Mille livres en tête

Mille livres en tête

L'oiseau rare / Emilie COLLINS

L’auteure Emilie COLLINS n’est plus à présenter pour qui suit régulièrement son parcours. Elle fait partie de ces auteures que je peux lire sans me poser de questions ; et elles ne sont que 2, ces auteures. Alors lorsque la possibilité de découvrir, via Netgalley, son dernier roman « L’oiseau rare » s’est présentée, je n’ai pas réfléchi longtemps. Et c’est toujours, avec le même plaisir, que je me suis plongée dans cette nouvelle histoire qui m’a touchée dès que j’ai posé les yeux sur la couverture riche de douces promesses et que j’ai découvert le prénom du personnage féminin qui a une certaine résonnance en moi (surtout sachant ce qu’il signifie pour l’auteure).

 

Merci aux Editions BMR et à Netgalley pour ce très beau Service Presse !

 

Et pourtant, c'est sur un trottoir, sous une pluie battante et froide, que mon chemin a croisé celui de la douce et vulnérable Zélie, 26 ans et son adorable chienne Sita, en pleine détresse. Epuisée physiquement et moralement, c'est avec perte et fracas et sans attaches vers qui se tourner, qu'elle doit fuir une relation toxique qui n'a que trop durer.

 

Alors qu'elle roule vers une vie qu'elle espère meilleure, le destin va lui infliger une nouvelle épreuve : Sita va se faire renverser par une voiture. Le hasard faisant bien les choses, c'est un charmant vétérinaire, Mathias, 30 ans, qui va lui venir en aide. Et par la même occasion, elle va rencontrer Adélaïde, une adorable mamie pleine d'entrain. Mais rien n’est tout beau ou tout rose, ni simple, dans ce monde qui semble si parfait.

 

Que réserve, à nos personnages, une telle croisée des chemins ?

Quelle incidence aura le passé sur le futur des personnages ?

 

Ce roman est une vraie bouffée de bonheur et de bien-être. Bourré d’authenticité, autant dans la véracité et la cohérence de l’histoire que dans la qualité des personnages que l’auteure a su créer. A croire qu’elle s’est inspirée de personnages ayant réellement existés. Il n’y en a pas beaucoup mais ils composent tous un beau noyau au cœur de cet univers qui m’a tellement happée.

 

Mathias, le charmant vétérinaire épris de nature, est un vrai gentil que tout le monde, dans sa charmante bourgade, connaît et apprécie ; il a cette âme bienveillante à ne vouloir faire que le bien autour de lui, une sorte de héros des temps modernes. Il est patient, très altruiste, il a le respect de l’autre et sa grande bonté pourrait bien le perdre. J’ai adoré ce personnage qui aime les animaux (vu son métier, c’est un peu normal !) et qui ne trouve rien d’autre que de donner un nom d’oiseau à celle qu’il va recueillir, tel un oiseau tombé de son nid : Zélie, le moineau.        

 

« Je voudrais bien être cette opportunité qui te donne une seconde chance »

 

Eh oui, tel un oiseau fragile, Zélie est une jeune femme courageuse mais malmenée psychologiquement par une vie qui s’est imposée à elle tellement elle se sentait redevable envers un homme qui, au fil de la lecture, s’avère être très nocif tant le personnage est d’une noirceur morale désolante. L’amour est aveugle dit-on mais ce n’est pas tout à fait de ça qu’il s’agit ici. C’est un thème vrai et fort qui est abordé dans ce texte qui parfois s’avère très poignant. Le citer ce serait spoiler en beauté mais le talent de l’auteure est, justement, d’avoir semé, tout du long, des indices qui nous mènent à retrouver, dans une romance, un vrai sujet de société.

 

« Mais comment met-on une attelle sur le regard angoissé d’une jeune femme ? »

 

Tout son univers tourne autour de Sita, son adorable et fidèle chienne. Je suis toujours très sensible à la présence d’animaux dans les histoires ; j’en ai 3 adorables à la maison et je sais quelle place ils peuvent tenir dans notre vie, surtout dans les moments les plus délicats. Et dans ce roman, et dans la vie de Zélie, Sita est vraiment un personnage à part entière. Donc, impossible de ne pas la citer. Telle qu’elle est présente, tout au long de l’histoire, cela confirme bien que l’animal est le meilleur ami de l’homme, capable de ressentir le bon comme le mauvais. Avec un animal, on ne peut pas faire semblant ; rien ne peut le tromper.

 

« Elle est mon seul repère dans cette tourmente »

 

De même qu’avec un autre personnage clé de l’histoire que personne ne peut tromper non plus, et pas le moindre, la charmante et presque nonagénaire, Adélaïde ou Mamie Thym. Après avoir été touchée par ce qui m’a amené à la rencontrer, j’ai trouvé en elle ce personnage qui amène, à une histoire, sa petite touche de pep’s ; comme un petit grain de folie pour oublier les tracas de la vie. Personnage haut en couleur et en mots, je ne m’attendais pas à la tournure que prendrait sa présence dans l’histoire. Comme quoi, n’est pas toujours le plus anodin ce à quoi on peut penser. Au vu de son honorable âge, elle est un peu le point central ; celle qui relie tout ce petit monde. Ce personnage amène  une vraie dose de bonne humeur, de bonheur et d’expérience. Impossible de ne pas avoir un coup de cœur pour elle.

 

« Oh, ça va, je n’ai pas fait mes enfants avec mes oreilles, mon petit.

Je me doute bien qu’une journée pareille n’allait pas finir avec une partie de belote »

 

Et enfin, il y a les amis : Christophe, un des plus vieux copains de Mathias, coureur de jupons invétéré, Timoté le médecin et Christine, qui peut faire valoir sa légitimité en tant que personnage qui va se révéler avoir une place étonnante dans l’histoire. Là aussi, je n’ai pas vu venir ce que l’auteure lui réservait. Tout simplement, incroyable !

 

« Christine connaît des adresses fantastiques pour faire du shopping, mais j’ai dû la freiner un peu, elle se croyait dans Pretty Woman ! »

 

Telle une poésie, Emilie COLLINS, comme toujours, a associé à un vocabulaire expressif, la tendresse de sa plume qui donne tout son sens à la notion de romance. Ses personnages prennent vie sous les yeux de qui s’y attache ; leur authenticité est parfaitement retranscrite. Pas de chichis dans ce monde où toute cette joyeuse bande est on ne peut plus normale ; comme vous et moi. Le langage des corps a autant de poids que les mots eux-mêmes. Et ça peut amener à des situations frustrantes mais où la vraie personnalité, des êtres, ressort.

 

« Je vais respecter ce NON en attendant que les freins de desserrent et que les barrières tombent »

 

C’est justement ce qui différencie cette auteure des auteures de romance classique. Elle apporte cette touche de véracité à laquelle il m’était impossible de ne pas adhérer. Des personnages heureux, des personnages qui souffrent puis qui reprennent espoir, des personnages qui font des erreurs nécessaires à leur reconstruction ; des humains en somme qui ont tous en commun cette gentillesse qui devrait être une qualité innée et obligatoire chez l’homme.

 

Des sentiments vrais ressentis par les personnages ont fait émerger, en moi, des sentiments vraiment forts. Je me suis surprise, au contact d’Adélaïde, à éprouver une certaine nostalgie d’enfant. Cette grand-mère que tout le monde aimerait avoir ; cette grand-mère qu’on a toujours ou qu’on a perdu pour qui une pensée s’impose lors de cette lecture. C’est très bizarre comme sentiment car il en ressort, pour ma part, comme une sensation de bien-être, d’apaisement. Sigmund FREUD, es-tu là ? :-D

 

Dans cette histoire touchante, j’ai retrouvé Emilie COLLINS telle qu’elle m’avait plu dans ces précédents écrits. Celle qui apporte sa petite touche en prenant le soin d’inclure une légère parenthèse d’évasion entre Burkina Faso ou Patagonie. Mais attention, rien à voir avec « L’autre chemin » ; ne nous méprenons pas. Ou bien celle qui me fait découvrir des expressions ou mots qui me sont totalement inconnus : lanterner ou me cailler les meules. Ou celle qui m’a emmené découvrir, à travers le passé, la richesse et la beauté des gens d’avant.

 

Bien plus qu’un roman, cette histoire est riche de beaucoup d’émotions, de pureté des personnages, de passion qu’a mis l’auteure pour aboutir à un tel résultat et de sentiments vrais tels que l’amitié, l’amour, la famille, la souffrance, l’espérance, ….. ; j'en passe bien sûr car la liste serait longue.

 

« La gentillesse est une valeur souvent ridiculisée, et pourtant elle est si précieuse.

C’est elle qui fait de notre monde un endroit où il fait bon vivre »

 

C’est donc un très beau coup de cœur pour cette romance feel-good qui comme sa catégorie l’indique parfaitement : elle nous fait nous sentir bien. Et c’est justement là, qu’est le talent d’Emilie COLLINS : il y a toujours ce petit souffle d’espoir qui vient balayer certains de nos doutes. Elle arrive toujours à me surprendre mais arrivera-t-elle, un jour, à me décevoir : seul l’avenir me le dira. Pour le moment, je suis toujours conquise.

 

« La misère du monde n’est pas de dimension humaine » - Coluche

 



25/05/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres