Mille livres en tête

Mille livres en tête

Désirs défendus / F.V ESTYER

Ouvrir un ouvrage tel que celui de F.V ESTYER est un vrai challenge pour moi ; et encore plus lorsqu'il s'agit d'un Service Presse. Merci à Célia et les Editions Hugo/Fyctia pour m'avoir accordé à nouveau leur confiance.

 

En effet, le M/M est un univers littéraire que je ne connais absolument pas. Mais la beauté de la couverture m’a attiré et je suis donc rentrée en terrain inconnu pour découvrir ces "Désirs défendus".

 

Dès le 1er paragraphe, l'auteure nous plonge dans cet univers et impossible de s'y tromper. On y fait la connaissance de James, trentenaire et prof d'anglais, à la veille de la rentrée scolaire. En pleine dérive amoureuse, après la trahison d'Elias, son compagnon, il tente d'oublier son chagrin dans les bras de conquêtes éphémères. Dans ces étreintes charnelles bestiales, il n'y a aucune place pour les sentiments.

 

"Je préférais être malheureux avec lui, me contenter de petites touches de bonheur, que rester dévasté sans lui"

 

Nouvelle rentrée et nouveaux élèves, certes mais il va lui falloir affronter le regard de ses collègues.  Mais pas que.... Un simple regard échangé avec l'énigmatique Noah, élève de 20 ans, va mettre, encore plus, à mal les sentiments de James. Percer le secret de Noah va être sa priorité pour le protéger des démons qui le torturent. Mais surtout pour garder à l'esprit que l'interdit est bien là et que certaines limites morales ne peuvent être outrepassées. Mais il ne faudrait pas grand-chose pour devenir un hors-la-loi.

 

« Je préfère perdre ce boulot plutôt qu’attendre le jour où on m’apprendra que tu es mort »

 

Dans ce roman, l'auteure nous livre, pour James, un personnage attachant et tellement sensible. On cerne parfaitement la pureté et la sincérité de ses sentiments. Quand il aime, il se donne corps et âme. Et lorsqu'il souffre, on a qu'une envie c'est de le prendre dans nos bras pour le consoler. Et en opposition avec cette sensibilité, il est d'une force incroyable. Il est prêt à tout, il fonce sans trop réfléchir au risque d'aller au-devant des ennuis et de se sacrifier. Il est entier, autant en amour qu'en amitié. On peut lire en lui comme dans un livre ouvert.

 

"Parfois, on peut vous piétiner, vous mettre plus bas que terre, et pourtant, vous continuez à ramper.

Si faible. Je suis si faible. Et pathétique"

 

Quant à Noah, il est beaucoup plus difficile à cerner. Personnage discret, élève sérieux sans aucun problème apparent, il nous donne un peu de fil à retordre car l'auteur se garde bien de dévoiler son histoire, son vécu qu'on imagine plutôt sombre et douloureux sans savoir exactement ce qu'il en est. Une chose est sûre : il est sensible lui aussi mais cette sensibilité s'exprime et se ressent de manière différente.

 

"Une chose est certaine. Ce garçon m'intrigue, et j'espère parvenir à percer son mystère"

 

Pour certaines scènes, pas de dialogue nécessaire ; seul le langage des corps qui fusionnent à la perfection et la délicatesse des caresses suffisent à montrer l'intensité des étreintes et des sentiments. Malgré cela, je ne suis pas arrivée à trouver le romantisme (si ce n’est sur la fin) auquel je m’attendais. J’espérais un romantisme différent du genre M/F mais malheureusement les scènes de rapprochement intime ne me correspondaient pas car trop dans l’urgence, trop brutal à mon goût parfois.

 

Dans ce roman, il y a peu de personnages féminins mais un beau voyage au cœur de la capitale britannique aux multiples joyaux touristiques. J’y ai déambulé comme si j’y étais à nouveau (après l’avoir découverte il y a fort longtemps déjà). Enfin et surtout, l’auteure aborde des thèmes importants et forts qui sont très bien traités et mis en scène tels que la confiance que l'auteure traite de différentes manières : peut-on avoir à nouveau confiance en soi mais aussi avoir confiance en une autre histoire après avoir été trahi.

 

Au fil des chapitres, l'auteure sait parfaitement nous malmener de la même manière qu'elle malmène ses personnages. Comme eux, on passe par des moments de bonheur, de doute, d'incompréhension, de frustration. On aimerait devenir le guide éclairé qui saura leur faire prendre les bonnes décisions ou dire les mots justes. Mais malheureusement, on est seulement lecteur de l'histoire de ces deux êtres torturés.

 

La découverte de ce roman m’a réellement fait sortir de ma zone de confort dans laquelle j’évolue en général en matière de lecture. Je ne vais pas dire que j’ai eu un coup de cœur pour ce roman car ce serait mentir car c’est son environnement qui ne me correspond pas ; peut-être car je suis totalement novice en ce domaine.

 

Mais par contre, j’ai eu un réel coup de cœur pour le personnage de James que j’ai trouvé vraiment authentique. Je l’envie d’avoir su aller au-delà de ses limites, d’avoir cette force de se relever et d’y croire encore, qui le caractérise. Et aussi pour l’histoire de fond concernant Noah. Les thèmes de la maltraitance et de la violence suggérée, seulement, ont été parfaitement traités sans tomber dans quelque chose de trop trash. Enfin, j’ai eu un méga coup de pour Sam, le fidèle ami ; toujours là quoiqu’il arrive. Allez savoir pourquoi, à la découverte de ce personnage, l’image du policier des Village People s’est imposé à mon esprit. C’est étrange !

 

Même si mon ressenti n’aboutit pas à un coup de cœur, pour qui aime le genre M/M, cette histoire est à découvrir pour sa beauté mais surtout pour la très belle plume de cette auteure qui maîtrise parfaitement, à mon avis, ce style littéraire. Je ne sais pas s’il s’agit de son genre de prédilection mais je la découvrirais volontiers, à nouveau, dans un univers plus en adéquation avec mon âme de romantique classique.

 



29/07/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres