Mille livres en tête

Mille livres en tête

Ma pire ennemie / Tara JONES

www.kizoa.plcollage_2020-04-03_23-45-17.jpg
Tara JONES est une auteure à la plume diversifiée. Je l'avais découverte avec "Voyage interdit", puis avec "Le Contrat" ; 2 histoires, 2 univers différents, 2 cordes différentes sur un arc d’écriture qui ne demande qu'à grandir. Jamais 2 sans 3 ! Elle en ajoute donc une 3ème en retrouvant son lectorat avec "Ma pire ennemie" qui nous emmène dans un univers bien trouvé. Quel univers oh combien atypique ! Soyons honnête, la couverture est sublime mais après lecture, ce choix de roses fanées ne me parle pas plus que ça. J’ai peut-être manqué un détail qui l’explique mais qu’importe !


C'est dans un moment d'hésitation, dicté par une peur panique d'un monde extérieur hostile, que je rencontre Joanna, jeune institutrice qui aime son métier plus que tout. A tout juste 21 ans, elle porte, sur ses épaules, le lourd poids des erreurs du passé d'une mère dénuée de tout amour maternel, qui n'a jamais accordé d’attention ou de gestes tendres à son enfant. Et qui, dès son plus jeune âge, lui a fait vivre une enfance loin d’être rose.

 

« Maman est toujours fâchée… peut-être que si j’étais plus grande, elle serait moins fâchée ? Il faut que je grandisse encore »


Ce fardeau  a pris une autre dimension, depuis que Joanna sait que sa mère est une meurtrière en série. Et quand on porte le même nom de famille d'une criminelle qui a défrayé les chroniques judiciaires, la vie ne peut plus être un long fleuve tranquille. Les pires conséquences s'enchaînent jusqu'à la perte de cet emploi qui lui tient tant à cœur. Victime collatérale de la médiatisation de cette affaire, elle va devoir, malgré tout, trouver un nouveau travail et vite. Sauf que rien n'est facile lorsqu'on est la fille de Lucy RICHARDSON et qu'en plus on est métisse. A moins de changer d’identité pour trouver une issue.


A l'occasion de son anniversaire et accompagnée de son meilleur ami Cooper, Joanna se rend dans le très fréquenté bar "Le W.A.M" pour une soirée qui va bouleverser sa vie en bien des manières. Une rencontre éphémère avec un beau ténébreux, un bref contact et une chance à saisir pour un poste vacant, de serveuse, que demander de plus !

 

"Une main se pose sur mon bras. Une main inconnue. Étrangère. J'ai une réaction épidermique instantanée. Ma respiration se bloque. Je baisse les yeux sur la main tandis que mon corps entier se raidit. Je suis tétanisé. Pétrifié par la réaction que cette peau sur la mienne a déclenchée. Je me demande si elle aussi l'a ressentie"


Sauf que le beau ténébreux en question c'est Scott, patron du bar. Homme taciturne et renfermé sur lui-même depuis un drame personnel, il évite tous contacts physiques. Il a perdu goût à beaucoup de choses, au grand désarroi de ses frères & sœurs et de son ami et associé, Nathan. Mais sa rencontre avec Joanna va rallumer en lui une petite flamme éteinte depuis bien longtemps. De là à crier victoire, c’est un peu tôt ; mais c’est un début. Dès lors qu’ils vont devoir travailler ensemble, la période d’apprivoisement pourrait bien s’avérer longue et mouvementée. Bienvenue à la Nouvelle-Orléans !!!!

 

Le passé de Joanna va-t-il enfin s’éloigner pour laisser la place à un avenir plus serein ?

Où n’est-ce que la partie immergée de quelque chose qui s’annonce plus sombre et plus douloureux ?

 


Tara JONES fait un retour remarqué en prenant le risque de bousculer la New Romance classique. Et j’adore ça ! Cette héroïne dont l’histoire va se dessiner, tout au long de ce roman, peut sembler classique. Sauf que « classique » n’est certainement pas un mot qui fait partie du vocabulaire de cette auteure. Joanna pourrait avoir une petite vie tranquille mais ce serait trop simple ! Alors quoi de mieux que de lui attribuer une mère meurtrière en série pour sortir de la romance basique. Personnellement, je ne vois pas ce qui pourrait être imaginé de plus fou !

 

A partir de cette base peu commune, ce sont les petites ramifications d’un thriller light qui se dessinent. Et j’aime beaucoup que, pour ce qui se classe dans le genre New Romance, d’autres pistes soient explorées. C’est ça qui fait, selon moi, qu’une lecture peut être menée à son terme sans avoir le sentiment de s’ennuyer. Et lorsque l’auteure ajoute un soupçon de sensualité, de tendresse et de joutes verbales qui prêtent à de beaux moments de sourire, l’ensemble est plus que réussi.

 

« Le contact de ses mains sur moi me perturbe déjà bien assez, tout comme le désir que je lis dans son regard et qui me tétanise. Pourtant, ce qui m’ébranle le plus, c’est la tendresse qui s’y mêle. On ne m’a jamais regardée avec une telle ferveur. Une telle attente »

 

Je ne vais pas vous dévoiler les thèmes de ce roman mais ces derniers sont développés de manière cohérente et leur association permet d’aboutir à une belle histoire, bien addictive. Petit point négatif ressenti : j’ai identifié trop tôt une des pièces de ce puzzle. Mais attention : avec la plume de Tara JONES, certaines faiblesses peuvent se révéler de vraies forces ; un peu comme une tactique pour aller encore plus loin.

 

Les personnages de ce roman sont touchants ; ils ne pourraient en être autrement. Qu’on s’y attache, ou non, qu’on les comprenne ou non, la question n’est pas là ; les personnages de nos romans ne sont jamais parfaits. Scott et Joanna ne dérogent pas à cette règle. Ce qui est important c’est la répercussion que les faiblesses de l’un aura sur l’histoire de l’autre, et inversement. Ils ont des histoires différentes, certes, mais leur douleur, face à un manque commun, est de même intensité.

 

Chwww.kizoa.plcollage_2020-04-04_00-18-15.jpgacun vit avec des failles émotionnelles profondes, c’est indéniable. Mais c’est de celles de Joanna dont j’ai plus pris la mesure lorsque les souvenirs du passé se rappellent à elle. Peut-être est-ce aussi dû au fait que son entourage est moins étoffé que celui de Scott, qui lui a la chance d’être soutenu par plus de monde. Pour Joanna, seul Cooper, son meilleur ami, et Mozart, son chat sont ses repères. Donc, c’est le côté amitié qui domine son histoire contrairement à Scott, où la notion de famille est plus présente. Au final, on espère qu’une chose c’est que la noirceur, qui enveloppe leur âme ou leur cœur, s’estompe enfin. Mais attention : qui de la vérité ou de la mère de Joanna sera sa pire ennemie ? Et toute vérité est-elle bonne à dire ou facile à entendre ?

 

« Tu n’es pas responsable des actes de ta mère, tout comme je ne suis pas coupable de ceux de mon père. Ils nous ont laissé un héritage maudit, mais notre avenir ne dépend que de nous ! »

 

Au vu du synopsis, je redoutais un peu que le personnage qui est à la base de toute cette histoire soit trop présent et donc trop pesant au risque que ça perturbe ma lecture. Heureusement, Tara JONES a parfaitement su maîtriser ce côté-là pour éviter que ce personnage devienne principal et vole, à cette histoire, toute l’intensité, des émotions, qui la caractérise. Ce personnage ne mérite pas qu’on s’apitoie sur son sort tant on ne retient que la dureté de ses paroles et l’ignominie, la cruauté de ses actes qui ne seront pas sans conséquences psychologiques.

 

Tara JONES a su me toucher en plein cœur en traitant ce qu’il y a de plus beau et de plus pur : l’innocence de l’enfance. Avec une écriture percutante, de celle qui vous foudroie c’est sûr, mais oh combien efficace. Même si certains passages sont durs, ils ont le mérite de faire réfléchir aux limites à ne pas dépasser dès lors qu’on est bourreau ou celles à ne plus tolérer dès lors qu’on est victime. Une vraie réflexion sur le fond plus que sur la forme.

 

« La pendule dans mon dos se moque de moi avec son tic-tac…. Tic-tac…. tombera….. tombera pas. Si je tiens, il sera à moi. A moi ! Elle l’a dit. Il faut juste tenir. Je peux le faire. Elle sera fière de moi ! »

 

Mais, même si j'ai parfaitement compris tout le cheminement psychologique, elle a su aussi me "titiller" parfois avec Joanna qui court après des chimères et Scott qui fait preuve d'un égoïsme incroyable. T'inquiète Tara, ça agace sur le moment mais après ce n'est qu'un mauvais souvenir Rigolant

 

Telles certaines auteures qui ajoutent leur playlist à la fin du roman, Tara JONES a pris soin d'apporter sa petite « Tara’s touch » avec une « Note de l’auteure – Qu’est-ce qui a inspiré cette histoire ». La démarche est intéressante et je trouve que c’est une réelle marque de respect envers ses lectrices ; un peu comme une confidence à cœur ouvert qui livre ses émotions et ses motivations à vouloir traiter certains sujets. Digne d’une auteure qui prouve que ce qu’elle est, est égal à la qualité de sa plume : sincère et touchante.

  

Ce roman est l’illustration parfaite qu’un bon roman, New Romance ou autre, demande de l’amour et de la patience. J’ignore combien de temps cela a pris à Tara JONES pour parvenir à un résultat qui a su me faire passer, plus qu’un bon moment de lecture. C’est une auteure qui sait surprendre, qui sait se renouveler et qui sait se faire désirer mais avec quel talent au final ! Elle fait partie de ces auteures qui ne sortent pas un roman tous les deux mois, pour peaufiner un projet qui n’aura rien de commun. Et c’est pour ça que j’aime Tara JONES et la simplicité qu’elle sait garder malgré ce réel talent qu’elle a sous cette plume qui n’a pas d’égale.  



04/04/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres