Mille livres en tête

Mille livres en tête

Cooper Training - T.2 : CALVIN / Maloria CASSIS

Une tuerie ! Un nouveau méga coup de cœur (si ce n’est plus) pour ce second roman de Maloria CASSIS ; tant j’ai adoré cette lecture.

 

Merci à Hugo Roman Poche et Fyctia pour ce Service Presse qui m’a littéralement transportée, du début à la fin, dans un sentiment de total bien-être.

 

Il faut dire que je l’attendais avec impatience ! Souvenez-vous ! J’avais eu un méga coup de cœur - eh oui, que de mega - pour l’histoire de Julian. Et c’est en toute logique qu’il ne m’a fallu que quelques heures d’une immersion intense dans l’univers de Calvin COOPER qui, comme son  jeune frère Julian – héro du premier tome de cette série – dirige une salle de sport. Mais ce n’est pas lui que j’ai rencontré en premier.

 

Mais Erin WILKINSON, une jeune femme de 20 ans, enceinte et éplorée après s’être fait mettre à la porte de chez son petit ami, mi-geek, mi-surfeur qui n’assume pas cette future paternité. Elle trouve refuge chez sa sœur Amy, précédemment rencontrée dans le tome 1, puisqu’elle partageait l’histoire de Julian.

 

Et c’est deux ans plus tard, à présent maman d’un adorable Léon, 18 mois, qu’elle m’a fait entrer dans sa nouvelle vie de femme indépendante, avec un nouvel appartement et un travail de vendeuse dans une boutique de vêtements luxueux. Je me suis vite rendue compte qu’Erin, malgré son jeune âge, est une jeune femme responsable et qu’elle a du caractère. Je serais même tentée de dire que la maternité lui a fait du bien, l’a fait grandir et surtout qu’elle lui va bien.

 

Pour subvenir, en toute indépendance, à ses besoins et à ceux de son fils, elle persiste dans un boulot où le moins que je puisse dire, c’est que rien ne lui est épargné. Et dans sa vie personnelle, elle est très patiente lorsqu’elle encaisse remarques et reproches de sa mère. Son seul vrai soutien, à ce stade, est sa sœur Amy.

 

« Elle trouve toujours le moyen de me rabrouer. Ma mère revient régulièrement à la charge pour me rappeler que je fais tout de travers »

 

C’est à l’occasion de son emménagement qu’elle rencontre les deux frères de Julian : CALVIN, le frère aîné et HARRY, le cadet « coureur de jupons » de la fratrie. Et autant dire que tous ses sens vont être en éveil, pour ne pas dire émoustillés, par Calvin, le Mr Muscles de la bande. Et autant dire que ça va démarrer très fort et très rapidement entre eux.

 

« S’il avait pu, il serait allé jusqu’à porter la camionnette de déménagement, j’en suis sûre ! Et moi, comme une gourde, j’ai laissé mon corps réagir à la moindre tension de ses biceps et au merveilleux rebondi de ses fesses moulées dans un petit short en jean »

 

Calvin, lui aussi papa d’une fillette de 5 ans, véritable dieu du sexe, ne cherche pas d’attache sentimentale, juste une sexfriend pour gagner du temps et aller droit à l’essentiel. Arrangement qui va convenir à Erin qui ne semble pas prête à prendre le risque de s’investir dans une relation qui pourrait faire ressurgir les rancœurs et les douleurs du passé. Etant bien entendu qu’il ne faudrait pas que le côté sexfriend se transforme en « plus, si affinités ».

 

« J’ai un agenda serré, alors si tu pouvais arrêter de parler et agir, ça m’arrangerait ! »

 

Ce qui s’annonce comme de simples parenthèses dans un quotidien surchargé, va donner lieu à une suite addictive de situations cocasses, sexy et torrides mais aussi poignantes et rageantes. Je suis allée de bonnes en mauvaises surprises ; certains secrets soigneusement cachés ayant décidé de jouer les entremetteurs pour faire ressurgir des fêlures. Je me suis retrouvée prise dans un ascenseur émotionnel avec l’impression qu’aucun arrêt n’était possible. Et lorsqu’un personnage du passé resurgit, en l’occurrence Nick, le papa de Léon, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Sincèrement, je ne pensais pas du tout à ce qui allait suivre. Autant dire, que j’ai été surprise par le choix de l'auteure.

 

« La peur de perdre l’homme qui me sert de modèle m’a rappelé que j’avais laissé tomber l’enfant pour qui je devais en incarner un »

 

Calvin, insupportablement sexy et drôle, brut de décoffrage dans ses comportements et paroles et très sûr de lui, m’a fait oscillé entre agacement et attendrissement. Mais aussi entre envie de lui mettre quelques claques. A bien y réfléchir, je ne me frotterais pas à lui, ancien boxeur :-D Par contre lorsque c’est le Calvin Papa qui est mis en avant, c’est craquage assuré. C’est connu : un homme seul avec un enfant ça attendrit et fait fondre la gente féminine.

 

« Putain, si, y’en a un, de souci ! J’ai une trique de malade à chaque fois que je pense à toi, et le destin s’acharne à me priver de ton corps »

Face à lui, les barrières d’Erin, nature et sans artifices, pourraient bien s’effondrer. Elle se montre tour à tour, pleine d’espoir ou de confusion, quant à la nature de cette relation et de son évolution. En proie à certains doutes face à certains comportements inattendus et incompréhensibles, elle sait compter sur le soutien d’Amy, sa sœur et de Maddie, une adorable tatoueuse qui va se révéler être la rencontre qu’il aurait été dommage, pour Erin, de passer à côté. J’ai adoré ce personnage qui sort un peu du lot des personnages secondaires classiques.

 

« Pourrait-il y avoir quelque chose de plus entre nous ? Suis-je prête à me remettre en couple et à prendre le risque de tout perdre à nouveau ? »

 

Erin, tout au long de l’histoire, sous des airs de femme fragile, va se révéler être un personnage attachant de par les sentiments qui l’animent et par cette force qui est la sienne malgré son jeune âge. Envers celle qui a mis sa vie entre parenthèse, au point d’oublier d’exister pour elle, je n’ai pu qu’avoir énormément d’empathie et de tendresse.  Au vu de son passé qui est dévoilé par touches ponctuelles et qui la poursuit dans son présent, dans la relation délicate qu’elle entretient avec sa mère. Et lorsque sur le chemin de sa vie, elle pourrait chuter, elle va faire face comme une battante. Touchante dans la relation fusionnelle qui l’unit à son fils, au travers d’adorables scènes, l’auteure lui a réservé une belle maturité en matière d’amour et de protection maternels en y ajoutant un petit grain de folie sympathique.

 

« L’amour que je porte à Léon est encore plus fort que mon envie de me venger »

 

Dans cette histoire à une voix, parfaitement cohérente, semée d’embûches, d’affrontements oraux ou charnels ou de ce qui peut s’apparenter à des sextos, comme je les aime, le rythme est soutenu et ne laisse place à aucune monotonie, ni temps mort.

 

Comme une belle leçon de vie et d'espoir, des thèmes forts comme le dépassement de soi, l’estime de soi, la monoparentalité, la famille, la peur de l’abandon ou de la déception y sont abordés et très bien traités. L’écriture légère et sans fioriture, que j’ai aimé retrouver, est un vrai régal pour les yeux et l’esprit. Des dialogues parfois incisifs mais tellement attrayants m’ont amenés à la dernière page sans que je m’en aperçoive.

 

Et là, je me suis rendue compte que j’avais perdu le match par K.O ; mais quelle belle défaite que j’accepte volontiers. Et je suis d’ores et déjà prête à affronter le 3ème et dernier frère, Harry, mais pour cela il faudra m’armer de patience.

 



20/05/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres