puis j'avais enchaîné avec Connor's lane qui n'a pas pu détrôner son prédécesseur mais qui a été une plus que bonne lecture.


C'est avec un roman d'un autre genre que je me suis plongée dans sa plume. Et là ce n'est pas du tout le même ressenti puisqu'on se trouve plus dans un New Adult, avec des thématiques fortes mais avec des personnages qui débutent seulement leur vie d'adulte donc avec des caractères qui ne sont peut-être pas 100% en adéquation avec la lectrice que je suis. Mais attention, ce n'est pas un avis négatif du tout, un simple ressenti personnel.


C'est en Belgique qu'on rencontre Isabella, jeune femme de 20 ans qui vient de perdre sa maman qui l'élevait seule depuis sa naissance. Et c'est chez le notaire qu'elle découvre son père biologique, Pasquale PIETRI, hôtelier corse dont elle ignorait tout, surtout qu'il avait déjà sa propre famille sur l'île de Beauté.


Les dernières volontés de sa mère étant qu'elle vive près de lui à Calvi et n'ayant aucune attache en Belgique, Helena décide donc de donner une autre direction à sa vie pour partir sur les traces de cette nouvelle famille qui est tout ce qui lui reste.

 

« Ne te préoccupe de l’avis des autres. Fait ce qui te semble juste et bien pour toi. Ceux à qui ça ne plaît pas, n’auront qu’à passer leur chemin et ceux qui t’aiment te soutiendront »


Alors qu'elle prend ses marques sur place, sa rencontre avec Ange BARTOLI, jeune serveur dans le restaurant familial, va changer sa vie d'une manière à laquelle elle ne s'attendait pas. S'il y a bien une expression qui les caractérise ce serait "coup de foudre". Malheureusement, lorsqu'on découvre qui est Ange, de quelle famille il est issu, on a clairement comme une impression de revisite contemporaine de la célèbre histoire de "Romeo et Juliette". Et j'avoue que je ne m'attendais pas à ce qui se cachait derrière tout ça.

 

« Peu de gens connaissent le véritable amour dans leur vie… nous on le vit »

 
Généralement, lorsque je commence un roman, je sais très vite si ça va matcher ou non. Et là, ça l'a fait tout de suite. Je trouvais que l'héroïne pourtant très jeune faisait preuve d'une belle maturité, qu'elle était vraiment intéressante.


Mais là où ça s'est compliqué, c'est lors de l'installation de la romance. J'ai bien compris l'idée de la fulgurance des sentiments, du coup de foudre au 1er regard mais, même si je n'ai pas de préférence en la matière, ça m'a un peu déstabilisée. Et j'avoue que ça a perturbé le début de ma lecture. Mais qu'on se rassure : ça n'a pas duré jusqu'au bout.

 

« Quand nos peaux entrent en contact, je sais que plus jamais je ne pourrais me passer d’elle »


J'ai adoré l'idée de Valérie DELAHAYE de poser le décor de son histoire en Corse. C'est très dépaysant, ça change énormément des mieux classiques et surtout, ça nous donne la possibilité de découvrir la mentalité corse, sur ses terres, notamment la mentalité patriarcale protectrice, quoiqu’un peu rigide.


Qui dit patriarche corse, dit... rivalités familiales, bien entendu puisque dans cette histoire, on pense instantanément à une relation interdite dans le style "Roméo et Juliette", sans le côté aussi tragique heureusement.


Je ne veux pas spoiler le contenu du roman mais l'auteure a su me surprendre car je m'étais déjà mentalement monté tout un scénario et finalement ce n'était pas tout à fait ça. Elle a su m'induire en erreur, en m'emmenant sur des pistes non envisagées.

 
J'ai adoré le couple que représentent Ange et Isabella. Si j'occulte mon petit ressenti du début, j'ai vraiment apprécié la maturité qui les caractérise ; même si parfois ils peuvent être en proie à des doutes et à des peurs auxquels leur âge ne les a peut-être pas préparés. Leur histoire est simple, belle mais pas évidente vu tout ce qui les entoure.

 

« Je subis cette vie et me plie à la mauvaise humeur de mon père qui me rappelle sans cesse que je suis un bon à rien »

5.png
Le plus touchant c’est Ange qui cache en lui des douleurs émotionnelles importantes, un passé éprouvé malgré ses seulement 25 ans et une certaine fragilité affective qui le montre bien loin du bad boy auquel on pourrait s'attendre. Le seul reproche que je pourrais lui faire : stop aux petits surnoms dont je ne suis jamais fan, qui m’agacent mais que je respecte quand même.

 

Isabella, quant à elle, va être impactée différemment puisqu’elle arrive dans une famille qu’elle ne connaît pas, avec des pratiques qu’elle était loin d’imaginer. Mais elle a un mental assez résistant et le ressenti est totalement différent. Il faut lire l’histoire pour comprendre.

 

« Tu mériteras tout ce que je pourrais te donner ou t’offrir »

 

Ce n'est pas qu'une simple romance que nous dévoile l'auteure puisque le thème des relations est au cœur de ce roman, malmenant les personnages et créant des tensions, réactions et machinations. Ce qui apporte un certain rythme nécessaire dans ce genre d'histoire pour éviter des longueurs qui pourraient s’inviter. D’autant qu’il n’y a pas trop de personnages, ce que j’apprécie toujours.

 

J’ai lu pas mal de romans de Valérie DELAHAYE et mon coup de cœur est indétrônable, pour l’instant, pour Memory Lane. Je me rends compte que ma sensibilité n’est plus la même selon la catégorie. Ce roman se lit très vite, il contient une très belle histoire et il a déjà trouvé son lectorat. Si vous aimez les relations interdites, les rivalités familiales et les douces histoires, vous correspondez tout à fait à la lectrice qui saura passer un excellent moment sur l’île de Beauté ! Alors, très belle lecture !


06/05/2024
0 Poster un commentaire

The killing vipers - T.5 : King / Sarah FAY

The killing vipers - T.5 King.pngEt voilà terminée la saga des Killing Vipers avec ce dernier tome consacré à King, le sergent d'arme de ce M.C qui a été durement touché et mis à l'épreuve au cours des précédents tomes. Il a subi plusieurs pertes matérielles et humaines et a dû faire face à la trahison d'un des leurs qui est à présent en fuite. Mais c'est sans compter sur la détermination de King qui est prêt à tout, même à payer de sa vie, pour venger ce M.C qui est sa famille et ceux qui en faisait partie, trop tôt disparus. Merci Sarah pour ta confiance indéfectible tout au long de cette aventure qui s'achève et qui a été riche en émotions en tous genres. J'avoue que ce tome arrive ex-aequo avec celui sur Kurt et Alicia Clin d'œil

 

 

Il y a 10 ans, après avoir subi deux trahisons qui lui ont coûté son amitié avec Harry, son meilleur ami et son histoire avec Victoria, celle qui aurait dû devenir la mère de ses enfants, King a dû quitter le MC des Thunderbolt, auquel il appartenait, avec interdiction de revenir à Reno ou où que ce soit dans le Nevada.

 

"On ne souffre plus quand on n'aime plus"

 

Mais après les derniers événements survenus chez les Killing Vipers, il choisit de transgresser en solo l'injonction de Thor, V.P des Thunderbolt afin de faire la lumière sur certaines responsabilités et d'assouvir son besoin de vengeance qui est toujours bien présent malgré les années qui se sont écoulées.

 

Ce qu'il ne sait pas c'est que Thor et son M.C, qui ont quasiment la main sur le secteur, font aussi l'objet d'un projet de vengeance de la part de Marlene, jeune femme qui a intégré le M.C en tant que sweetie pour enquêter et venger son frère, ancien prospect, mort dans de troubles circonstances. C'est alors qu'elle prend en filature Harry, devenu le mouton noir du M.C, que sa route va croiser celle de King. Le début d'une relation assez intense s’annonce, pour notre plus grand plaisir, et va évoluer dans une intrigue qui finit en beauté cette saga - sans avoir oublié de nous malmener au passage -.

 

"Je serai celle qui le renversera de son trône"

 

Quand j'ai attaqué ce tome final de la saga "The Killing Vipers", j'étais persuadée que rien ne pourrait détrôner le T3 qui avait été un vrai coup de cœur. Et là, j'avoue que le choix est difficile car ce T5 est tellement complet, tellement riche en émotions et tellement prenant que je doute. Mais il est totalement différent de l'autre et du coup, impossible de vraiment les départager.

 

Ce tome sur King est à mon avis le plus sombre de tous - attention nous ne sommes pas sur une dark romance -, plus dur et plus axé sur la réalité des relations entre M.C, des règlements de compte, etc.... Alors c'est vrai que, du fait que King joue en solo, les membres de "The Killing Vipers" ne sont pas présents de la même manière que dans les tomes précédents mais l'unité qui les lie n'en est pas moins présente et ressentie. Et j'ai vraiment aimé cet aspect de l'histoire qui apporte une intensité différente à l'ensemble.

 

« Si tu me trahis, tu sais ce qu’il se passera. Parfois, il existe pire que la mort »

 

Le point fort de ce roman repose sur King et Marlène, autant de manière séparée que dans le duo qui va se créer. Personnages de caractère qui n'ont pas froid aux yeux, ils sont unis par un même objectif et c'est vraiment toute la force de ce qui ressemble à une parfaite complémentarité.

 

J'ai adoré tous les personnages féminins de la saga mais Marlène a un petit truc en plus qui la rend d'avantage attachante. Toutes ses relations, qui vont jalonner le roman, sont tellement belles et simples qu'on ne peut que l'aimer (Clara, Victoria et ses enfants, etc...). C'est une héroïne comme on les aime, qui ne recule devant rien et qui nous embarque dans ces galères et ses émotions avec une facilité déconcertante.

 

« Pour une fois, dans ta vie, fais confiance à quelqu’un ! Et je peux te dire que j’en suis digne ! »

 The killing vipers - T.5 King(1).png

Un peu à son image, mais au masculin, King est caractérisé par une force mentale assez peu commune dans la description qui en ressort. C'est le personnage que Sarah FAY a le moins épargné puisqu'il va vivre des choses que je ne pensais pas trouver sous cette plume. Et pourtant... l'auteure a su intégrer, avec pas mal de crédibilité, des situations fortes, des scènes réalistes et des tensions qui maintiennent un rythme indispensable à l'histoire.

 

"Je découvrirai qui tu es ainsi que tes plus noirs secrets. Soit en certaine !"

 


Avec ce tome, Sarah FAY poursuit de manière très cohérente, l'intrigue qui s'est installée dans les précédents tomes, elle la fait évoluer de telle sorte qu'il est impossible de lâcher le roman avant le dénouement final.

 

Elle sait nous surprendre, nous entraîner dans une atmosphère plus sombre et plus pesante qui donne tout son sens à ce final qui n'aurait pas pu être autrement. Des thèmes durs sont abordés et des scènes parfois difficiles apportent vraiment ce à quoi on pouvait s’attendre. Ajoutés à cela des évènements que je n’avais pas vu venir et qui ont su créer une certaine surprise, entretenant ainsi la constance d’un rythme très agréable.

 

Pour avoir lu toute la saga, ce dernier tome est vraiment une excellente surprise même si sa lecture n’a pas toujours été de tout repos. Sarah FAY propose à ses lectrices un univers très bien abordé, plus que correctement développé et dans lequel on peut évoluer sans difficulté même si on n’est pas rompue à ce genre de lecture « bikers ». Elle sait mettre sa plume et son imagination créative à la portée de toutes les lectrices, ce qui est plus qu’appréciable.

 

Et petit bonus que j’ai adoré : la fin du roman nous offre un QR Code donnant accès à un chapitre bonus pour découvrir la rencontre entre King et les Killing Vipers notamment Anna et Chris. Une petite prolongation dans laquelle je me suis plongée sans hésiter et qui m’a ravie.

 

Pour moi qui ne suis pas forcément lectrice de sagas, ça me fait un peu bizarre de me dire que l’aventure s’arrête là – même s’il existe deux préquels : un, dont je vous parlerai très vite et un, à venir le 14 mai prochain -.

 

Quelque part, je me suis attachée à cet univers, à cette ambiance qui a su évoluer sur les 5 tomes et à ces personnages qui m’ont accompagnée sur une telle durée. Et il me semble évident de vous recommander de découvrir sans tarder cette auteure et son univers bikers – mais il y en a d’autres aussi – pour vous y plonger à votre tour. Et n’hésitez pas à me dire celui qui remportera votre préférence ! Très bonne lecture !


03/05/2024
0 Poster un commentaire

Le guide "Comment épouser un milliardaire ?" / Tara JONES


1.png"Ceci n'est pas un guide pour les faibles de cœur, de corps et d'esprit"

 

Comment épouser un milliardaire ?... ou comment perdre ses illusions que cela puisse arriver un jour... avec ou sans préparation, tellement la tâche s’annonce longue et périlleuse. Tara JONES ou plutôt son alter ego littéraire Cruella d'Enfer, pigiste et fauchée, a l'art de l'écriture pour nous faire garder les pieds sur terre avec son guide tout juste paru et qui se lit tellement facilement, avec délectation. Et cette couverture que je suis heureuse de découvrir puisqu'elle avait été soumise au choix des lectrices et que j'avais choisie.


Inspiré de faits réels ayant été vécus ? Désirs secrets inavoués ? L'histoire ne nous le dit pas mais c'est très bien analysé, avec une pointe de sarcasme, une belle touche d'humour et une sacrée dose de réalisme - du moins de ce qu'on peut imaginer - sur ce monde très fermé et select des hommes très très fortunés.


En deux tests de compétence, vous saurez si vous êtes compatible ou non avec l'un de ces bellâtres qui se cache peut-être tout près de chez vous et qui n'attend que vous pour briller encore un peu plus. Et si vous n'êtes pas compatible, comme moi, vous saurez relativiser puisque ce monde n'est définitivement pas fait pour nous et pour ma part, heureusement !

 

"Si le milliardaire n'est pas fait pour toi, c'est que ton bonheur se trouve ailleurs !"


Mais si vous êtes compatible, le plus dur reste à venir pour vous car le chemin est long jusqu'à une éventuelle happy ending. Vous pouvez compter sur Cruella d'Enfer et son franc parler pour :


- tester vos aptitudes et votre motivation à intégrer un monde de bling-bling et de paillettes,


- vous aider à repérer la bonne cible parmi une liste de 10 types de milliardaires tous aussi différents les uns que les autres - avantages et inconvénients à l'appui - ; liste non exhaustive bien sûr !,


- révéler votre vraie nature pour éviter le faux pas et vous transformer, telle Cendrillon, avec ses conseils de styles ciblés pour mettre toutes les chances de votre côté,


- vous dévoiler les coins les plus probables et les plus select de la planète où trouver votre âme sœur à 13 chiffres,


- partager avec vous quelques histoires littéraires, un peu particulières, d'héroïnes qui sont parvenues à séduire divers milliardaires,


- vous fournir une check-list indispensable, à respecter impérativement à la lettre,


- vous coacher telle une Nadine de Rotschild pour que le premier rendez-vous reste mémorable et sans aucune fausse note et que la suite ne soit qu'un long fleuve tranquille,


- vous prouver par A + B que oui les belles histoires d'amour existent, même après une rencontre des plus inattendue,


- vous donner les clés de la réussite pour parvenir à ce que le jour J ultime arrive mais aussi pour entretenir la flamme sur le long cours.

5.png
Attention : la vie auprès d'un milliardaire n'est pas simple, elle n'est pas à la portée de chacune et surtout, elle se mérite. Il faut respecter toutes les étapes de ce laborieux parcours, sans n'en sauter aucune.

 

"Chez le milliardaire comme chez Flunch, l'erreur à ne surtout pas commettre, c'est de vouloir tout mettre dans son assiette ! Tu dois faire ton choix : un seul plat à la fois ou gare à l'indigestion"


Cruella est ce qu'elle est mais on ne peut lui enlever que c'est un guide vraiment complet, qu'elle a créé avec brio, dans lequel rien n'est oublié, qui analyse parfaitement comment atteindre des sphères amoureuses à 13 chiffres. Une excellente préparation pour toute romantique qui pourrait penser que c'est facile et pourtant... avec les milliardaires rien n'est évident.

 

"Essayer d'adapter une paire de jeans taille 36 à un sumo, c'est comme vouloir cuire un steak saignant sur un volcan en éruption"


Sous la plume de cette auteure, c'est un écrit d'un genre complètement décalé et un peu loufoque que l'on découvre sans trop savoir à quoi s'attendre. Le luxe et l'extravagance se côtoient sans aucune langue de bois, ni tabou.


Franchement, j'ai adoré cette lecture complètement inattendue mais vraiment plus que sympa. J'ai beaucoup ri et souris au fil des pages et chapitres qui regorgent de phrases tellement bien trouvées, de situations cocasses qu'on essaie d'imaginer, de références en tout genre qui illustrent parfaitement certains points et surtout de tous ces mots que Cruella manie avec tellement de talent pour une lecture si bien rythmée qu'on ne s'ennuie pas un instant.

 

"Si tu veux pêcher un requin blanc, tu dois lâcher quelques sardines !"


Si vous connaissez la plume de Tara, avec ses précédents romans, vous serez incontestablement surprise par cette prise de risque ô combien osée mais terriblement réussie. Sa saga "Unité Spéciale" compte des membres très sexys mais qui n'ont rien de milliardaires - où je ne suis pas au courant -. Avec ce guide, elle s'essaie à toute autre chose et c'est, pour moi, un pari gagné !


Vous êtes-vous déjà demandé ce que serait votre vie auprès d'un milliardaire ? Quelle que soit la réponse, découvrez votre compatibilité ou non grâce à ce guide que je vous conseille de vous procurer sans délai. La surprise sera certainement au bout de cette lecture ! Je n’attends qu’une chose : qu’il paraisse en format papier pour rejoindre les autres titres de l’auteure dans ma bibliothèque. Alors belle découverte ! 


27/04/2024
0 Poster un commentaire

Connor's lane / Valérie DELAHAYE

1.png
J’ai longtemps vécu dans l’ombre de mon frère

J’ai enchaîné les conneries et les mauvaises fréquentations

 

J’ai cherché où était ma place

 

J’ai refusé d’avoir une vie traditionnelle

 

Et puis un jour, une femme que je n’attendais pas à tout fait voler en éclats

 

Et puis un jour, j’ai trouvé l’amour qu’il me manquait

 

Bienvenue sur mon chemin…

 

OMG ! Si je m'attendais à ça de la part de Val DELAHAYE qui a pris un sacré risque avec l'histoire de Connor's Lane, spin-off de Memory Lane qui a été un très beau coup de cœur. Merci Val pour ta confiance renouvelée avec ce titre qui m'a un peu perturbée, disons-le.


Dans ce tome à la couverture renversante, n’est-ce pas, on retrouve Joy, Luke mais surtout Connor, le frère cadet de Luke. Toujours aussi proche de Joy, Connor aimerait trouver le grand amour tel que celui qui unit son amie et son frère. Peut-être que celui-ci a le visage de Rebecca, maman célibataire qui élève seule son petit Spencer. Sauf qu'un retour inattendu à Port Charlotte va faire vaciller ses certitudes et ses émotions. Et si l'amour se trouvait là où il ne s'y attend pas !


Alors clairement, je me suis dit - et je ne dois pas être la seule - "non mais elle n'a pas osé", tellement j'étais scotchée par ce que je lisais. Et bien si, elle a osé et sauf erreur, c'est la première fois que je suis face à un tel scénario. Et je dois avouer que ça m'a laissée perplexe.


Dans "Memory Lane", j'ai adoré la relation complice entre Connor et Joy et quel plaisir de la retrouver ici. Toujours aussi soudés - ils travaillent même ensemble dans la boutique de Joy -, leur amitié semble inébranlable. Sauf que le fameux retour d'un personnage qu'on aimerait ne pas voir réapparaître va bouleverser et chambouler tout ce petit monde ; et pas qu'un peu. Et moi, lectrice, je ne vous raconte même pas !

 

« Il y a quelques années, tu étais une épine dans le pied, à présent tu es mon organe vital »


Connor, qui n'a rien oublié du passé qui a blessé pas mal de monde, doit faire face à des sentiments contradictoires qui vont pas mal le malmener. Lui qui ne comprend pas ses sentiments naissants, va devoir faire un choix entre assumer, au grand jour, les conséquences d'une éventuelle histoire impossible ou adopter l'adage "pour vivre heureux vivons cachés". A vous de le découvrir !

 

« Parfois l’amour nous tombe dessus sans qu’on s’y attende et de temps en temps on ne s’en rend compte que lorsqu’on est complètement amoureux »


5.png
C'est très compliqué d'écrire un avis sur une telle histoire avec laquelle l'auteure prend un tel virage par rapport à la précédente. Et j'avoue que je suis incapable de dire si j'ai aimé ou non ce choix. J'ai aimé l'histoire pour son côté atypique et complètement osé mais elle ne détrônera pas Memory Lane.


Dans le 1er tome, j'avais vraiment aimé Connor, ce qu'il était et ce qu'il représentait dans ses forces, ses faiblesses et ses démons passés. Dans celui-ci, qui se passe 3 ans après l'autre, il a gagné en maturité ce qui donne un ressenti envers lui un peu différent.

 
Face à lui, il y a ce fameux personnage qui revient trois ans après dans une démarche de rédemption aussi soudaine qu'inattendue. Spoiler oblige, impossible de dire de qui il s'agit mais si vous avez lu "Memory Lane" la surprise va être grande.

 

« Quand tu fais des conneries, tu paies les pots cassés. Et parfois ça prend du temps avant de tout recoller »


Ça m'ennuie de faire un avis trop long car j'ai peur de gâcher l'effet de surprise, sachant que la présentation de l'auteure restait justement évasive.


Mais ce que je retiens de cette lecture c'est que je ne peux nier avoir passer un excellent moment même s'il a été différent de Memory Lane pour lequel le côté romance plus intense, m'a plus fait vibrer, team Luke & Joy.

J'ai aimé les tensions qui jalonnent l'histoire par le retour de ce fameux personnage et tout ce que cela va impliquer. La notion d'interdit – un peu éloignée de celle qu’on rencontre habituellement - est bien représentée ce qui apporte une belle touche énigmatique quant à la suite de l’histoire. Et j’ai vraiment adoré découvrir Joy sous une autre facette que celle que l’on connaissait d’elle dans l’histoire qui lui était consacrée. Et point primordial, j’ai relevé plein d’extraits so romantiques qui illustrent à eux seuls cette histoire.

 

« J’ignorais qu’on pouvait aimer quelqu’un si fort, alors qu’on se détestait il y a peu encore. Comme quoi dans la vie et en amour, il ne faut jamais présumer de rien »

 

Dans ce roman, on est sur une alternance de points de vue et c’est quelque chose que j’apprécie vraiment car ça donne un certain rythme à l’histoire. En ce qui concerne Connor, l’auteure a parfaitement répondu à mon attente mais en ce qui concerne l’autre personnage, j’aurais aimé quelque chose de plus approfondi, de plus complet car je suis restée un peu sur ma faim même si je reconnais le courage qui l’anime.

10.png
Du coup, je n’ai pas su m’attacher à ce protagoniste comme il l’aurait mérité. Et pourtant ce personnage n’est pas revenu avec pour objectif la romance mais bien dans une démarche de rédemption, qui, soyons honnête, est assez osée ; aussi sincère soit-elle ! Mais il m’a manqué un petit quelque chose pour que l’étincelle se fasse. Malgré tout, j’ai vraiment aimé la sincérité qui s’en dégage, la force de caractère qui peut l’amener jusqu’au sacrifice et la douceur de sa relation avec Connor, envers et contre tous. Donc, rien de vraiment négatif… juste une petite frustration.

 

« Je pense qu’il faut s’aimer soi-même et être accomplie avant de penser à aimer quelqu’un d’autre. Et je n’ai ni l’un ni l’autre… »

 

11.png
Malgré quelques petites choses qui m’ont fait défaut, « Connor’s lane » est tout de même un excellent spin-off à « Memory lane » et il complète bien ce qu’on a pu découvrir précédemment. Et je pense qu'il est indispensable d'avoir lu "Memory Lane" avant pour bien appréhender toute l'histoire, en ayant tous les éléments incontournables qui font la spécificité de ce roman. Connor était un personnage important, qui vivait un peu dans l'ombre de la réussite et du charisme de son frère, et il était normal qu’il ait aussi son histoire, aussi atypique et décalée soit elle. Si vous avez lu et aimé « Memory lane », je suis certaine que l’histoire de Connor saura vous surprendre et vous séduire une fois la surprise passée. Alors très belle lecture !


20/04/2024
0 Poster un commentaire

Mayiah K.

png_20240414_234431_0000.png
Bonjour Mayiah,

 

Merci beaucoup d’accepter de répondre à quelques questions pour que les lectrices de « Mille Livres En Tête » puissent mieux te connaître – et moi aussi par la même occasion -. Pour celles qui te connaissent déjà, tu es l’auteure de 3 romans parus en maisons d’édition : Dark Hope – Duologie parue chez Studio 5 Editions / Le voleur de mon cœur & Irrésistible attirance parus chez Cherry Publishing

 

1 – Peux-tu te présenter en quelques mots aux lectrices qui ne te connaitraient pas encore ? Es-tu écrivain à temps plein (sinon comment sont occupées tes journées) ?

Hello, je suis Mayiah K. auteure de romance sous toutes ses couleurs. J'ai 32 ans, deux petites filles et je vis dans le sud de la France. Je ne suis malheureusement pas auteure a temps plein (l'idée me plairait bien, mais il faudrait que j'écrive plus souvent et plus vite *lol* ) par contre je suis coiffeuse à mon compte depuis 5 ans.

 

2 – Comment en es-tu venue à écrire ? Toute petite, remplissais-tu déjà des cahiers d’histoires de princes et de princesses ? Ou bien, à quel moment cette révélation t’est-elle apparue ?


Alors peut être que mon anecdote en fera rire plus d'un mais je n'ai jamais trop aimé lire. Par contre gamine, je passais mon temps à publier des histoires que je créais avec mes SIMS sur un Skyblog. J'ai le souvenir d'avoir toujours été une personne inspirée et à vrai dire, je ne suis pas étonnée de
Les-Sims-20-ans-et-toujours-bien-vivants.jpgmon parcours actuel.

 

J'ai commencé à écrire pendant le confinement en début 2020, puis j'ai réellement terminé mon premier manuscrit en décembre 2020 et je me suis éclatée à le faire. Depuis je continue mais varie encore dans les genres car je crois que je me cherche toujours Rigolant.

 

3 – As-tu toujours beaucoup lu ? Te décrirais-tu comme une lectrice boulimique ou raisonnable ?

Design sans titre.pngJ'ai commencé à lire après la naissance de ma première fille en 2018/2019. Je ne me suis plus vraiment arrêtée après avoir débarqué sur Booksta en mars 2020. Je suis toujours dévoreuse de livres, j'ai juste changé de bord en ne lisant plus que de la romantasy et je suis clairement loin d'être raisonnable… Rigolant

 

4 – Quel est le Top 3 de tes styles littéraires ?

  1. Romantasy
  2. Dark romance
  3. Dystopie

 

5 – As-tu des auteures incontournables, dont tu as lu tous les livres et dont tu es une fan inconditionnelle ?

Maelle POE & M.E TOURBILLON.png
Maelle Poe et Marie E. TOURBILLON, vraiment deux femmes dont j'essaie de puiser le talent mais surtout deux amies extraordinaires que j'admire telle une groupie Bisou

 

6 – Peux-tu nous raconter un peu ton parcours d’auteure en maison d’édition ? Parcours du combattant ou long fleuve tranquille ? Et as-tu envisagé de te lancer en auto-édition ?

Design sans titre.png
A l'époque de DARK HOPE, la dark romance n'était pas vraiment la Hype du moment. J'ai clairement galéré… j'avais des idées précises et j'ai du restreindre mes choix,. Puis est venue la fin de l'écriture du tome 2 et malgré certain refus j'ai continué et après plus d'un an est enfin arrivé mon premier contrat.

 

Pour ce qu'il en est de l'auto édition : Oui. Mais je souhaiterais quand même me faire une belle expérience en maison d'édition avant d'envisager cette option. Je ne suis pas encore assez douée pour me lancer.

 

7 – Pour les personnes qui hésitent à se lancer et avec ton expérience, quels conseils ou astuces donnerais-tu pour réussir et éviter les embûches ?

Que rien ne s'est fait en un jour. Qu'il faut parfois des années avant d'arriver à pondre l'intégralité d'un roman. Que malgré les refus, les retours bêta, il ne faut jamais lâcher dès les premiers échecs. Parfois il faut prendre sur soi, apprendre à accepter de ne pas être parfait et relire, re-relire, travailler et retravailler son texte perpétuellement.


8 – As-tu un rituel d’écriture et quel est, pour toi, le moment le plus propice pour écrire ? Toujours une boisson ou une gourmandise à portée de main ?

a59632daac7f11965461799a7ae3951d.jpg

Aucun rituel. J'ai deux enfants en bas âge et clairement c'est impossible même si j'aimerais ! Je me contente d'écrire le soir, tard, quand je peux être sûre et certaine de ne pas être dérangée…Généralement je bois un café avant de m'y mettre Innocent

 

9 – Que représente l’écriture pour toi ? As-tu peur de la panne de l’écrivain ?

J'ai déjà eu une panne de plus d'une année, juste là. Je m'y remets lentement mais sûrement. L'écriture pour moi est une passion, une échappatoire qui me permet de voyager à travers l'imaginaire. La grande rêveuse que je suis adore passer du temps à créer des histoires, des mondes, des personnages…

 

Sans titre.jpg
10 – Ton nom de plume, est-ce ta véritable identité ou un simple pseudo ? Eh non, je ne m'appelle pas Mayiah K.

 

Si tu veux l'histoire de mon surnom, ça date de la 6ème, j'avais quoi, 11 ans ? Avec un groupe de copines on se donnait des surnoms et le mien est arrivé naturellement. Puis à l'âge de 15 ans j'ai personnalisé l'ensemble et Mayiah K. est née.

 

A savoir que je me reconnais aux deux noms, puisque même mes profs au lycée m'appelaient comme çà et qu'encore aujourd'hui mes amies aussi.

 

Maintenant parlons un peu de tes romans.

 

11 – Comment t’est venue l’idée pour chacun de tes romans ? Peux-tu nous en dire quelques mots ou anecdotes ?

DARK HOPE est venu après la lecture du Roman de Oly TL : Plonge avec moi. J'avais envie de sombre. De personnages qui ont vécu des drames, des choses ignobles et qui après avoir ouvert les yeux, se reconstruisent ensemble. Le tome 1 a été écrit en 45 jours.

 

Le voleur de mon coeur.jpg
LE VOLEUR DE MON COEUR
est arrivé après une conversation avec Émilie May, lorsque je cherchais une idée pour un concours Fyctia. Puis à force de fouiller sur Pinterest, un moodboard créé et PAF l'idée est arrivée naturellement.

 

Irrésistible attirance.jpg
IRRESISTIBLE ATTIRANCE
n'avait pas de titre à sa soumission. Pour mettre un nom, j'avais simplement noté : l’inconnue de la ruelle.

 

Celui-ci fait partie de mes écrits sans idées. J'avais en tête les personnages, la ville, leur passé mais pas ce qui leur arrivait dans le roman. Alors je me suis laissée guider, puis surtout surprendre par eux. C'était une belle expérience, même si la fin a été un véritable casse tête puisque je ne voyais pas comment les quitter…

 

12 – Comment as-tu vécu toute cette aventure d’auteure signée en maison d’édition ? Et comment as-tu réagis lorsque ton premier roman a vu le jour de manière bien réelle ?

 

J'étais aux anges. Je voyais que sur les RS les gens étaient emballés autant que moi, c'était comme sur un nuage mais en vrai Embarrassé puis je suis retombée comme un soufflé. Je ne dirais pas que l'expérience au final m'a déçue mais je m'attendais à une autre ambiance et ce premier roman n'a pas eu le traitement qu'il méritait selon moi…

 

13 – Est-ce que d’éventuelles critiques auraient pu t’inciter à te remettre en question au point de vouloir tout arrêter ? Ou as-tu un moral d’acier à toutes épreuves ?

Pour le moment je prends les retours négatifs plutôt bien. J'ai même ri à certains. Je reste novice dans le milieu et je suis loin de me voir parfaite, bien au contraire. J'essaie d'apprendre tous les jours, je dirais même que je m'alimente en critiques.

 

Après je ne pense pas être tout terrain, mais je suis assez facile à vivre et il est assez compliqué de me contrarier dans ce domaine pour l'instant. Peut être qu'un jour oui ?

 

14 – Comment as-tu vécu l’accueil du public pour « Dark Hope » sachant que c’était ton premier roman édité ? Tes sensations ont-elles été identiques pour les suivants ?

Un peu délicat d'en parler comme ça, mais comme dit plus haut, je pense que Dareios et Amber n'ont pas eu le succès qu'ils auraient dû avoir. Je sais que je vais devoir pas mal le retravailler mais il est certain qu'un jour je ferais en sorte qu'ils soient beaucoup plus chouchoutés.

 

15 – Comment as-tu vécu la pré-sortie de tes romans ? Zen ou stressée ? Et comment te sens-tu lorsque tu es sollicitée pour une dédicace par tes lectrices comme cela a été le cas à Vendargues ?

En vrai ça va ! Je pense que le premier à été le plus difficile à gérer émotionnellement surtout qu'il y avait eu un bug sur Amazon donc une sortie décalée d'un jour Incertain. Pour les autres j'ai rien à dire c'était idyllique surtout que le roman en papier était disponible en même temps que le Ebook.

 

À Vendargues ça été un choc ! Quand j'ai vu qu'en une seule matinée tous mes exemplaires des deux tomes de DARK HOPE étaient partis,  c'était irréaliste …

Romance fever.png

Le salon Romance Fever est vraiment un excellent salon à faire en tant qu'auteure comme lectrice. Du côté auteure c'est juste dingue, j'ai croisé du monde, j'ai pas vu la journée passer. C'était incroyable !

 

16 – Es-tu sensible à la critique littéraire (bonne ou mauvaise) ?

Je suis preneuse de toute critique, qu'elle soit bonne ou mauvaise.

 

17 – Il me semble que tu t’es laissée tenter par l’écriture à 4 mains avec M.E TOURBILLON. Veux-tu bien partager avec nous l’histoire de cette rencontre et de cette association et l’aboutissement de votre projet commun ?

Oups Embarrassé Eh bien nous avons mis le projet en stand by. Actuellement nous n'avons pas repris mais nous en avions discuté ensemble en fin d'année. J'aimerais beaucoup reprendre ce quatre mains car c'était sympa. Entre la recherche, l'histoire, les personnages… je suis grave emballée. Mais nous avons aussi des projets personnels qui nous prennent pas mal de temps.

 

Marie a prévu une sortie prochainement d'un roman en auto édition qui a du lui prendre pas mal de son temps et pour ma part avec une panne d'écriture, la perte de mon papa en janvier et la reprise de ma romantasy en cours d'écriture depuis mars, je n'ai pas vraiment le courage de jongler entre tout En pleursEn pleurs

 

Maiiiiiis j'espère vraiment aboutir à notre quatre mains.

 

18 – Maison d’édition, est-ce un choix délibéré pour t’épanouir pleinement dans ton activité d’auteure ? As-tu été associée à l’aspect marketing de tes romans ?

J'ai surtout débuté en maison d'édition parce que je n'y connaissais rien. Je pense que c'était le meilleur chemin pour mes premiers manuscrits… pour le coté marketing je t'avoue que ça ne dure finalement que quelques jours… après la publicité s'essouffle.

 

19 - Comme beaucoup d’auteures, comment arrives-tu à concilier vie privée et écriture ? 

Je dors peu et je bois beaucoup de café Rigolant

 

20 - Pour terminer, peux-tu nous confier en quelques mots (sans en trop en dévoiler) si tu travailles sur un prochain projet ? Aurons-nous le plaisir de te retrouver prochainement avec un nouveau titre ?

Une romantasy sur un peuple maudit dont l'héroïne doit trouver une solution pour s'en dépêtrer. C'est assez vague mais c'est compliqué d'en dire sans trop en dire Clin d'œil

 

Pour l'instant non, j'ai eu une panne de plus d'un an avant de réussir à m'y remettre doucement. J'ai demandé à récuperer mes droits sur les deux tomes de Dark Hope qui je l'espère retrouveront une maison après cette séparation. J'ai encore pas mal de projets en tête mais celui de la fantasy prime d'abord parce que l'histoire est déjà bien avancée et parce qu'elle m'emballe de fou !

 

21 - Petit quizz – Tu es plutôt  :

 

Thé ou Café (ou chocolat si tu préfères)                                         CAFÉ

Sucré ou salé                                                                                    SUCRÉ

Films romantiques ou films d’action                                              ROMANTIQUES

Printemps, Eté, Automne ou Hiver                                                 PRINTEMPS

- Du matin ou du soir (genre on ne peut pas te parler le matin ;-D)  SOIR

- Du genre cocooning ou sportive                                                      COCOONING

- Homme romantique ou macho man                                                NI L’UN NI L’AUTRE Pied de nez

- Vacances à la mer, à la montagne ou à la campagne                      A LA MER

 

Merci énormément Mayiah d’avoir eu la gentillesse de m’accorder un peu de ton précieux temps. Je te souhaite le meilleur à venir et je ne peux que conseiller aux lectrices qui ne te connaissent pas encore, de découvrir ta belle plume et de te découvrir toi, tout simplement.

 

Merci à toi Gaëlle pour ta gentillesse et ton sourire. Tu es un véritable petit cœur. J'espère avoir le plaisir de te revoir sur un évènement littéraire ou ailleurs ❤️


14/04/2024
1 Poster un commentaire

Sois vert et tais-toi / Flora ARMONIE

1.png
Et voilà qu'elle nous revient avec une nouvelle romance au titre toujours aussi original que ceux de ses précédents romans et à la couverture haute en couleur, ce n'est pas peu dire. Mais qui ça ? Flora ARMONIE, bien sûr !


Pour celles qui connaissent toutes ses histoires, croyez-moi vous n'êtes pas prêtes avec ce nouveau roman "Sois vert et tais-toi" qui paraît ce 15/04/2024 en auto-édition. Et pour celles qui ne la connaissent pas, mais qu'attendez-vous ?

 
J'ai eu le grand bonheur de découvrir, un peu en avance, cette histoire dans laquelle nous allons découvrir Charles et Oria, évoluant dans des sphères sociales totalement opposées, alors qu'ils se rencontrent au lycée et que démarre, entre eux, une relation un peu particulière, qui n'est pas tout à fait de l'amitié mais ça je vous laisse le découvrir par vous-même.


Et puis, nous les retrouvons 7 ans plus tard alors qu'ils se sont perdus de vue - ou presque - et que leurs vies ont pris de chemins totalement différents.


Fervente défenseure écologiste, Oria est devenue journaliste spécialisée dans la traque des gros pollueurs de la planète et Charles, malgré des rêves de destin artistique dans la peinture, c'est dans l'entreprise familale que sa vie professionnelle n'a eu d'autre choix que de se poser. C'est à l'occasion d'une importante manifestation écologiste, à Paris, que leurs routes vont à nouveau se croiser, de manière fortuite... ou non et que le contact va se renouer.


Mais lorsque certaines réalités ne sont pas forcément faciles à assumer et à révéler, les revers de situations pourraient bien ne pas être ceux escomptés. Bienvenue à Paris où tous les rêves sont permis... même les plus fous mais à quel prix !


Lorsque j'ai pris connaissance de ce nouveau roman de Flora, j'ai immédiatement retrouvé tout ce qui caractérise sa signature littéraire mais avec un petit truc en plus au niveau de l'écriture. Et c'est vraiment un truc en plus, très positif ! Merci Flora pour ta confiance et ta patience !


Dans ce roman, elle aborde le thème, si peu commun en romance, de l'écologie en le traitant avec une certaine justesse, sans que ce ne soit trop pesant. Mea culpa : je ne suis pas écolo du tout. Elle nous le fait découvrir sous la forme d'une enquête journalistique pas trop envahissante mais également avec une petite pointe d'humour lorsqu'elle l'évoque par le biais de certains personnages ou de certaines situations.


Dans ce texte, même si les personnages se sont connus 7 ans auparavant, c'est un peu comme s'ils se redécouvraient et j'ai vraiment aimé voir l'évolution de leur relation qui semble couler de source mais qui, n'étant pas basée sur de bonnes fondations, ne va pas être si évidente que ça. Entraînant donc toute une série de situations drôles, touchantes, attendrissantes ou énervantes aussi.

 

« C’est ça le sel de la vie, non ? Faire des choses un peu folles, se lancer des défis, et pourquoi pas, surprendre une ou deux personnes en chemin »


Comme à son habitude, Flora nous offre des personnages comme on les aime, tellement opposés et pourtant si complémentaires.

Oria fait partie de ces personnages féminins qui a du cran, un certain sens de la répartie et qui n'a pas froid aux yeux car rien ne l'arrête. Je ne dirais pas qu'elle est extravertie mais c'est un sacré personnage qui a la chance d'avoir un entourage familial et amical au top, lui permettant d'être une jeune femme solaire et qu'on aime immédiatement.


Alors que Charles, qui a grandi dans un environnement assez stricte, est plus dans la réserve, mettant de côté une passion qu'il tient secrète pour ne pas déclencher le mécontentement et les critiques d'un père qui n'a pas la meilleure place dans cette histoire. Il aimerait avoir le cran de vivre sa passion mais voilà il ne l'a pas... mais peut-être pas définitivement qui sait. D'une manière bien différente, il est attachant également.

 

« C’est un peu le chaos de ma vie, mais transformé en quelque chose de beau »


5.png
Cette histoire est parfaitement bien menée sous cette plume toujours si authentique qu'est celle de Flora ARMONIE. Elle sait nous entraîner dans le quotidien de ces personnages qui, persuadés que leur destin est définitivement scellé, sont loin de s'imaginer l'impact qu'auront ces retrouvailles sur leur vie et sur leur avenir.


Elle nous offre aussi des personnages secondaires de qualités qui apportent pour certains une touche de sérieux nécessaire au contexte et pour d'autres une belle dose de légèreté et de peps qui agrémente agréablement l'ensemble notamment avec Deborah, Lenny et une indispensable Mamie, toujours drôle, qui se trouve dans toutes les histoires de Flora.


"Sois vert et tais-toi" est une très jolie romance qui nous emmène sur des terrains inconnus et qui sait nous tenir concentrée d'un bout à l'autre, toujours dans l'attente des émotions qu'elle saura faire naître en nous. Amour, humour, intrigue et douceur sont les maîtres mots de ce qui nous assure de passer un excellent moment de détente et de lecture.


Je suis Flora depuis ses débuts et malgré tout je suis toujours surprise de retrouver l'association simplicité/originalité qui caractérise ses romans. Elle sait se diversifier avec des univers et des personnages qui sortent toujours de l'ordinaire et son imagination est réellement sans limite, ni fin. On ressent vraiment la passion qu'elle met dans ses histoires et le plaisir qu'elle a à écrire.


Elle fait partie de ces auteures autoéditées dont je ne loupe aucune sortie et que j'ai réellement plaisir à lire, à échanger en toute simplicité avec. Et si vous ne la connaissez pas encore, je ne peux que vous conseiller de partir à sa rencontre au travers de ses titres déjà parus et de sa personnalité qui fait d'elle une auteure à part entière, très accessible. Alors très belle lecture ! 


14/04/2024
0 Poster un commentaire

Memory Lane / Valérie DELAHAYE

1.pngDe la plume de Valérie DELAHAYE, je ne connaissais que "Le Noël de Mia", lu il y a déjà quelques années. Depuis, Valérie n'a jamais cessé d'écrire apparemment puisque d'autres romans sont venus agrandir sa bibliographie, tous en auto-édition.


C'est à l'occasion d'une proposition Service Presse pour son dernier titre, Connor's Lane, que j'ai postulé pour découvrir ce qui est la 2nde histoire (ou le spin-off) de sa dernière saga. Et sachant qu'il y avait une autre romance avant – qui peut se lire indépendamment -, je lui en ai fait aussi la demande. Et c’est donc de ce 1er tome « Memory Lane » qu’il est question aujourd’hui. Merci infiniment Val' pour ta confiance !


De sa vie de quaterback professionnel, il ne reste rien à Luke, si ce n'est le rêve envolé d'évoluer dans ce qui a toujours été sa passion. Marié depuis 10 ans à Belinda, ancienne capitaine des cheerleaders à l'université, il avait une vie toute tracée jusqu'à ce qu'une blessure mette fin à sa carrière sportive.

 

« Quand on aime quelqu’un, peu importe ce qui se passe, peu importe comment l’autre devient, ce qui compte, c’est de le soutenir dans ses choix, même s’ils sont douteux à notre goût »


C'est dans l'armée américaine qu'il s'est engagé, affecté à des missions aussi longues que dangereuses et qui mettent en péril son couple. Alors qu'il décide de mettre un terme définitif à ses déplacements avec une dernière mission, le moment tant redouté survient et c'est dans un hôpital militaire en Virginie qu'il se réveille, avec une inconnue, Joy, à ses côtés.

 

« Tout ce que j’ai vécu était le pire, avant de connaître le meilleur »


Elle semble très bien le connaître, ce qui n'est pas le cas de Luke qui ne veut que voir sa femme, seul souvenir qui lui reste de sa vie avant le drame qui l'a frappé. Selon les médecins, il doit retrouver la mémoire seul et c'est le début d'un parcours de reconstruction émotionnelle qui l'attend.


Après les épreuves des combats armés, celle qui l'attend à Port Charlotte, en Floride, pourrait bien réveiller certaines blessures nécessaires pour affronter une réalité éprouvante mais indispensable pour que le bonheur fasse à nouveau partie de sa vie.

 

Entre mensonges, secrets et révélations douloureuses, c’est un nouveau combat qui s’annonce pour Luke ; peut-être bien le plus difficile qu’il aura à mener. Bienvenue à Port Charlotte !


5.png
Énorme coup de cœur pour ce roman pourtant si court mais néanmoins tellement bien écrit, complet et terriblement touchant. Je ne suis pas du tout adepte des romances militaires mais la particularité de cette histoire fait que je l'ai lue d'une traite car impossible à lâcher.


Car particularité il y a bien : aucune scène militaire détaillée n'est présente dans ce roman ; seul le métier de Luke apporte la notion militaire. Et c'est certainement pour ça que j'ai si facilement accroché.


Dans cette histoire construite avec une narration à double voix et des alternances présent/passé, judicieusement associées les unes aux autres, l'auteure nous immerge dans le quotidien bouleversé d'un homme qui, du jour au lendemain, perd tous ses repères en même temps que sa mémoire. Elle traite le thème de l'amnésie partielle avec brio puisque j'ai trouvé cet aspect de l'histoire très réaliste, sans en faire trop.

 

« Le jour où tu n’as plus peur, tu es mort. C’est ce qui nous maintient en vie »


Dès le départ j'ai adoré les personnages de Luke et Joy auxquels l'intrigue (qui ne dure pas trop longtemps et qui n’en ai même pas totalement une) m'a fait m'y attacher rapidement.


J'ai aimé la douceur et la force qui caractérisent Joy, cette jeune femme un brin solaire, spontanée, qui a un amour inconditionnel pour ses parents mais avec laquelle une vie personnelle n'a pas toujours été tendre. Au fil des chapitres on la découvre, tour à tour, se construisant un bonheur auquel elle n'avait jamais espéré ou luttant avec patience et amour pour sauver ce bonheur qui semble vouloir lui échapper.

 

« Je refuse de croire que le destin m’a offert l’opportunité de t’avoir dans ma vie pour me la retirer ensuite »


Face à elle, il y a Luke, cet homme meurtri tant dans sa vie personnelle que professionnelle, qu'une mémoire défaillante malmène, lui ôtant une partie de son histoire qu'il va devoir patiemment mettre à jour avec ses proches et avec celle à laquelle il se sait lié sans savoir l'expliquer. L’impatience légitime et la maladresse qui l’accompagnent tout au long de son processus de reconstruction, renforcent l’attachement que l’on peut avoir pour lui. Il a un rôle difficile et rien ne pouvait l’y préparer.

 

« Tu t’es infiltrée dans ma tête, dans mon cœur… ça va au-delà d’une attirance physique, c’est bien plus que ça »


Une fois n'est pas coutume, j'ai commencé cette lecture sans avoir lu le résumé auparavant. D'où la découverte totale de ce qui s'est apparenté à une intrigue pour moi et qui ne le sera pas pour d'autres, et pour cause…. Et le charme a instantanément opéré puisque je me suis laissé prendre dans l’histoire dès le prologue intrigant jusqu’au mot FIN.


Je suis vraiment une lectrice adepte des alternances de voix et de périodes alors lorsque sont ajoutées notion de relation interdite, épreuves, douceur, émotions, tensions, confrontations, noirceur de certains personnages, bienveillance pour d’autres, combativité émotionnelle et révélations inattendues, c’est une combinaison gagnante.

10.png
La plume de l’auteure est vraiment douce, superbe et maîtrisée et c’est réellement un plaisir de la lire et de découvrir une telle histoire grâce à elle. Elle capte notre attention avec une facilité déconcertante et j’avoue que, personnellement, ça me fait du bien. Elle nous emmène pourtant sur des parcours de vies semés d’embûches qui font naître un tourbillon d’émotions qui, personnellement, ne m’ont jamais quittée. Et j’adore cette sensation !

 

« J’ai la conviction que nous deux c’est écrit, que la vie a conspiré pour nous mettre sur le même chemin »

11.png
Je ne sais combien de passages j’ai pu noter mais il y en a un nombre impressionnant.  Les citations ou extraits sont l’essence même d’un livre et dans celui-l
à il y en a tant… tous plus beaux les uns que les autres.

 

Et je pense que c’est une raison suffisante pour découvrir ce roman où la notion de romantisme est tellement présente alors même que les épreuves le sont tout autant. Une parfaite complémentarité unit tous les éléments qui composent cette histoire à la limite de couper le souffle à multiples reprises.

 

Alors je ne peux que vous inviter à découvrir cette sublime histoire qui ne pourra pas vous laisser indifférente. Très belle lecture !


07/04/2024
0 Poster un commentaire

Love me now - Slave of one night #3 / Fanfan DEKDES

Love me now SOON 3.pngComment est-il possible de condenser autant d'émotions si fortes, si incontrôlables et si destructrices dans un tome tellement attendu et inattendu à la fois ?

 

Je l'ignore mais ce dont je suis sûre c'est que Fanfan DEKDES, avec le 3ème tome de sa saga SOON "Love me now" signe là l'écrit le plus poignant que j'ai eu à lire sous sa plume.

 

Et je ne sais pas si je ne vais pas être obligée de la blacklister au motif de "briseuse d'illusions". Merci infiniment Fanfan pour l’envoi de ce roman que je ne suis pas prête à oublier et qui dépasse largement le coup de cœur !


Beaucoup de lectrices comme moi, après Tray/Lisa & Colas/Sophie attendaient l'histoire de Noah et Méline avec tellement d'impatience et je pense que nous sommes toutes tombées de haut en refermant leur histoire. Et ça fait mal, très mal !


Pour rappel, Noah - de son vrai prénom Nathanael - est le batteur des Slave of one night, groupe de rock lillois mondialement connu, qui vit à Los Angeles. Mais Noah c'est aussi l'histoire d'un énorme crush qui l'a frappé le jour où il a rencontré Méline, meilleure amie de Lisa et propriétaire de Pic ‘Assiette, traiteur à Lille.

 

« Je ne désespère pas de me faire aimer de Méline un jour »


Lorsque Méline, à l'occasion des fêtes de fin d'année, vient renforcer les équipes de Lisa, à Los Angeles, Noah qui ne s’attend pas à la voir retrouve la résistance persistante de la jeune femme mais aussi le côté piquant de leur relation et plus si affinités... ou pas. Une lecture qui n’est pas de tout repos dans tous les sens du terme !

 

« Aucune hésitation. Aucune timidité. Seulement l’assurance qu’il n’existe pas d’autre issue possible »


Allons droit au but : ce tome était clairement attendu mais son contenu pas du tout ! En tout cas, pas par moi qui suis ressortie dévastée par ce que j'ai lu - et je n'exagère pas pour le buzz -. Lisez-le et on en reparlera.


Dans les précédents tomes, l'auteure invitait déjà des thèmes forts mais là, j'ai vraiment eu l'impression qu'elle avait donné encore plus, avec des thèmes plus sensibles et plus poignants qui ne peuvent pas laisser insensible, ni indifférente. D'où la chute émotionnelle qui vient doucement dans le sens où le cœur se sert petit à petit, au fil des révélations, au fil des espoirs, au fil de tout ce qui compose cette histoire et auquel je n’étais pas préparée.


"Love me now" ce n'est pas un roman dans lequel on rencontre les tensions habituelles, au sens auquel nous sommes habituées. Mais des tensions intérieures, émotionnelles et affectives engendrées par deux parcours de vie malmenés de la plus terrible des manières et soigneusement cachés sous des comportements de façade. Et un sentiment que, de mémoire, je n’ai jamais ressenti en 8 ans de lecture de ce genre littéraire, qui ne m’a pas quittée d’un bout à l’autre de l’histoire ; s’accentuant si intensément par moment.

 

« Je virevolte, je butine mais jamais je ne me pose. Jamais mes ailes ne cessent de battre. De peur de ne plus savoir comment m’envoler »

 

Retrouver Noah si taquin et pourtant si agaçant a été un moment tellement fort lorsqu’il tombe le masque révélant une sensibilité et une passion qui étaient impossible à mesurer jusque-là. Avant d’être un batteur talentueux et un membre indissociable des SOON, il n’est qu’un homme dont le passé révélé, le rend si attachant lorsque ses failles sont mises à nues. Et lorsque l’une de ses failles s’appelle Méline, on ne peut qu’oublier tous ses petits défauts.

 

« J’ai depuis longtemps séparé les sentiments et le sexe. Et pourtant, avec Méline, l’acte paraît indissociable »

 

Love me now SOON 3(1).png
Méline, ah Méline ! Dans les précédents tomes il était impossible de la voir avec le même regard que celui qui nous accompagne dans cette histoire qui la révèle forte et pourtant si fragile à la fois. Mais attention aux apparences parfois soigneusement mises en scène au-delà desquelles certaines personnes pourraient avoir envie de s’aventurer, n’est-ce pas Noah ? De tous les personnages féminins, c‘est sans nul doute possible, pour moi, la plus mise à l’épreuve. Et forcément, comme ne pas adhérer à ce qu’elle est, à ce qu’elle dégage et à cette évolution qui s’opère sous nos yeux, au contact de celui qui n’est que tendresse, confiance et passion.

 

« Elle se débat avec ses limites, érigeant des barricades tellement hautes qu’il faudrait des années pour pouvoir les escalader. Qu’est-ce que je n’ai pas, bon sang ? »

 

« Love me now » c’est le choix de Fanfan d’ancrer son histoire dans une réalité qui heurte par le poids des mots, par la véracité de certaines scènes qu’on aimerait ignorer - et qui m’ont malmenée - et par la force de sentiments qu’on aimerait suffisante pour se relever d’épreuves sans jamais retomber. Mais la vie est rarement un long fleuve tranquille et c’est ce qu’elle nous démontre au travers de ses personnages ; même si on doit laisser un bout de notre cœur et de notre âme dès le mot FIN posé.

 

Ce 3ème tome des SOON, ce sont les retrouvailles avec les personnages emblématiques qui sont indispensables, soutien sans faille en toutes circonstances, auxquels viennent s’ajouter ceux que l’on n’attendait pas mais qui, tel un ciment, viennent renforcer la notion de famille de cœur, à défaut de la famille de sang. La cohérence de l’ensemble de cette histoire est indéniable sachant que toutes les portes ouvertes ont été refermées ; Fanfan n’ayant rien laissé au hasard. Et même si entre l’espoir et le désespoir la ligne est quasi invisible, et que ça n’est jamais agréable, on ne peut nier l’authenticité de l’ensemble de ce roman. Oui, il est authentique !

 

Mais « Love me now » c’est aussi énormément de tendresse, ce qui m’a vraiment frappée – même moi qui déteste les surnoms j’ai trouvé celui de Méline tellement adorable et approprié - et une jolie dose d’humour qui fait du bien. Et ce sont deux éléments plus que nécessaires voire essentiels pour atténuer des thèmes abordés bien réels mais tellement forts.

 

« Tu fais un truc de travers et on fermera les yeux quand les filles mettront le grappin sur toi. Compris ? »

 

Je n’ai jamais caché, je le revendique même, que les histoires dans le monde de la musique ont une place toute particulière dans mes goûts de lectrice. Et cette saga des SOON, que je suis depuis ses débuts, arrive clairement en 1ère position (même si d’autres ne déméritent pas, bien sûr !).

 

L’auteure nous offre une plume de qualité, des personnages réalistes, des univers bien imaginés et bien travaillés et des playlists qui m’enchantent à chaque fois. Elle sait nous faire sourire voire franchement rire, nous faire pleurer, nous faire nous attacher à ses protagonistes, quels qu’ils soient, et surtout, en ce qui me concerne, elle m’empêche d’être une lectrice passive, dénuée de toutes émotions.

 

Alors oui, ce 3ème tome m’a bouleversée à un point que je n’aurais jamais pu imaginer. Mais la lecture a des ressources infinies, qui émergent directement de l’imagination de nos auteures préférées et Fanfan fait partie de ces plumes qui me correspondent totalement.

 

Même si j’aurais du mal à m’en remettre, finalement je vais la garder en bonne place dans mon cœur de lectrice et je vous la conseille vraiment, au travers de tous ses écrits qui m’ont conquise depuis que je la connais. Alors très belle découverte et n’hésitez pas à échanger avec elle !


01/04/2024
0 Poster un commentaire

The killing vipers - T.4 : Charly & Matt

1.pngFrustration quand tu nous tiens ! J'attendais ce T.4 avec autant d'impatience que le T.3 (jusque-là mon préféré) et je n'ai pas mis longtemps à le lire car, encore une fois, Sarah FAY montre son talent pour nous tenir en haleine et pour poursuivre sur la lignée qu'elle s'est fixée pour sa saga de "The killing vipers". Malgré tout, ce T.4 ne détrônera pas son prédécesseur puisque je reste un peu sur ma faim quant à un aspect de l'histoire : la romance. Je tiens à remercier Sarah pour sa confiance une nouvelle fois en me confiant ses bikers !


Point important : ce tome, comme les précédents, ne peut pas se lire de manière indépendante. Plus on avance dans l'histoire et plus on se rend compte du fil conducteur qui relie les tomes entre eux. Et pour une parfaite compréhension de l'histoire, il vaut mieux suivre la chronologie.


Dans ce tome, l'évolution du MC des Killing Vipers s'assombrit un peu avec ce qui s'apparente à une mise à l'épreuve sur pas mal de points. Et j'avoue que je ne l'avais pas du tout envisagé sous cet angle. Je connais l'écriture de Sarah et sa ligne de conduite ; et pourtant elle a encore su me surprendre. Je ne m’attendais pas à trouver une intrigue telle qu’elle l’a imaginée et développée avec beaucoup de talent.

 

Ce tome est vraiment différent de ses prédécesseurs tant dans son contenu que dans son écriture. Pour la première fois, Sarah choisi le trope « relation interdite » ce qui apporte une certaine tension, différente de celle qu’on avait pu ressentir dans les précédents tomes.

 

Et pour cause, ce 4ème tome met en lumière Charly, un des lieutenant du M.C mais aussi fille du prez donc intouchable par qui que ce soit membre du M.C. Sauf que… pas si simple cette affaire puisque Charly est fortement attirée par Matt, lieutenant également et lui aussi attiré par elle. Donc toutes les cases de la relation interdite sont cochées. Mais lorsque l’interdit est bravé, rien ne sera plus comme avant… et je ne vous en dirai pas plus…

 

« Matt possède ce charme que nul autre ne peut égaler. Si je n’aimais pas en plus sa façon de voir les choses, cette liberté qui le singularise, cette nonchalance et ce je-m’en-foutisme caractéristique, j’aurais pu passer à travers les mailles de son filet »

 

Je pense que toutes les lectrices, qui suivent les Killing Vipers depuis le début, attendaient ce tome avec impatience puisque le personnage de Charly, au-delà du fait qu’elle est intouchable de par son statut de fille de prez, fait qu’on a envie de la découvrir plus encore que ce que les autres tomes ont pu nous donner comme aperçu. Et je refuse qu’on dise du mal d’elle, tellement je l’ai aimée.

 

Jeune femme avec un caractère oh combien fort – et encore le mot est faible -, elle mérite cette place qu’elle a obtenu en passant toutes les épreuves du M.C et autant dire que, dans un monde majoritairement masculin, on ne peut que lui dire « bravo ». Elle a une certaine détermination, notamment en ce qui concerne Matt et son comportement qui la laisse sur sa faim et surtout dans une certaine incompréhension.

 

« Tu en veux toujours plus. Donc, ouais, on a bien pris notre pied, mais c’est tout. Arrête de me courir après. C’est toi qui en fais toute une histoire, qu’on se le tienne pour dit »

 

Car Matt est un personnage un peu torturé, qui a été marqué par une épreuve émotionnelle dont il a eu du mal à se remettre. Il est sur la réserve lorsqu’il s’agit de relations amoureuses mais mis à mal quand cela concerne Charly. Et au fil de l’histoire, le voile se lève doucement, découvrant ses fragilités sous une carapace de biker.

2.png
Ce 4ème tome, Sarah FAY l’a voulu différent des autres et je confirme, il est différent. L’évolution de la romance s’effectue de manière bien différentes des codes habituels utilisés en romance. On passe d’une séquence « proximité forcée » à une suite « éloignement forcé » et je crois bien que cela m’a déstabilisée pour ce qui est de la partie romance. Alors attention, ça ne change rien à mon avis sur ce tome qui est dans la pure lignée des autres mais il est juste différent sur pas mal de points.

 

Comme d’habitude, j’ai adoré la présence et l’importance des personnages secondaires et là je ne peux que penser à Natty, la grand-mère de Charly. Quel personnage ! Elle a tellement toute sa place dans cette histoire !!! Mais il y a aussi la relation entre Charly et son père qui, dans ce tome, se trouve sous tension. Ce point était important ; Sarah a su le traiter comme il se devait.

 

« Je ne pourrais jamais te traiter autrement que comme ma fille »

 

Hormis ce petit détail, j’ai vraiment adoré ma lecture puisque Sarah FAY a su passer à une intensité supérieure quant à l’intrigue, au déroulé des évènements, à la réponse à une question capitale qui est enfin dévoilée et à l’enchaînement des situations pour nous préparer, certainement, à un final qui se matérialisera le 8 mars 2024 avec la sortie du dernier tome de la sage, le tome 5 consacré à King.

 

Sans surprise, je serai au rendez-vous puisque je reste partenaire jusqu’au bout et fidèle à la plume de cette auteure qui est égale à la personne que Sarah est : authentique, talentueuse et accessible.

 

Je vous dis donc à très vite pour l’issue finale de cette saga qui a su me ravir jusque là et qui je pense, me promet encore de belles surprises dans quelques jours. Alors si vous ne connaissez pas encore Sarah, foncez la découvrir dans cette saga bien sûr mais dans ses autres parutions qui sont toutes aussi à lire. Alors, très bonne lecture !


03/03/2024
0 Poster un commentaire

Les couleurs de ton coeur / Marion LIBRO

5.pngQuel plaisir de pouvoir retrouver Marion LIBRO dans une histoire que j'avais suivie lors de sa participation au concours Fyctia "C'est un 10 mais..." et surtout de faire partie de ses partenaires occasionnelles pour ce titre. Merci Marion pour ta confiance

Quand j'ai débuté "Les couleurs de ton cœur" - exceptionnellement en numérique -, l'histoire me parlait mais sans savoir que je l'avais déjà découverte auparavant. Lorsque Marion m'a confirmé la participation au concours, j'ai compris le pourquoi du comment et ça m'a, en quelque sorte, rassurée de savoir que j'avais choisis une histoire déjà partiellement lue dans un autre contexte.

Dans ce roman, on rencontre Matteo, jeune peintre sans domicile fixe, qui tente de survivre grâce à son talent dans l'esquisse de paysages et de portraits d'inconnus croisés au détour des rues de Taormine, en Sicile. Et c'est en pratiquant son art qu'il est subjugué par Sofia, jeune femme de très bonne famille, stagiaire dans un musée, qu'il croise de manière rituelle chaque matin depuis plusieurs jours. Lorsque la jeune femme se rend compte qu'elle fait l'objet d'un portrait, la curiosité l'emporte, et plus pourquoi pas...

 

« La vie est trop courte pour ne pas la vivre pleinement… »


Mais dans le monde de Matteo les contes de fées et leur happy end n'existent pas, il n'y a aucune raison que Sofia soit celle qui changera le cours de sa vie. Et si sa vie avait décidé de le contredire avec quelques surprises - bonnes ou mauvaises - à la clé...

 

« Je n’ai déjà pas eu le droit à une enfance normale ni à une adolescence digne de ce nom… Je m’autorise alors à m’offrir une entrée dans la vie d’adulte sans fardeau »


Dans ce roman, on retrouve clairement la signature de Marion qui se caractérise par énormément de douceur, de bienveillance et de simplicité qui font du bien ; un peu à l'image de la jeune femme qu'elle me semble être. Et ceci, dès le départ puisque ses personnages ont chacun un parcours de vie qui a été malmené et pourtant on ne ressent pas de négativité dans leur rapport aux autres et dans leur manière d'appréhender leur vie. Bien au contraire.


On est sur deux personnages très jeunes, socialement opposés et pourtant l'alchimie est instantanée, peut-être trop pour les amatrices d'histoires qui prennent leur temps. On pourrait craindre, en découvrant Sofia, qu'elle illustre la petite fille riche bourrée de clichés, hautaine, prétentieuse, etc.. mais il n'en est rien. Et j'avoue qu’heureusement...


Bien au contraire, au travers de sa spontanéité et de son naturel, mon premier ressenti est qu'elle aime vraiment les gens et qu'elle n'est pas dans le jugement se basant sur le physique. Et ce trait de caractère est une vraie force dans cette histoire ; même si parfois j'aurais aimé qu'elle soit un tout petit peu moins lisse. Mais je peux, compte tenu du contexte, comprendre ce choix de l'auteure ; Sofia ayant subi un traumatisme récent important.

 

« J’ai cette impression qu’elle essaie de se persuader qu’elle est heureuse »


Face à elle, Matteo n'a rien du bad boy que sa situation sociale pourrait nous laisser penser. La passion pour la peinture qui l'anime et son passé qu'un prologue nous laisse supposer difficile n'auraient pas été cohérents avec un personnage différent que celui que l'on découvre.


Il fait partie de ces personnages masculins que l'on croise trop peu, avec une sensibilité, une réserve et une discrétion très touchantes. Meurtri par une enfance éprouvante, il est la représentation même du protagoniste qui garde en lui des meurtrissures importantes mais qui ne profite pas de sa situation passée de victime. Ses peurs et ses craintes qui jalonnent l'histoire sont légitimes et nécessaires pour cerner son personnage.


La relation qui naît, certes de manière un peu rapide, entre Sofia et Matteo sonne comme une évidence. Les moments de partage, de complicité s'apparentent à une quête vers une reconstruction émotionnelle que seul l'un peut apporter à l'autre et inversement. La force qui les pousse l'un vers l'autre est très bien mise en avant par l'auteure qui a choisi la douceur, plutôt que la précipitation ; ce qui est assez contradictoire avec l'impression de rapidité qui interpelle, sans qu'on ne puisse l'expliquer vraiment.

 

« J’ai l’impression de le connaître depuis toujours »


1.png
Dans ce roman, il y a assez peu de personnages ; ce qui permet d'accentuer la notion de sincérité des sentiments et de force des liens. Matteo, même s'il est peu entouré en nombre, l'est de manière qualitative par son meilleur ami Roméo et par une adorable mamie, qui a elle seule apporte une vraie légèreté lors de certains passages qui font sourire. Et en ce qui concerne Sofia, le schéma est identique puisque sa meilleure amie Alessia est cet essentiel nécessaire à son équilibre, qui lui permet de ne pas sombrer. Pour qui connaît la lectrice que je suis, s’il y a trop de personnages on peut vite me perdre donc là c’était parfait.

 

« Elle croit pas en l’amour, mais elle crois en toi…Et crois-moi, c’est ça l’amour »


Ce que j'ai apprécié dans cette histoire, c'est le processus de construction de la relation que, même s'il a été un peu vite à mon goût pour certains aspects, l'auteure a axé sur la confiance et l'absence de jugement ; valeurs qu'il est très difficile d'acquérir ou d'avoir de manière innée.

 

« Même s’il n’y a plus d’espoir, il y aura toujours une faible lumière qui brille »


L'auteure a inséré une belle part de psychologie modérée en abordant des thèmes forts comme les traumatismes psychologiques et émotionnels, le deuil, la confiance en soi, les différences sociales et leurs préjugés, le droit au bonheur lorsqu'il semble illégitime, etc... Et elle a, de la plus belle des manières, en toute pudeur et simplicité, abordé le difficile sujet de l'expression de nos émotions. J'ai trouvé cette partie de l'histoire terriblement poétique et tellement bien imaginée.

 

« Traverser une mauvaise période ne veut pas dire avoir une mauvaise vie »

 

Ce dernier roman de Marion nous permet de voir l’évolution de sa plume qui s’affirme et se renforce – même si quelques petites choses sans gravité m’ont interpellée - et j’avoue que c’est un vrai plaisir de pouvoir la suivre et la voir évoluer dans sa passion de l’écriture.

 

Et ce style de plume est vraiment très agréable à lire puisqu’elle nous permet de faire des pauses émotionnelles nécessaires, selon les genres qu’on lit, tout en nous proposant des histoires très bien construites, structurées et prenantes. Donc, je ne peux que vous conseiller de découvrir Marion Libro Auteure – si vous ne la connaissez que sous Marion Libro Chroniqueuse – car je suis certaine que vous l’aimerez tout autant. Alors très belle lecture !


25/02/2024
0 Poster un commentaire

Le mec du chalet / Emily JURIUS

1.png
Conquise ! La non passionnée de romance de Noël que je suis est conquise par la plume et la créativité d'Emily Jurius que je découvre avec ce roman qui marque le début de la saison de ce genre littéraire. Il ne m'a fallu que quelques heures pour dévorer cette romance hivernale et montagnarde, c'est dire si je l'ai aimée !


En cette période de fin d'année, Clara, talentueuse publicitaire a vraiment besoin de vacances pour se remettre du quotidien d'une vie de maman célibataire qu'elle mène à 100 à l'heure avec ses deux garnements de 10 et 8 ans qui doivent partir quelques jours chez leur père. Et quoi de mieux qu'une thalasso dans les Alpes suisses pour recharger les batteries. À elle le calme, la détente et les petits soins !


Mais c'est sans compter sur son ex qui met à mal ses plans en lui annonçant qu'il ne peut finalement pas accueillir Lucas et Andréas. Qu'importe, elle ne renoncera pas à ses projets, quitte à ternir son image de super maman !


Et la seule solution de secours, pour ne pas renoncer à son projet, c'est de les envoyer dans une colonie de vacances au cœur des montagnes suisses, dirigée par Joshua, trentenaire bourru qui n'aime pas les enfants et par Anna, sa sœur, qui approche du terme d'une grossesse de maman solo.

 

« Je ne veux plus me forcer. Si j’ai envie de râler, je râle. Point barre »

 
Fidèles à eux-mêmes, Lucas et Andreas bien décidés à faire comme s'ils étaient chez eux, vont transformer cette colonie en toute autre chose que ce à quoi Joshua a toujours été habitué. Et autant dire que ce montagnard pourtant rompu aux climats extrêmes va vivre une expérience qui n'est pas des plus agréables. Mais hors de question de se laisser pourrir la vie par deux terreurs. Quitte à devoir subir les foudres de leur mère qui n'écoute que son instinct maternel pour sortir sa progéniture des mains d'un abominable yeti des neiges. Lorsque les éléments climatiques se déchaînent, il n'y a pas que la tempête extérieure qui va se révéler difficile à affronter.

 

« Ces deux-là, ils pourraient être une pub pour la contraception à eux seuls. Qui voudrait enfanter des emmerdeurs pareils ? Ils me foudroient de leurs regards si semblables à celui de leur mère. Sur elle, c’est sexy, sur eux, c’est juste chiant »


2.png
J'ai adoré cette lecture et ce n'est pas peu dire. C'est peut-être parce que, à mon avis, ce n'est pas une romance de Noël ; les codes habituels n'étant pas présents.


On est sur une ambiance hivernale, avec comme décor une tempête en approche et un huis-clos plein de promesses. Et quelle richesse que cet écrit qui contient tout ce que j'aime : humour, tendresse, émotion, situations cocasses et répliques savoureuses, événements divers et variés. Bref, un rythme qui ne s'essouffle jamais et qui nous maintient accrochées d'un bout à l'autre.

 

« Cette femme est une véritable malédiction, et j’ai bien l’impression qu’elle va s’abattre sur moi »


Ce qui apporte beaucoup à cette histoire c'est la totale opposition qu'il y a entre Joshua et Clara qui n'ont pas grand-chose en commun. Et pourtant, ça matche au premier contact, ce que j'ai malheureusement trouvé un peu rapide à mon goût. Même si elle est bien présente, j'aurais aimé un peu plus de tension, que les choses soient moins simples.

 

« Ce type est juste beau. Je sais que c’est con, de mourir bouffée par des loups à cause d’un beau mec »


Dans cette histoire, vu le contexte, il y a peu de personnages et c'est un bon point pour l'auteure car on apprécie vraiment cette ambiance cosy qui permet de profiter pleinement de tout ce qui se passe.


L'écriture d'Emily est telle que j'ai pu ressentir chaque émotion, que j'ai beaucoup ri et souri notamment avec Clara et ses répliques ou pensées, que je me suis retrouvée agacée plus d'une fois par Lucas et Andréas que j'aurais bien aimé secouer un peu et que je me suis laissé toucher en plein cœur par le passé et la relation de Joshua et Anna.

 

« On dirait que ce mec à un quota de mots par jour et qu’il les économise au cas où il en manquerait »


Pour une première découverte de cette autrice, c'est une totale réussite même si j'aurais apprécié que certaines choses se déroulent autrement ou soient moins précipitées. Mais la romance est joliment mise en avant, le côté spicy est juste bien dosé et les personnages sont tellement attachants qu'on leur pardonne certaines faiblesses ou maladresses.


Si comme moi vous n'êtes pas une adepte des romances de Noël traditionnelles, "Le mec du chalet" est un très bon compromis pour entrer dans le mood "romances hivernales" sans tomber dans les clichés habituels. Cette histoire se lit simplement et très facilement et quel bon moment ! Alors très belle lecture ! 


14/12/2023
0 Poster un commentaire

Unhappy new year / D. BLAKE - D. DANE - M. INGUIMBERT - LylyBlaba - M. MONCOMBLE

1.pngQu'est-ce que j'avais hâte de me plonger dans ce livre tant attendu en ce mois de décembre et que j'avais pu me procurer, en avant-première, lors du festival New Romance à Strasbourg. Et je suis vraiment heureuse de pouvoir dire que c'était un réel coup de cœur qu’une telle histoire, assez atypique puisque écrite à 10 mains par des auteures de talent que l'on ne présente plus chez Hugo New romance. Quel exercice cela a dû être !

 

C'est sous une couverture simple mais tellement sublime et sous la plume de Dahlia BLAKE, Delinda DANE, Magali INGUIMBERT, LylyBlabla et Morgane MONCOMBLE qu'on découvre cette histoire qui se déroule sur une seule journée, celle du 31 décembre et durant laquelle on va suivre 5 jeunes femmes, 5 sœurs toutes différentes mais unies par une même douleur, en ce jour particulier, l'anniversaire de leur mère disparue il y a à peine un an.

 

En ce jour qui ne fait que leur rappeler la perte de celle qui était un véritable pilier pour chacun d’entre eux, la maison familiale va être, pour ces retrouvailles imposées par leur père qui doit faire une annonce importante, le théâtre de bouleversements pour chacune d’entre elles. Et autant dire que le temps de quelques heures, alors qu’une tempête hivernale approche, c'est dans une valse d'émotions que l'on se retrouve entraînée dans le sillage de Fallon, Aimée, Ivy, Taylor, et Hazel qui, chacune à leur tour, va voir sa vie prendre un autre tournant, totalement inattendu vu les circonstances. Sur fond de tensions, de rancœurs, de retrouvailles et de révélations, il n’y a pas que la tempête extérieure qui risque de faire des ravages sur la famille Scott. Quand les liens familiaux sont abîmés, il n’y a rien de plus difficile que la reconstruction de relations apaisées.

 

« Dans quel monde doit-on choisir entre l’amour de sa vie et celui

qu’on a créé ensemble ? »

 

Alors dès le départ on sait que le livre a été écrit par 5 auteures que l'on connaît dans des œuvres séparées et on se dit forcément que l'on ne sait pas trop quoi attendre d'une telle association, comment l'histoire va être construite. Et j’avoue qu’effectivement c’est un peu déstabilisant car je ne m’attendais pas à ce que l’histoire se découpe en un prologue, 5 parties et un épilogue en 5 parties également. Je m’attendais à quelque chose de très classique. Et bien non ! Et quel exercice sacrément bien réussi par chacune d’entre elles, bravo !

 

Cette histoire est vraiment portée par ces 5 sœurs qui ont toutes une vie différente, des caractères qui n’ont rien en commun et qui, pourtant, ont vécu la disparition de leur mère avec une douleur de même intensité mais en l’exprimant avec plus ou moins de facilité ou de pudeur. J’ai vraiment aimé que le sujet du deuil, véritable fil conducteur, soit traité ainsi, au travers du regard et des sentiments de cinq membres d’une même famille. Au travers de ces parcours de vies, chaque auteure nous propose une trope différente et chaque lectrice pourra, selon ses goûts et sa sensibilité, trouver le/les personnage qui saura lui parler et l’émouvoir.

 

« Chez nous, tout est plus bruyant que dans une famille classique, les rires sont

cinq fois plus éclatants et les engueulades aussi »

 

Dès le départ, on peut savoir quelle auteure se cache sous quel personnage mais j’ai choisi de découvrir l’histoire sans avoir cette information. Je n’en ai reconnu que 3/5 avec Delinda, Magali et Morgane qui m’ont particulièrement touchées au travers de Aimée (trope patron/employée), de Taylor (trope musique) et de Hazel (trope amour inavoué). Mais Fallon (trope couple en difficulté) et Ivy (friends to lovers) ne sont pas en reste puis elles ont su me faire adorer leur histoire, avec une certaine tendresse d’intensité différente des trois autres mais bien présente.

 

Le fait que l'histoire soit découpée en 5 parties, une partie pour chaque sœur, apporte un certain rythme à cette lecture qui permet de ne pas nous installer dans une routine qui aurait pu être lourde du fait que l'histoire se déroule seulement sur quelques heures jusqu'au décompte du Nouvel An et avec une notion de huis-clos. Les histoires sont bien liées pour n’en faire qu’une, même si ça ne semble pas évident au premier abord.

2.png
Et ce lien, en plus de celui du deuil, n’est autre que le père qui reste, malgré tout, assez discret à mon avis ; ce qui était préférable car je n’ai pas spécialement apprécié sa façon de parler ou de se comporter avec ses filles, à certains moments. La souffrance d’un deuil n’excuse pas tout. Instigateur de ces retrouvailles, j’avais malheureusement dès le départ compris l’annonce qu’il voulait faire. Et la révélation a donc été sans surprise pour moi. De même que ce qui s’apparente à un plot twist, sur la dernière histoire, qui était évident pour moi dès cette partie entamée. Mais je n’ai aucun regret de ne pas avoir été surprise ; ce n’était pas là le but de ma lecture.

 

« Est-ce que ce n’est pas un peu étrange de cristalliser un deuil

dans une chanson ? »

 

Dans cette histoire, il ne faut pas oublier les personnages secondaires qui évoluent aux côtés de chaque sœur et qui apportent beaucoup, à leur manière, à l'ensemble puisqu'ils ont un rôle de choix dans les romances qui vont s'installer au fil des chapitres. Forcément dans ce type de romance multi-personnages, il y a toujours un coup de cœur plus prononcé pour l'un ou pour l'autre et en ce qui me concerne mon cœur balance entre Zic et Cillian puisqu'ils illustrent 2 tropes que j'aime vraiment.

 

« On n’est pas censé blesser ceux qu’on aime. Mais qu’en est-il si on n’est pas sûr que ce soit toujours réciproque ? »

 

Et point ultime que j’ai aimé par-dessus tout, et qui pour moi apporte énormément de force à l’ensemble, c’est l’omniprésence brillamment entretenue de la mère au fil de l’histoire et qui apporte une belle émotion supplémentaire. J’ai adoré le détail « FAITH » et ce qu’il représente ; ça je ne m’y attendais pas du tout.  

 

Unhappy New Year est une lecture totalement adaptée à cette fin d’année qui approche même si elle n’a rien d’une romance de Noël. C’est une découverte toute en émotion et en intensité, qui ne peut pas nous laisser indifférente ; surtout si on aime ce style d’univers. Et c’est une lecture réconfortante qui permet de donner une autre dimension au thème du deuil qui est bien plus vaste et pas seulement négatif si on voit au-delà de la notion de tristesse. Alors n’ayez pas peur de pousser la porte de la maison des Scott car peut-être, comme moi, vous en ressortirez conquise ! Très belle lecture !


14/12/2023
0 Poster un commentaire

L'as de coeur / Morgane MONCOMBLE

L’as de coeur.pngBluffant ! Et déroutant ! Quel talent que celui de cette autrice dont on peut apprécier l'évolution de la plume, à chaque nouvelle sortie. Il est bien loin le temps de "Viens on s'aime' et quel plaisir !


C'est dans un univers un peu particulier et assez peu commun que Morgane a posé le décor de cette histoire pour laquelle j'avais tout de même quelques appréhensions. Ma crainte était vraiment que le thème des jeux - plus particulièrement du poker - prenne le dessus ; surtout lorsque, comme ici, il se joue en championnat du monde. Donc, pas la simple petite partie de poker entre potes !


Et quelle belle surprise que cette lecture qui m'a tenue concentrée d'un bout à l'autre tellement tout est prenant et surprenant. Et quels personnages surtout, autant les principaux que les secondaires ! Une belle bande qui illustre vraiment l'amitié avec une pointe d'humour et d'émotion.


Pour cerner l'histoire qui se déroule principalement à Las Vegas, le synopsis est parfait et il n'y a pas besoin d'en dire plus au risque de spoiler l'intégralité du roman. Ce qu'on peut dire sans prendre de risque c'est que, bien que le prologue donne le ton, il y a quand même une belle part de mystère autour du personnage de Levi. On connaît une faible partie des sentiments qui l'animent mais on est bien loin d'imaginer ce qui nous attend. Et pour Rose c'est un peu pareil puisqu'on ne sait que très peu de choses et son personnage reste très intrigant une bonne partie de l'histoire. Jusqu'à un plot-twist qu'il est impossible de voir arriver et modifie totalement le cours de l'histoire. Mais s'il n'y avait que ce retournement-là.

 

« Je suis celui qui vous détrônera, Levi IVANOVITCH. Souvenez-vous de mon nom »


Et non ! Car l'autrice ne s'est pas arrêtée en si bon chemin car toute la seconde partie de l'histoire est construite de manière à nous retourner le cerveau, nous faisant douter sur beaucoup de choses ou émettre des hypothèses qui ont peu de chances de se concrétiser. Elle maintient un climat avec lequel nos émotions sont malmenées et où on n'est plus sûre de rien.

 

« La seule chose qui pourrait potentiellement me distraire de mon objectif, c’est l’amour »


"L'as de cœur » n'est pas un roman policier mais il y a tout de même une belle intrigue, savamment ficelée et qui rythme l'ensemble faisant que j'ai eu du mal à lâcher le livre. Et même s'il y a un petit détail qui m'a interpellée, je dois reconnaître que l'on est sur une histoire très bien pensée, brillamment écrite et qui ne peut pas laisser indifférent. Et sa classification en romance psychologique est totalement justifiée.

 

« Seuls les lâches tentent d’étouffer les gens qu’ils considèrent comme supérieurs au lieu d’apprendre d’eux »


L’as de coeur(1).png
Tout au long de cette lecture, Morgane sait nous surprendre de manière très talentueuse, en renouvelant sa plume, en s'essayant à un univers risqué mais qu'elle sait mettre à notre portée, sans lourdeurs, et en signant là un écrit parfaitement aboutit qui nous permet d'apprécier l'évolution de son écriture qui gagne, encore plus, en maturité et qui est tellement agréable à lire.

 

« Je déteste me battre, parce qu’on ne sait jamais ce qui peut se passer quand on se bat »


L'association romance/intrigue est sans conteste maîtrisée et l'alternance des points de vue parfaitement appropriée à ce style d'histoire. Ce roman est également le moyen de mettre en avant les risques encourus par une addiction aux jeux d'argent quels qu'ils soient et c'était vraiment important que l'impasse ne soit pas faite dessus. C'est un très beau roman qui mérite l'engouement qui l'entoure et de tous les romans de Morgane, je trouve que celui-ci se démarque vraiment des autres car tellement imprévisible.

 

« Tomber dans l’addiction, c’est un peu comme tomber amoureux : on ne s’en rend compte qu’une fois qu’il est trop tard »


Je ressors totalement conquise par ce roman qui est un très beau coup de cœur tant dans l'écriture, dans la qualité des personnages et dans la richesse de l'histoire. Il n'était pas évident pour moi, compte tenu de l'univers, que cette lecture se termine sur une telle note, comme quoi il faut se laisser porter sans tenter de prévoir à l'avance. Très belle lecture ! 


15/10/2023
0 Poster un commentaire