Mille livres en tête

Mille livres en tête

Flirting with 40 / K. BROMBERG

1.png
Ah le culte de la jeunesse – et accessoirement de la beauté - qui, au travers du dernier roman de K. BROMBERG montre bien que dans beaucoup de domaines, tout est une question d'âge et que ça peut faire des ravages ! Et il est intéressant et assez révélateur pour moi bien sûr, que cette histoire soit publiée par une maison d'édition telle que Hugo Roman dans la branche New Romance – ceci expliquant cela, serais-je tentée de dire - que je remercie infiniment pour l'envoi en Service Presse via Netgalley.


C'est sur un amer constat que la rencontre dans un bar se fait avec Blakely, presque quadragénaire qui tente d'oublier que sa vie prend l'eau, autant personnellement que professionnellement. Elle qui vise, au sein de son entreprise, LA promotion de toute une carrière, subit de plein fouet la pugnacité et l'arrivisme d'une jeunesse qui veut sa part de la réussite en n'hésitant devant aucun coup bas pour arriver à ses fins.

 

« On sait tous que tu fais partie des murs. Je n’ai pas besoin que tu en parles constamment devant mes nouvelles recrues. Franchement, ça te donne l’air démodée, et vu que c’est moi qui m’efforce en permanence de me battre pour toi, ça me rend les choses encore plus difficiles »


Rattrapée par l'âge et les clichés qui font naître en elle une dévalorisation certaine, sa rencontre, un soir de déprime, avec un bel inconnu ne va rien arranger. Beau, sexy en diable et bien plus jeune qu'elle, il est inconcevable qu'il soit sincère lorsqu'il s'intéresse à elle. Elle choisit donc de s'effacer pour ne retenir que son prénom, Slade, son métier, interne en chirurgie cardiaque et son visage.

 

« D’après ce que j’ai appris après avoir glissé un pied à contrecoeur dans le petit monde des rencontres, les types sympas, jeunes et séduisants comme lui ne s’intéressent pas aux femmes qui frôlent la quarantaine »


Mais quand l'attraction est plus forte, il faut s'autoriser à croire que la vie ne tient pas qu'à des à-priori. Et lorsque le destin décide de les mettre à nouveau sur la même route, peu importe ce qui peut advenir, même à 40 ans on a le droit au bonheur et à s'amuser comme à 20 ans. Et cela ne tient finalement qu'à peu de choses !


Entrons dans le vif de mon avis : j'ai adoré cette histoire que j'ai dévorée en quelques heures à peine. Et même si on est sur un thème qui n'a rien d'innovant, j'ai apprécié la manière dont l'auteure a abordé le sujet de la différence d'âge. Bon, on n'est pas sur un gros écart puisque seulement 9 ans séparent Blakely - 40 ans - et Slade - 31 ans -, donc rien de choquant. J'ai trouvé judicieux de ne pas en rajouter en évoquant trop ce thème qui finalement sert de base mais n'est pas tant présent que ça.


J'ai vraiment été touchée par le personnage de Blakely que j'ai trouvé très émouvante dans son ressenti face aux regards des autres et face aux préjugés qu'elle sent s'installer à l'approche de la quarantaine. Et dans ses contradictions oscillantes, entre incertitude et confiance.

 

« Une centaine de choses me viennent à l’esprit. La peau de mes jambes qui n’est plus aussi ferme qu’avant. Mon ventre qui n’est pas parfaitement plat comme le leur. Mes seins ne sont certainement pas aussi fermes qu’il y a dix ans. Toutes les imperfections que je discerne quand je m’examine dans un miroir résonnent dans ma tête, aussi fort qu’une sirène d’alarme »


J'ai une décennie de plus qu'elle mais je trouve que l'auteure, au travers de cette femme active qui a parfaitement réussi sa vie professionnelle jusqu'à ce que le poids des années prenne insidieusement le contrôle de sa vie, qui a parfaitement démontré ses compétences professionnelles et n'a normalement plus grand chose à prouver, a terriblement bien traité ce sujet qui peut se révéler délicat voire tabou. Et beaucoup de choses ont raisonnées en moi en découvrant et en accompagnant ce personnage fragile et pourtant si forte à la fois.


Il est clair que la rencontre avec cet inconnu est une sacrée belle base pour cette romance qui s'annonce assez vite mais dont le déroulé ne m'a pas chagrinée plus que ça. Je ne suis pas forcément team slow burn et logiquement, j'ai adoré la romance telle qu'elle se déroule et qui nous offre un personnage masculin qui flirte dangereusement avec l'homme idéal. Car Slade, c'est une manière de rassurer comme personne, d'être attentionné, de prendre les choses telles qu'elles viennent sans se soucier du regard des autres, de mettre de côté ses propres coups durs, bref... Et cette facilité à la répartie ! Grâce à lui, certaines scènes ont donné lieu à de francs moments de rire.

 

« Slade HENDERSON. Plus jeune que vous. Ça m’amuse de décoder les longues diatribes de la belle femme qui, par un heureux hasard, est assise à côté de moi au bar »

 

5.png
J’ai aimé aussi la manière dont K. BROMBERG a amené et a développé l’aspect professionnel qui n’est pas totalement étranger aux sentiments de Blakely. Et cette façon d’y associer une histoire romancée avec quelque chose de très tendance. Toute cette partie est attrayante et nous fait passer un plus que bon moment. Comment ne pas adorer et détester en même temps le personnage d’Heather qui est juste parfaite dans son rôle ? C’est typiquement le personnage contre lequel on aime à râler et qui rythme l’histoire. Et qui au final, cache aussi en elle, un petit quelque chose qui pourrait changer la donne dans l’histoire.

 

« Parce qu’il y a des gars sympas dehors, Blakely. Des gars qui interviennent et agissent comme il faut. Qui traitent bien les femmes, même si ce n’est pas la leur. Apparemment, tu ne les as jamais rencontrés ; mais moi, je sais pertinemment qu’ils existent »

 

Je ne suis pas une fervente lectrice de cette auteure puisque je n’ai pas lu tous ses romans, mais celui-ci est vraiment parfait. On y retrouve de belles répliques, une pointe d’humour et de légèreté, des situations qui donnent envie d’entrer dans l’histoire pour y remettre un peu d’ordre et surtout une belle romance qui n’est pas acquise d’avance. Et même si l’histoire ne ressort pas de manière marquante de tout ce qui parait en New Romance, je suis obligée de reconnaître que l’auteure m’a séduite car c’est original sans l’être dans l’excès. Juste ce qu’il faut pour amener à réflexion.

 

Un des thèmes forts de ce roman est bien évidemment l’estime de soi et la manière dont on se voit qui n’est pas toujours le reflet de ce que voient les autres. Et on ne peut pas rester insensible et ne pas faire le parallèle avec notre propre histoire si on se classe dans la même catégorie que Blakely. Et j’avoue que ça m’a interpellée plus d’une fois et pas forcément d’un point de vue positif. Le thème est vraiment bien travaillé, l’auteure ne tombe pas dans une surcharge où les clichés pourraient s’inviter et surtout ça ne prend pas le dessus de la romance. Bien au contraire, les deux s’associent parfaitement et composent un très bel ensemble.

 

« J’en ai marre d’être l’ex parfaite qui prétend que tout va bien et qui sanglote dans son oreiller la nuit parce qu’elle a raté sa vie de couple. J’en ai marre d’être la Blakely Foxx toujours prudente, toujours inquiète de ce que les autres pensent, qui ne supporte plus de subir la connerie des autres, mais qui sourit quand même »

 

Même si cette histoire laissera quelques traces en moi, qui y interprète d'autres choses alors que ce n’est qu’une romance, j’ai adoré cette lecture que je ne peux que classer en coup de cœur. Je pense qu’on est sur quelque chose de très différent que ce que K. BROMBERG a pu proposer à son lectorat français jusque là mais c’est une très belle romance à découvrir pour un bon moment de lecture en toute simplicité. Alors, très belle découverte !



01/05/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres