Mille livres en tête

Mille livres en tête

I


Ice Baby / Valérie J. CHESNAY

"A tous ceux qui, un jour, se retrouvent à l'instant précis

où ils rêvaient d'être..."


www.kizoa.plcollage_2020-03-25_19-57-07.jpg
Ice Baby fait partie de ces histoires pour lesquelles il est difficile d'expliquer pourquoi elles ont croisé, un jour, notre route. Celles dont ce n'est pas forcément notre genre mais dans lesquelles on se plonge tout de même. A première vue, on se dit "Bon ok, une dernière année de lycée, des étudiants, des problèmes d'amourette d'ados qui n'ont que pour seules préoccupations, leur popularité, l'université qu'ils veulent intégrer, le solde de leur carte bancaire, etc...., je vais vite en faire le tour". Qu'est-ce que celle-ci a de plus que les autres pour que je m'y sois intéressée ?


Il y a certainement de nombreuses lectrices friandes de ce genre Young Adult et je respecte les goûts de chacune. 25 ans plus tôt, ça aurait peut-être été mon cas mais là, ce n'est, malheureusement pas mon univers de prédilection. Et pourtant..... ! Sur les réseaux sociaux, j'avais pu découvrir que de nombreuses lectrices avaient été conquises par cette histoire publiée sur Fyctia. Le charme ayant tellement bien opéré que ce roman est sorti en "Stories by Fyctia", il y a quelques semaines. Mea culpa : je n'ai pas le temps de flâner sur cette plateforme de lecture Incertain

L'auteure ne m'était pas inconnue puisque nous nous sommes rencontrées lors des FNR de la Maison d'édition Hugo Roman et que nous avions bien sympathisé (du moins, je crois !). Même si je ne fais pas partie de l'élite des chroniqueuses, je tenais à lui offrir mon avis car c'est toujours important de reconnaître le temps passé par les auteures et pour les aider à progresser.


Oh my God, lorsque j'ai chargé le fichier sur ma liseuse, j'ai été surprise par le nombre de pages : un joli bébé, bien dodu Surpris

Et puis me voilà partie à Calgary (Canada) pour rencontrer David, étudiant en dernière année à la Calgary West High School et accessoirement star montante de l'équipe de hockey sur glace. Autant dire que la patinoire est sa 2ème maison et son équipe, sa 2ème famille. Accompagné de ses 2 meilleurs amis, sa popularité n'est plus à faire. Pourtant, rien ne dit que cela suffise à son bonheur de jeune adulte en devenir.

 

« Je peux tout perdre. En un claquement de doigts. Il me restera les amis, la famille. Comme après lui »


Il a grandi auprès d'une mère aimante, d'un père trop tôt disparu et de sa petite sœur Solveig, jeune patineuse, qui, malgré son jeune âge, est un personnage important. A ce tableau s'ajoute, depuis un an, Sam son beau-père, à qui David a du mal à accorder une place. David poursuit un rêve d'enfant : intégrer l'équipe des Flames.


Lors d'une séance d'entraînement de Solveig, une silhouette évoluant sur la glace, va attirer son attention. Celle de la très discrète Eliza, également élève à la C.W.H.S et entraîneuse pour les apprenties patineuses. Le patinage était son rêve ; celui-ci a été brisé il y a quelques années. Elle évolue dans un univers familial complexe et seuls ses patins lui permettent de faire le vide, ne serait-ce que le temps de quelques heures. Son histoire est touchante et on ne peut que l'admirer au fil de la lecture ou lui dire « Non, non tu ne peux pas faire ça ! ».

 

« Une tenue étincelante. Un jury. Un public. Et moi, au centre. Une musique qui retentirait. Moi qui m’élancerais. Mais ce n’est qu’un rêve. Un rêve inaccessible désormais »


Les rêves doivent-ils seulement rester à l'état de rêves ?

David et Eliza sauront-ils trouver les ressources pour s’imposer et pour que la chance de voir plus loin soit au bout de leur histoire ?


Antoine de St Exupéry a écrit "Fais de ta vie un rêve et d'un rêve, une réalité". Les vies de David et Eliza sont semblables de par le fait qu'elles ne sont pas un rêve, elles ne sont pas parfaites, loin de là. Par contre, elles différent dès lors qu'il s'agit de leur avenir et de leur rêve. L'un est prêt à se battre pour y parvenir, l'autre s'est résignée à le laisser s'éloigner.


Valérie J.CHESNAY accomplit, avec ce roman, une sacrée entrée dans le monde de la littérature Young Adult en offrant à ses lectrices une histoire ô combien complète qui véhicule un grand nombre de messages et de valeurs - l'amitié, l'esprit d'équipe, la famille, l'alcool, la manipulation, l'acceptation de soi en tant que soi, le dépassement de soi, de ses peurs ou ses doutes, etc... - . Habituellement, la romance occupe les 3/4 de l'histoire avec quelques petites choses pour éviter la morosité du "Je t'aime, je ne t'aime plus, etc...." ; là, c'est plusieurs histoires cimentées entre elles, pour ne faire qu’une.

 

« Dans une famille, on ne peut rien se cacher et tout se dire »

 
Dans Ice Baby, chaque personnage peut revendiquer sa légitimité qui donne à l'histoire cette construction narrative et cette cohérence qui évite qu'on lâche avant la fin. Chacun a son histoire propre qu'on aime découvrir au fil des chapitres ; les bons comme les mauvais, chacun a sa chance auprès des lectrices. L'attention n'est pas seulement portée sur ce qu'on estime être les personnages principaux. Que ce soit James, Antoine, Nicole, Georgia et les autres, ils n'ont de secondaires que l'appellation.

www.kizoa.plcollage_2020-03-25_20-05-25.jpg
En majorité, les personnages sont jeunes, bien évidemment. Mais ce qui est frappant, c'est que malgré ses 17 ans, Eliza a une sacrée maturité. Lorsqu'elle parle, lorsqu'elle patine, lorsqu'elle entraîne ses petites protégées et lorsqu'elle est toujours là pour aider les autres. Elle n'a rien à voir avec le cliché habituel de la lycéenne qui ne réfléchit pas. Elle va faire des erreurs de jugement et des choix motivés par de mauvaises raisons ; mais qui n'en a jamais fait ! D'un autre côté, elle va se révéler être très responsable face à certains événements. Elle n'est pas parfaite et ne prétend pas l'être.

 

« Tout nous opposait alors qu’en réalité, nous avions tant en commun »


Face à elle, David est plus impulsif et un peu « naïf », ne réfléchissant pas toujours aux conséquences de ses actes. Avec lui, c'est un peu "donner le bâton pour se faire battre". Ça ne donne pas pour autant raison à l'image du sportif "Tout dans les muscles, rien dans le cerveau". Une partie de son histoire qui se dévoile doucement, tout au long de la lecture, apporte cette tendresse qui s'oppose à la brutalité de son sport. A côté de ça, il a des sentiments profonds autant en amour qu'en amitié. Et cette unité qu'il forme avec James et Antoine, est une des forces qui porte cette histoire. J’ai vraiment apprécié cet aspect de l’histoire qui apporte une petite touche de légèreté masculine avec de bons moments de sourire ou de tendresse dans lesquels ces jeunes hommes pourraient bien avoir un cœur d’artichaut.

 

« Une seule personne peut nous forcer à voir la vérité en face, mais c’est elle qui sait aussi nous blesser là où on est le plus vulnérable »


Au travers des scènes sportives et des compétitions (de deux disciplines différentes en plus), l'auteure s'est essayée à un exercice qui me semble difficile à maîtriser : éviter l'ennui qui, dans ce genre de contexte, pourrait s'installer. Lorsque le sport prend le dessus sur l'histoire, personnellement il y a de grandes chances de me perdre.


Les atmosphères, les mentalités, l'ambiance dans les gradins avec l'engouement des spectateurs, tout est parfaitement dosé et bien retranscrit pour que la part sportive reste raisonnable. Et c'est très agréable à lire.

 
Le patinage est une discipline difficile mais tellement pleine de pureté, de beauté et de légèreté, qu'elle a un pouvoir d'apaisement. Et les scènes décrites dans Ice Baby, apportent comme un sentiment de plénitude, le froid de la glace qui s'entremêle avec la chaleur intérieure que le spectacle nous procure. Il suffit juste d'écouter le silence à peine perturbé par le crissement des patins qui effleurent la glace, pour se croire spectatrice. J'adore !

Lorsque des rivalités s'en mêlent (là l'auteure a mis la dose), que les sentiments sont à fleur, que certaines scènes sont poignantes, que le meilleur - ou le plus mauvais - ressort de tout ce beau monde, que les amis sont soudés tels les 3 mousquetaires « Un pour tous et tous pour un »,  que les pages se tournent et que les chapitres défilent au son d'une belle playlist (*), je dis "il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis".

 

Le mélange aboutit à un tout, agréablement réussi malgré, selon moi, quelques petites choses à revoir, petites faiblesses qui n’enlèvent rien à la beauté de cette histoire mais qui pourrait la renforcer encore plus. Je ne suis pas une professionnelle donc à chacune de se faire son opinion. En tout cas, c’est une très belle découverte dans le genre Young Adult qui saura trouver, et ravir, son lectorat à coup sûr :-)

 

(*) Ma playlist  SPOTIFY ICE BABY


26/03/2020
1 Poster un commentaire

Is it love ? Ryan / Eva DE KERLAN

www.kizoa.plcollage_2019-12-01_17-20-51.jpg
Pour un retour à un univers New Romance tel que je l'ai connu au départ, j'ai choisi le cadre de la Carter Corp. qui m'a été proposé par Eva de KERLAN et son attaché de presse Emmanuelle SCORDEL-ANTHONIOZ. Un grand merci à elles pour cette confiance.


J'avoue que j'ai mis quelques jours avant de me plonger dans cette découverte car je ne savais pas trop à quoi m'attendre et surtout comment appréhender un concept qui m'est totalement étranger : l'adaptation d'un jeu vidéo sous forme de texte New Romance. Un peu comme un produit dérivé. J'avais peur de ne pas être à la hauteur de la confiance qui m'était accordée.


Heureusement, la lectrice que je suis n'a pas été laissée dans le doute longtemps, grâce à l'intervention de Claire ZAMORA qui a signé la préface (avec un beau clin d'oeil à son mari). Et de toute manière, j'avais fait le choix d'occulter le concept "jeu vidéo" pour lire ce roman comme un livre lambda, de peur de passer totalement à côté de ce qu'il renferme.

 
C'est une jeune femme, June dépassée par un horaire tardif que je rencontre au détour d'un couloir du 42ème étage de la Carter Corp., influente entreprise new-yorkaise dirigée par l'énigmatique Ryan CARTER – Monsieur Regard Intense - , dans laquelle elle travaille depuis quelques mois en tant qu'assistante de communication. Se rendant à une soirée au sein de son entreprise, c'est dans l'espace confiné d'un ascenseur, arrêté en pleine ascension, qu'elle va vivre une expérience torride et sensuelle peu commune et désarmante. Mais hallucination ou réalité ?


"Son doigt se pose sur mes lèvres, rappelant sa demande de me taire. La pression persiste un instant avant de devenir caresse. Totalement désarmant. Je ne cherche même pas à protester. Ce simple geste est bien trop délicieux pour être repoussé"


Ce début d'histoire m'a un peu "déstabilisée" car effectivement je ne savais pas si June avait imaginé cette fameuse scène ; tellement il me semblait improbable qu'une telle situation survienne.


"Un instant de mon existence tellement improbable, à la limite de l'érotisme et de l'indécence, que je viens à me demander si ça n'était pas un pur fantasme refoulé de ma part"


Reprenant le cours de son existence, mais ne pouvant oublier cet épisode incompréhensible, eĺle va être amenée à vivre une autre situation avec celui dont tout le monde parle mais que peu connaissent : Ryan CARTER, the Big Boss en personne. Et lorsqu’elle est promue comme son assistante personnelle, la tâche va se compliquer autant émotionnellement parlant que professionnellement.


Et là débute vraiment l'histoire qui semble, de premier abord, un peu déjà vue. J'avoue que je n'ai pu m'empêcher de faire le rapprochement, pour certains points, avec une autre célèbre histoire.

 
Un jeune homme d'affaires,  beau, charismatique et plein d'assurance Avisé, intraitable et intransigeant en affaire, tout lui réussit et il réussit tout ce qu'entreprend. Avec une enfance pas du tout dorée et un brin d'autorité, il est parti de rien pour arriver tout en haut d'une tour de verre. Sa brillante réussite dans un domaine d'aide aux démunis lui vaut quelques ennemis et les conséquences qui peuvent en découler. Et exigeant autant en affaires qu'en amour, il est célibataire. Les milliardaires de romance sont-ils tous voués à ressembler à ce même portrait ?

 

« Un boss qui m’attire autant qu’un paquet de bonbons ! Vivement déconseillé, voire interdit de toucher, et pourtant on meurt d’envie de goûter ! »


Je suis quand même arrivée à passer outre ces similitudes, heureusement. Et j'ai vraiment aimé ma lecture. Je n'irai pas jusqu'à dire que je pourrais en lire plusieurs d'affilée mais de temps en temps ça change un peu.

 

June est une jeune femme spontanée, bosseuse, qui n’a pas peur de s’investir. Avec un certain caractère, elle ne craint pas de dire ce qu’elle pense, même au grand patron. Elle est pleine de pep’s ; j’ai beaucoup aimé ce côté-là de son personnage. Autant de dire que des femmes comme elle ne font pas légion dans l’univers de Ryan. Et l’attirance réciproque va être immédiate dans deux mondes bien différents.

 

"Une rose piquante de fraicheur et de spontanéité sur mon chemin, qui m’a transpercé le cœur de la plus étrange des manières"

 

Lui, Ryan il est ce qu’il est. Il a de nombreux traits de caractères assez forts mais au contact de celle qui va croiser sa route, sans se laisser impressionner, ses barrières pourraient bien se fragiliser. Et remettre en cause toutes ses certitudes bien ancrées dans son style de vie.

 

Comment un simple intermède et une succession de coïncidences pas tout à fait anodines vont bouleverser le quotidien et l’avenir de June ?

 

Quand le dialogue semble être à sens unique, Ryan sera-t-il prêt à accepter de perdre un bonheur qui sonne comme une évidence ?


Eva DE KERLAN signe une histoire où tous les ingrédients fonctionnent parfaitement pour une lecture agréable et fluide. Dans un monde des affaires où tous les coups sont permis, impossible de lâcher ce roman avant le mot fin. Strass, paillettes, glamour, amour, complots, rivalités, jalousie, espoirs, doutes et désillusions ; tout est là. Rien de compliqué avec un schéma classique mais oh combien efficace. Surtout, je suppose, pour les amatrices du jeu du même nom.

 

Vous ajoutez à cela, une bonne dose de sensualité pour des scènes très bien écrites et agréables à découvrir, c’est un très bon moment de lecture qui s’annonce.

www.kizoa.plcollage_2019-12-01_17-36-59.jpg

Quelques petites choses m’ont toutefois échappé notamment concernant les menaces de rivaux en affaire. Comme une impression que le sujet a été survolé sans être vraiment approfondi. Je n’ai pas saisi les tenants et les aboutissants de ce côté intrigue de l’histoire. J’ai aussi été un peu perturbée par le personnage de Jake – le chauffeur de Ryan - et de ses sentiments. Là aussi, la perplexité m’a accompagné jusqu’à la fin. Je me demande vraiment si ma lecture n’aurait pas été différente si je m’étais trouvée du côté « joueuse » avant d’être « lectrice » ?

 

A mon sens, le côté romance a été vraiment exploité comme il le fallait ; mais les autres aspects de l’histoire ont été un peu survolés. Quand je suis arrivée à la fin, je me suis dit « ah mince, c’est déjà fini ». Et suis restée avec quelques questions sans réponse. C’est dommage mais il n’empêche que j’ai bien aimé me fondre dans cet univers. Je reste convaincue que si j’avais ignoré, dès le départ, le côté « jeu vidéo » de l’histoire, ma lecture aurait pu être différente. Un peu comme un grain de sable qui vient enrailler le mécanisme.


La belle surprise reste le chapitre bonus écrit par Claire ZAMORA qui m’a presque réconciliée avec ce personnage de l’histoire qui m’agaçait un peu. Vous ne saurez pas qui bien sûr. Le passé n’excuse pas certains comportements ou actes mais en connaître les dessous facilite la compréhension. Et ce chapitre était parfaitement légitime et nécessaire pour clore cette histoire à découvrir pour les amatrices du genre et fidèles du jeu.


01/12/2019
0 Poster un commentaire