Mille livres en tête

Mille livres en tête

Le marchand de sable - T.1 / Alexia GAÏA

www.kizoa.com_collage_2019-05-30_06-49-20.jpgC’est un sacré challenge que je me suis lancé en prenant sous Service Presse, le dernier roman d’Alexia GAÏA qui  me force à sortir de ma zone de confort habituelle. Bien loin d’Adopted Love ou de Baby Random, l’auteure explore là un univers complexe et hautement audacieux. En tout cas pour moi, c’est un défi osé. Et je ne vous en dirai que très peu sur le déroulement de l’histoire car trop risqué de franchir la limite du spoiler. Je m’en tiendrais à mon ressenti.

 

Merci à Célia et Hugo Roman pour cette expédition en terres inconnues.

 

C'est dans un univers très particulier que j'ai été plongée dès le prologue qui donne le ton du livre. Deux personnages, très peu engageants, dont un mystérieux Mane, ouvrent les festivités quelques peu sombres de ce qui a tout l'air d'une vengeance à venir.

 

"Elle revient encore et toujours sur le tapis, comme ma pénitence éternelle. Elle est le fouet qui déchire ma peau"

 

Et lorsque je rencontre Nola, jeune étudiante à la fac, je sais déjà que ce n'est pas à ses côtés que je vais trouver, tout de suite, un peu de couleur. Chaque nuit dans ses rêves – ou cauchemars plutôt – le même homme vient violemment hanter ses songes : Mane - le Marchand de Sable -. La seule solution qu’elle ait trouvée pour éviter d’affronter cette épreuve qui la terrorise : dormir le moins possible. Mais lorsqu’elle croit voir cet homme dans les rues de Paris, comme la poursuivant, elle ne sait plus différencier les rêves de la réalité. Et autant dire que toute cette situation va avoir de sacrées conséquences sur son parcours scolaire : des notes en chute libre en mythologie nordique ; matière avec laquelle elle a un réel problème.

 

« C’est quoi ce délire ? Est-ce que je dors encore ? Est-ce que ce satané Marchand de sable va venir me hanter quand je suis éveillée maintenant ? »

 

Et elle va se trouver prise dans un tourbillon de situations irréelles, dépassant tout entendement et qui m’ont un peu perturbée ; moi qui ne suis pas une adepte de romans fantastiques et qui suis généralement bien ancrée dans la réalité.

 

« Comme allégée du poids qui pèse habituellement sur mes épaules, chacun de mes pas semble plus facile. Alors qu’en temps normal, je déteste marcher »

 

Et pourtant……. j’ai adoré cette lecture ; j’en suis moi-même très étonnée. Je n’ai eu aucun mal à lire d’une traite cette histoire très bien écrite, truffée de plein de détails indispensables pour sa compréhension et surtout très addictive. Entre monde réel et monde surnaturel, j’ai navigué avec délice aux rythmes des rêves  et des découvertes de Nola. Ce que je craignais sombre, au début de ma lecture, est finalement une belle révélation avec des échanges parfois incisifs et une petite touche d’humour qui apporte une certaine légèreté et un peu de pep’s.

 

« Mais il n’est pas là pour des parties de jambes en l’air nocturnes…. Pourtant, vu son humeur, il pourrait tout à fait cacher des menottes et un fouet dans les poches de son jean »

 

Alors c’est vrai qu’il m’a fallu un temps d’adaptation car l’auteure n’amène pas forcément Mane – le Marchand de sable – comme un être avenant. Il est colérique, arrogant et un peu connard quand il est poussé à l’extrême. Et même si son physique est attrayant, je suis restée, le temps que l’histoire prenne tous son sens, focalisée sur le mauvais côté du personnage. Mais dans une narration à quasiment une voix, l’auteure lui accorde quelques chapitres qui ont leur importance pour renforcer l’histoire notamment sur le plan mythologique et pour le découvrir réellement. Et j’ai trouvé ça très judicieux.

.

Au fil de la lecture, les personnages se dévoilent tels que je ne l’aurais jamais imaginé et l’histoire s’éclaircit grâce au talent de l’auteure qui jongle admirablement entre rêve et réalité ou entre monde réel et monde imaginaire. Même si les noms à consonance nordiques ne sont pas simples à retenir, les enchaînements sont cohérents, les explications nécessaires sont parfaitement placées ; aucun faux pas qui ne m’a perdu en cours de route. Des passages à connotation un peu féérique, avec des paysages d’un autre monde, m’ont définitivement charmée.

 www.kizoa.com_collage_2019-05-30_08-33-07.jpg

Tous ses personnages sont à la fois attachants et déroutants. Il y Ella, l’amie étudiante un peu déjantée et décalée qui a un franc parler très brut et très fleuri. Mais aussi Kyle, sans qui le café quotidien de Nola n’aurait pas la même saveur et puis il y a la lumineuse et solaire, Melle SOL, la prof peu conventionnelle qui va tenter d’aider Nola à remonter la pente sur laquelle elle glisse lentement. Au travers de tous ces personnages, j’ai eu le sentiment que l’auteure avait parfaitement travaillé son sujet « mythologie nordique » car entre rêve et réalité, j’ai plongé en même temps que les héros ; ne sachant parfois même plus où je me trouvais. Et j’ai été emportée par la vraie légende du Marchand de Sable : tout en poésie et en romantisme, j’ai été conquise par ce passage.

 

Et surtout, je me suis rendue compte que cet univers est vraiment fascinant. J’aime bien les fées, les elfes et autres petites choses mignonettes mais sincèrement, je ne me suis jamais penchée sur quelque mythologie que ce soit. Eh ben finalement, lorsque le sujet est bien amené, bien développé, ça passe tout seul. Et avec moi, Alexia GAÏA a parfaitement réussi cet exercice.

 

Une chose est sûre, ce livre est bien loin de la traditionnelle histoire du Marchand de Sable ; il est à la portée de n’importe quel lectorat. Une très belle romance fantastique et une vraie quête de la vérité qui m’a emportée dans des sphères hors normes, au pays des Songes et de fabuleuses divinités . Mais comme dans le monde des humains, même pour eux rien ne semble simple et acquis. Et lorsque des divinités bien plus féroces et plus terrifiantes pourraient bien s’en mêler, que les éléments se déchaînent en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ça donne un livre bien difficile à lâcher.

 

« Une brusque rafale d’un vent glacial me percute soudain. Que se passe-t-il ? Il faisait si beau ! »

 

Alors lorsque « A suivre » apparaît sur une fin qui nous tient en apnée, un seul désir naît pour faire disparaître la frustration qui pointe : pouvoir être un dieu ou une déesse qui saurait avancer le temps pour découvrir la suite immédiatement.

 

La plume de l'auteure me semble monter encore d'un cran dans la qualité de l'écriture, sa maturité et l'imagination poétique dont elle fait preuve dans ce genre nouveau qu'elle explore. Même si je ne suis pas une adepte de ce style littéraire, je suis belle et bien conquise.

 

Alors, je ne suis certainement pas capable de subir un contrôle sur la mythologie nordique mais grâce à l’auteure et au récapitulatif – sur les dieux, déesses, les mondes, etc…. - qu’elle a soigneusement prévu à la fin de ce premier tome, je suis déjà prête à affronter la suite qui paraîtra le 27 juin 2019.



30/05/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres