Mille livres en tête

Mille livres en tête

Si seulement.....Un jour on se retrouvera / Magali INGUIMBERT

Il y a des films qu'on regarde encore et encore ; pour ma part, il y en a, oh oui.. Et il y a des livres qu'on lit une fois, puis deux, puis…. ; comme pour vérifier que le ressenti de la première lecture sera intact à la deuxième. L'histoire de Luke et Alyssa fait partie de ces livres. Et je peux dire qu'une seconde lecture m'a conforté dans ma première opinion. Tant pour les points de vue négatifs que positifs. Lu une première fois à sa sortie, je viens de le redécouvrir un an après.

 

L'histoire de Luke et Alyssa, surnommée Yale, plus tout à fait adolescents mais pas tout à fait adultes non plus, est une très belle histoire, très touchante. Elle fait partie de ces livres qui m'ont fait sourire, rire, enrager et pleurer aussi.

 

« Je me sens démunie, j’ai mal. Mon cœur ne sert qu’à me maintenir en vie. Je n’aurais jamais cru être aussi dépendante de quelqu’un ».

 

Alors oui, les personnages, de par leur jeunesse, sont, à première vue, un peu agaçants. Surtout elle, ALYSSA surnommée Yale, qui est le personnage féminin type : étudiante brillante et studieuse, elle a connu des amourettes sans importance et n'a jamais franchi LE PAS. Elle rêve désespérément au grand amour qui, pour elle a les traits de LUKE. Lui, son ami d'enfance qui s'est éloigné peu à peu, semble l'avoir oublié ; jusqu'à la veille de leur départ à l'université.

 

"Qu'est-ce que cache ce revirement de comportement ?

Alyssa va-t-elle enfin vivre la belle histoire qu'elle attend depuis si longtemps ?

 

Les personnages sont majoritairement jeunes donc vu le contexte, on adhère ou on n'adhère pas. J'avoue qu'au début, j'ai eu un peu de mal avec le style d'écriture un peu " adolescente " qui malgré tout colle parfaitement avec l'histoire ; en général, ce n'est pas trop ma tasse de thé. Puis je me suis rendue compte qu'au fil de l'évolution de l'histoire, l'écriture évoluait elle aussi. Et la gêne d'abord ressentie a fait place à une immersion totale dans l'histoire.

 

“Tu es comme une sirène. Ma sirène, et je ne peux absolument pas résister à ton chant”

 

Comme souvent avec ce style de personnage, j'ai eu envie de rentrer dans l'histoire pour les secouer. Tour à tour, j'ai détesté et aimé Luke. Je l'ai trouvé assez égoïste par moments, soufflant le chaud et le froid ; mais tellement touchant et craquant dans d'autres situations. Alyssa, que dire d'elle ? L'évolution de son personnage m'a agréablement surprise : de la jeune fille timide et réservée du début du roman, elle a su gagné en caractère et en maturité. J'aurais quand même aimé qu'elle s'affirme encore un peu plus pour se donner les moyens de pouvoir vivre l'histoire telle qu'elle le souhaite et qu'elle évite certaines situations qui m'ont laissée un peu perplexe.

 

L'écriture de l'auteure est simple mais efficace. La profondeur que prend l'histoire est agréable et fait oublier les aspects négatifs. Ce qui est à retenir c'est l'amour qui unit les personnages. Parfois mis à mal à cause d'incertitudes et de non-dits, j'ai aimé découvrir le cheminement qui s'opérait dans l'esprit d'Alyssa et de Luke. Mais si l'auteure avait fait une place à l'avis de Luke, l'histoire aurait certainement gagné en force et en intensité.

 

Il y a une chose qui m'a frappé : ce sont les nombreuses références cinématographiques ou télévisuelles parsemées tout au long de l'histoire. Alyssa en est une grande consommatrice, ce qui est un peu normal. Même si ça peut être un peu pesant ou inapproprié dans certains passages, c'est véritablement incroyable ; quelle connaissance ! J'avoue que je ne les connaissais pas toutes mais bravo à Magali.

Et j'ai apprécié les morceaux musicaux auxquels il est régulièrement fait référence. J'adore ça dans un roman ; ça apporte un petit plus et ça permet de se composer des playlists sympathiques. Mais Magali, un petit rappel à la fin du livre aurait été très appréciable (du moins pour moi, qui n'ai rien noté).

 

Malgré les aspects négatifs que j'ai soulevés dans le premier roman publié par Magali INGUIMBERT, il y en a aussi des positifs, même très positifs qui font oublier le reste pour vivre l'histoire tout simplement.

 

J'ai pleuré, en le sentant venir progressivement, comme devant mon film préféré, Un automne à New-York et ça c'est très positif.

 

« C’est lorsqu’on vient de perdre ce qui nous est le plus cher que l’on s’aperçoit à quel point on y tenait »

 

Mais je n'ai aucun regret de l'avoir redécouvert car j'aime la plume de cette auteure, la fraîcheur qu'elle amène à son écriture malgré le côté poignant de l'histoire.

 

Pour un premier roman, l'exercice est réussi. Et pour l'avoir découverte dans ses romans suivants et pour avoir eu un réel coup de cœur pour " Christmas Hope ", je suis persuadée que c'est une auteure française qui mérite sa place en tant que telle et qui pourra réserver, prochainement, d'agréables surprises à ses lectrices.

 

« Je ne veux pas te perdre. Tu n’as toujours pas compris que c’est parce que je t’aime plus que l’amour lui-même ! J’ai l’impression d’être née pour t’aimer, tu as toujours été le centre de mon univers, toujours… Tu as toujours été la raison pour laquelle je me levais le matin, même encore aujourd’hui.»

 



27/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres