Mille livres en tête

Mille livres en tête

Coeur à corps / Emilie COLLINS

 

En littérature, certain(e)s auteur(e)s s'en tiennent à un schéma qui a déjà fait ses preuves et qui leur a donc réussi. C'est bien dommage car la lassitude des lectrices peut s'installer. Mais Emilie COLLINS ne fait pas partie de ces auteures qui se reposent sur leurs acquis. Et elle nous le prouve, une fois encore, avec "Cœur à corps" son dernier roman paru chez &moi (dont le choix du titre a fait l’objet d’un vote des lectrices !) . Et c’est ce que j’aime chez elle. Toujours là où on ne l’attend pas.

 

 

Merci Emilie et &moi de m’avoir accordé à nouveau votre confiance.

 

Après m’avoir emportée dans un univers floral, odorant et dépaysant avec « L’autre chemin », puis dans un univers culinaire tout en gourmandise avec ‘Les délices d’Eve’ et son spin-off « Le goût de tes lèvres’, me voilà invitée à une petite séance photo (au casting de choix) pour un roman au style innovant.

 

Lorsque ce Service Presse m’a été proposé, je m’attendais à quelque chose de différent sans savoir en quoi exactement. C’était un peu flou dans mon esprit. Et dès les premières lignes, je me suis même demandé si je venais réellement d’ouvrir une romance. En effet, ce roman débute par ce qui s’apparente à une intrigue policière au cœur de laquelle se trouve Romane qui vient de perdre Charles, son petit ami, dans l’incendie de son atelier qui renfermait tous ses souvenirs familiaux. Derrière cet évènement se cache un autre mystère : celui d’une photo dérobée à Charles (ou pas, toute la question est là !).

 

« Notre atelier, c’était notre nid, notre refuge depuis notre naissance. C’est toute notre enfance qui a été soufflée.

J’ai l’impression d’avoir tout perdu »

 

Mais qui était réellement Charles ?

En recherchant certaines vérités, Romane saura-t-elle trouver qui elle est vraiment ?

 

L’écriture d’Emilie COLLINS est toujours de grande qualité ; c’est ce qui permet de progresser pas à pas dans cette quête de vérité à la recherche de laquelle part Romane. Ravagée par ce qui vient de bouleverser sa vie mais entourée d’une famille soudée, aux membres très hétéroclites, elle va se montrer tour à tour fragile, courageuse et volontaire mais surtout touchante. Elle va tout mettre en œuvre pour découvrir le fin mot de l’histoire. Quitte à se jeter dans la gueule d’un loup au charme qu’on imagine, sans peine, dévastateur qui répond au doux prénom d’Erik ? Photographe talentueux et très prisé il n’a pas forcément le beau rôle dans cette histoire car voleur de photo présumé (mais innocent jusqu’à ce que preuve soit faite). C’est par le biais d’un stratagème savamment imaginé (assez original, il fallait y penser !) que nous découvrons ce personnage dont on ne sait pas vraiment, de premier abord, si on doit l’aimer ou le détester. Sentiment étrange ; en tout cas pour moi qui ne me pose jamais ce genre de question.

 

« Je la dépasse d’une bonne tête et je connais très bien l’effet que mes yeux gris ardoise peuvent avoir sur certaines femmes »

 

Dès lors vont s’enchaîner des évènements comiques et romantiques avec cette pointe de sensualité 100% Made by Emilie. Mais aussi des évènements qu’on pourrait qualifier de « rebondissements » qui font qu’on se demande : Policier, romance ou tout simplement romance «policière ».

 

Ce roman, je peux le dire en toute franchise, m’a laissée indécise, un certain temps, quant à son genre. En effet, immergée dans les prémices d’une intrigue policière et dans une attente bien précise (certainement faussée dès le départ comme par un malentendu), je me suis laissée porter par les chapitres pour me rendre compte que finalement, j’avais tout faux ; une fausse route en bonne et due forme. En effet, le cheminement qu’a choisi l’auteure nous mène, bel et bien, vers la naissance d’une romance, comme il se doit, entre deux personnages qui étaient faits pour se rencontrer.

 

« Je croyais avoir perdu son parfum, la chaleur de son corps contre le mien. Je pensais ne plus jamais pouvoir dormir, hanté par son absence jusqu’à devenir fou »

 

Rythmée et agrémentée par la découverte des arts respectifs qu’Erik et Romane pratiquent avec succès – la photographie et la création de bijoux -, cette histoire est sans fioritures pour un résultat en toute simplicité mais efficace. Sans aucun temps mort, l’auteure sait capter encore plus notre attention grâce à un procédé assez nouveau – en tout cas, pour moi - dans ce genre littéraire : l’insertion, à bon escient, de clichés photographiques de grande qualité que l’on doit, en autre, au talentueux Erge qu’Emilie a associé à son écriture. Un duo de choc et de charme, parfaitement réussi.

 

Une belle part de fraîcheur et de légèreté est aussi apportée avec le personnage de Méline, sœur jumelle de Romane. J’ai adoré ce personnage au tempérament haut en couleur et qui n’a pas froid aux yeux. Audacieuse, fantasque, tellement spontanée et naturelle, elle m’a fait passer de réels bons moments ; ce qui est toujours plaisant et qui permet d’éviter une certaine monotonie qu’on peut retrouver parfois dans certains romans. Elle est cet élément familial indispensable qui porte un peu l’histoire sans voler la vedette à sa sœur, bien entendu.

 

« Je vais commencer à fureter. Nous sommes les sœurs STIMEC, la mort de Charles ne restera pas impunie. Endors-toi sur cette idée »

 

 

Dans ce roman, dont je ne vais pas tout vous dévoiler, bien entendu, il est important de souligner l’évolution de l’écriture et du style de l’auteure. De débuts très sages qui l’ont fait connaître auprès de ses lectrices, sa plume s’affirme encore plus et est encore plus « osée ».. D’un talent certain, elle associe les mots et les idées de manière attrayante et captivante. Un style d’écriture dont je ne me lasse pas.

 

A cela associée un peu de poésie imagée tant les descriptions notamment photographiques que nous offre l’auteure sont douces, sereines et facilement visualisables. Il en est de même lorsqu’il est question de couture : j’en aurai presque entendu le bruissement des étoffes et perçu leurs couleurs. Mais surtout et enfin, une poésie tout en tendresse lorsque les souvenirs d’enfance dévoilent certains aspects d’une vie familiale heureuse même si trop tôt interrompue. Un savoureux mélange de plusieurs éléments captivants fait de ce roman quelque chose de nouveau et de plaisant.

 

Comme tous les autres titres de l’auteure, il se laisse lire sans modération. Vous aimez cette plume ; vous aimerez « Cœur à corps ». Ce n’est pas du tout policier mais c’est tendre, frais, écrit comme il se doit. Mais surtout c’est Emilie COLLINS qui l’a écrit et ça c’est gage de qualité assurée (non, non Emilie, je ne te mets pas la pression) !.

 

 

 

 



02/06/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres