Mille livres en tête

Mille livres en tête

Don't break my heart / Audrey C.

1.png
C'est avec un immense plaisir que j'ai pu lire "Don't break my heart" de Audrey C. paru le 10/11/2021 chez Harper Collins dans la collection &h que je remercie infiniment pour leur confiance accordée via NetGalley.

 

Pour le résumé, c'est ici


Cette histoire est juste sublime. Autant dire qu'il ne m'a pas fallu longtemps pour découvrir ce parcours de reconstruction durant lequel on partage le quotidien d'Analia, 23 ans, danseuse professionnelle dont la vie a basculé le jour de son anniversaire lors d'un accident de voiture qui a coûté la vie à sa mère et lui a laissé des séquelles physiques et morales de taille.


Déjà éprouvée 7 ans auparavant par la rupture soudaine et inexpliquée d’avec son meilleur ami, Raphaël, à l’initiative de celui-ci, la jeune femme qui a toujours eu beaucoup de mal à se faire une place sociale voit là une nouvelle épreuve que la vie lui impose.

 

La reconstruction passe par un centre spécialisé en Gironde dans lequel elle va devoir appréhender cette nouvelle vie et ce handicap avec lequel elle doit à présent vivre. Mais comme si la vie ne l’avait pas assez mise à mal, ce n’est autre que face à son ex-meilleur ami, Raphaël donc, qu’Analia va se retrouver pour entamer le début de sa nouvelle vie.

 

Lorsque le passé choisi de s’inviter de la plus inattendue des manières dans un présent et un futur par avance durement éprouvés, il faudra beaucoup de force et de courage pour amener Analia sur le chemin, qui ne sera pas sans embûches, d’une reconstruction amplement méritée.

 

Dire que j’ai adoré cette histoire est bien en-dessous de la vérité. C’est vrai qu’il ne m’a fallu que quelques heures pour dévorer ce petit roman de moins de 300 pages ; mais quelques heures en complète immersion émotionnelle. Alors ça n’est pas un coup de cœur car il m’a manqué une chose essentielle dans ce type de schéma : des flash-backs dans le passé d’Analia et Raphaël durant leurs années de complicité enfantine. Même si on sait très vite le pourquoi de la rupture, les attentes, que j’avais sur cet aspect de l’histoire, n’ont pas été comblées malheureusement.

 

Ce sont des sujets forts et touchants qui servent de base à cette histoire toute en émotions. Le handicap, la confiance en soi et en les autres, le pardon, entre autres… Mais il y a aussi une belle part pour l’amour et l’amitié, sentiments s’écrivant ici tous les deux avec un grand A.

 

« Pour qu’arrivent de jolies choses, il suffit de s’entourer de belles personnes »

 

Nous ne sommes pas sur une histoire à suspense et à rebondissements en tous genres mais véritablement sur une histoire de vie. On se doute de la fin mais est-ce bien la fin qui est la plus importante ? Non. C’est tout le cheminement pour y arriver qui importe. Et c’est ce que j’ai vraiment aimé découvrir tout au long de ces mois durant lesquels on assiste aux grandes peines, aux inévitables moments de doute, aux petits bonheurs ou infimes victoires mais bien réels quand même, qui aident à avancer et à souder des êtres entre eux.

 

« Ne laisse pas la crainte du passé ou celle du futur te voler le bonheur du présent »

 

La manière dont commence le roman est essentielle – même si comme un sentiment de trop peu pour moi -. En seulement quelques lignes du prologue mon ressenti était déjà posé. En quelques phrases, je me suis attachée à ces enfants que tout sépare socialement mais dont l’intensité de l’amitié est déjà dessinée malgré leur jeune âge. Jusqu’au moment où…

 

« Sa phrase est comme un poignard lancé en plein cœur. Parce que je sens dans ses mots une sincérité destructrice. Parce que j’ai conscience que quoi que je dise, cela ne changera rien à la situation. On ne peut pas obliger une personne à nous aimer »

 


C’est au fil de plusieurs phases que se déroule cette histoire où la douceur et la patience prévalent sur tout ce qu’on peut trouver habituellement dans ce genre d’histoire où l’un a été blessé par l’autre. Je redoutais un peu l’état d’esprit du personnage féminin ; j’ai été rassurée. Alors oui, elle souffre d’un sentiment d’injustice et d’une profonde colère, elle a peur de l’abandon et de la trahison mais Analia est tout de même un très beau personnage qui illustre bien l’expression « il ne faut jamais se fier aux apparences ». Elle connait la valeur de la vie et de l’amitié ; ça le sera d’autant plus lorsqu’elle va rencontrer tous ceux qui, comme elles, - Clarisse, Samuel et Robert - ont été éprouvés physiquement et psychologiquement.

 

« Si j’avais su que tu serais mon kiné, jamais je ne serais venue ici ! Je ne veux pas avoir affaire à toi, alors, maintenant, dégage ! »

 

Pas de la même manière certes, mais éprouvé, Raphaël l’a été aussi, il y a 7 ans. Son amitié avec Alania a été mise à rude épreuve lorsque les deux enfants ont bien grandis. Il faut peu de choses pour comprendre Raphaël enfant puis adolescent mais aussi Raphaël devenu un homme beau et très compétent, qui n’a rien oublié. Et qui n’a finalement peut-être pas tant changé que ça.

 

Il est mon personnage coup de cœur de l’histoire car il rassemble tout ce que j’aime, bien loin des bads boys ou autres personnages masculins clichés. Comble du bonheur, l’auteure lui accorde des chapitres alternant avec ceux d’Alania. Et même si ça ne compense pas les moments passé6.pngs que j’aurais aimés, ces instants avec lui étaient indispensables – quoi que un peu plus nombreux ça aurait été encore mieux -.

 

« Si seulement elle me voyait avec mes yeux »

 

Dans ce roman, douceur et souffrance se côtoient au quotidien et j’ai vraiment aimé la relation qui va renaître et la manière dont Raphaël et Analia vont se révéler dans leurs gestes, dans leurs paroles, dans leurs actions et réactions. Au-delà de l’aspect rééducation physique pour lequel l’auteure n’a pas commis l’erreur d’en faire trop, c’est bien la notion psychologique et émotionnelle qui est développée et mise en avant.

 

On partage toutes les épreuves – bonnes ou mauvaises – qu’ils vont traverser, tellement tout est bien écrit. Je ne vais pas dire que j’ai pu comprendre la souffrance physique d’Aliana et tout ce qui découle de ce drame, mais j’ai pu la comprendre sur certains autres aspects. Par ses mots sur les maux d’Aliana, l’auteure va à l’essentiel ; il n’en fallait pas plus.  

 

Avec « Don’t break my heart », on est dans un style d’histoire que j’affectionne vraiment car toujours porteuse de nombreux messages, transmettant de belles valeurs, mettant en scène des personnages qui ne sont pas dans la surenchère irréelle et qui fait passer de vraies belles émotions tout en prenant son temps. Finalement, on est sur quelque chose – hormis l’aspect romancé – qui peut toucher n’importe qui un jour ou l’autre.

 

C’est vrai qu’il m’a manqué quelques petites choses pour que l’histoire réponde totalement à mes attentes mais c’est chipoter pour chipoter. Telle qu’elle a été présentée là, elle a quand même su me toucher de la plus belle des manières – à commencer par cette couverture magnifique, n’est-ce pas – et si vous aimez ce genre de roman, il est celui qu’il vous faut glisser dans votre P.AL. Alors, très bonne lecture !



21/11/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres