Mille livres en tête

Mille livres en tête

Calder & Eden - T.1 / Mia SHERIDAN

www.kizoa.plcollage_2020-03-18_10-55-38.jpg
D'un simple résumé naquit un coup de foudre ! Des coups de cœur, il y en a eu quelques-uns mais là j'avoue que l'histoire de Calder et Eden dépasse ce niveau.

 

Mia Sheridan est une auteure qui n'a rien à prouver en terme d'écriture. Je l'ai aimé dans toutes mes lectures signées de sa plume mais là, elle est vraiment sortie des sentiers battus en posant le décor de cette duologie dans un univers qui n'a rien de romantique, ni de commun en matière de romance. C’est donc tout naturellement, que je me suis lancée dans ce roman qui m’a happé dès les premières lignes.

 

Il y a des rencontres qui bouleversent une vie. Autant dans le bon sens que dans le mauvais. Ce n'est pas la jeune Eden, que l'on rencontre à 18 ans, qui dira le contraire. Le début de ce 1er tome nous plonge directement dans une histoire qui ne s’annonce pas forcément rose. A se demander si on va réellement pouvoir la classer dans une catégorie « Romance ».

 

Passé le prologue, la véritable histoire commence quelques années plus tôt, alors qu’Eden n’est encore qu’une fillette  de 7 ou 8 ans. Et le contexte dans lequel va se dérouler l’histoire m’a un peu surprise car peu commun : une communauté, Acadie,  – qui relève plus d’une secte - dirigée de main de fer par Hector BIAS, véritable gourou qui maintient ses 120 membres, en son sein, à coup de promesses hallucinantes tout en faisant régner une certaine terreur pour quiconque oserait lui tenir tête.

 

« Il y avait quelque chose dans son regard qui vous dévalorisait ; comme si vous ne méritiez pas de contempler trop longuement quelqu’un de si beau »

 

Et justement, parmi tous ses « fidèles », il y a Calder, jeune garçon de 10 ans, simple travailleur agricole « porteur d’eau » pris sous la coupe d’Hector, il y a quelques années. Son histoire est assez complexe et elle se dévoile au fil des pages et des chapitres ; au fil des années qui passent et qui vont transformer ce jeune garçon en un magnifique et déterminé jeune homme.

 

Déterminé, il l’est sans aucun doute. De sa rencontre et de ses relations grandissantes avec Eden, va naître une certitude : elle est l’élue de son cœur. Et la réciprocité s’applique pour Eden : ils sont faits pour vieillir ensemble. Sauf qu’il y a un mais….. : Eden est promise à Hector pour devenir sa femme à sa majorité et avant qu’une terrible prophétie, soi-disant décrétée par les dieux, s’abatte sur Acadie.

 

« Eden siègera à la place d’honneur durant toutes les assemblées du Temple et elle sera traitée avec respect et amour. Merci de l’accueillir avec l’adoration qu’elle mérite »

 

Pour pouvoir vivre cet amour interdit, une course contre le temps commence pour Eden et Calder qui vont braver, à leurs risques et périls, les interdits et les tout-puissants de la communauté.

 

Ils vont devoir affronter des moments durs  - d’une cruauté sans limite parfois - tout en vivant un amour pur à l’abri des regards. Ils n’auront plus qu’un seul but : œuvrer ensemble pour un avenir meilleur.

 

L’amour et le bien seront-ils plus forts que le mal ?

L’intensité de cet amour saura-t-il survivre à une fin qui s’annonce comme inéluctable ?

 

Dans ce premier tome, où l’alternance des interventions est primordiale, l’auteure nous offre une histoire avec des personnages d’une belle simplicité et pleins d’une touchante émotion. Mais comment des âmes aussi pures peuvent vivre dans un tel monde ? D’un côté, il y a la noirceur de ce monde que l’on croit voué à une fin apocalyptique. Et en parallèle, il y a cette bulle de douceur, une magnifique source d’eau, témoin de doux et tendres moments. C’est une belle opposition de deux mondes, pourtant si rapprochés, que l’auteure a su parfaitement mettre en avant pour alléger le climat oppressant qui règne au sein de la communauté. Comme des petits moments pour que les lectrices reprennent leur souffle et se remettent de leurs émotions.

 

Eden peut apparaître comme une petite chose fragile ; elle qui va porter un certain poids sur ses épaules d’enfant. Mais elle est intelligente, observatrice et déterminée. Elle va porter, à bout de cœur et conjointement avec Calder, son histoire comme pour mettre à mal la résignation qu’elle refuse. Calder partage les mêmes qualités qu’elle, prêt à supporter les pires souffrances ; ils étaient donc faits pour se rencontrer.

 

« Pourquoi ? Pourquoi l’avoir rendu si beau à mes yeux si je ne peux jamais l’avoir ? Pourquoi ? Pourquoi ? »

 

www.kizoa.plcollage_2020-03-18_11-12-00.jpg
L’auteur a subtilement travaillé tous ses personnages pour que la réalité de ce monde soit parfaitement en adéquation avec ce qu’on peut savoir sur le sujet délicat des sectes ; des adeptes qui vouent une reconnaissance sans faille à leur gourou en qui ils voient leur sauveur et qui croient, dur comme fer, à une fin qui ne peut que les emmener vers un au-delà de paix et d’amour. Plus d’une fois j’ai halluciné en lisant des passages qui, sans nul doute, se révèlent pouvant exister quelque part.  

 

Elle les fait évoluer dans un lieu clos, vivant en totale autarcie où le silence est d’or et où le hasard n’a pas sa place. Tout est planifié ; aucun grain de sable ne doit venir enrailler la machine parfaitement huilée.

 

Mia SHERIDAN aborde des thèmes forts comme la différence en donnant vie au très beau personnage de Maya, débordante d’amour pour son frère. Sa différence est sa force et comment ne pas ressentir la puissance de l’amour qui l’unit à Calder. Mais aussi l’amitié sans faille et sans limite avec le fidèle et sincère ami Xander.

 

« Quand on aime quelqu’un, on supporte tous ses défauts, même les plus bruyants »

 

Et elle traite de manière parfaite le thème de la folie, car oui il est bien question de folie dans ce livre. Je dirais même une folie complètement dingue et surréaliste. Le personnage d’Hector en est l’image même : il est abjecte, dur et comme synonyme de l’ignominie on pourrait citer son nom. Malgré tout, force est de constater que son personnage est un des piliers de l’histoire sans qui toute la trame ne pourrait être solide.

 

Ce roman est un condensé de souffrance, d’espoirs et de désillusions dans une quête de vérité. On peut y découvrir des choses aussi dures que d’autres seront magnifiques ; un contrebalancement parfaitement maîtrisé. Entre bonheur et tristesse, il n’y a qu’un pas. Au fil des pages et des chapitres, les années passent, les personnages grandissent, gagnent en maturité et leurs mentalités évoluent. Des prises de conscience s’installent et l’amitié fait place à un amour aussi pur que ses acteurs.  

 

Mais qui dit duologie, dit une fin de premier tome à rendre dingue la lectrice qui n’aura pas prévu la suite. Et quelle fin !



18/03/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres