Mille livres en tête

Mille livres en tête

Sister Pact / Isa LAWYERS & Samantha MORGAN

1.png
Vous aimez la romance ? Ok on est bien. Vous aimez le suspense, les enquêtes policières ? On est pas mal du tout. Alors si vous aimez les deux genres combinés, ne cherchez plus ; j'ai trouvé le duo gagnant pour 2021 : Sister Pact sous les plumes associées de Isa LAWYERS et Samantha MORGAN. Un énorme merci à Hugo Poche et Célia pour l'envoi papier de ce titre.


Des deux auteures, je ne connais qu'Isa LAWYERS que j'ai pu découvrir avec "Coupable I love you". Et j'avais hâte de la lire à nouveau, surtout après l'avoir rencontrée au dernier Festival New Romance en Octobre. Et n'ayant lu que très peu de 4 mains, j'étais d'autant plus impatiente de voir le résultat. J'ai adoré tous les moments passés avec ces personnages !!!! Et il y en a eu pas mal puisque l'histoire est vraiment complète.


C'est sur une base simple mais efficace que l'histoire démarre. Deux sœurs, unies par une complicité très forte mais de caractères totalement opposés jusque dans l'amour maternel qui les met en totale opposition.


Linda - Li - l'aînée, mise à l'écart par sa mère , cheffe de la Brigade des Stups à Paris se donne à fond dans son travail avec le gang des Tchétchènes qui sévit, notamment pour ne pas penser aux sentiments qu'elle éprouve pour son séduisant et sexy coéquipier mais néanmoins subalterne, Javier, à la réputation de tombeur.


Quant à Mareva - Mare - , la cadette, très proche de sa mère, elle reprend tout juste sa vie en main, en ouvrant sa boutique de DIY après une rupture douloureuse qui a laissé des traces émotionnelles indélébiles. Refaire confiance à un homme s'avère compliqué ; surtout lorsque s'installe en face d'un tatoueur, Call, qui ne fréquente pas que du beau monde et qui l'accueille un peu froidement.

 

« Je vais devoir cohabiter avec un acharné de l’aiguille. Rien que d’y penser, je frissonne. Comment peut-on s’infliger un truc pareil ? Rien que pour faire mes rappels de vaccin, je dois prendre des cachetons, alors me faire piquer pour le plaisir, jamais de la vie »


Lorsque sous une complicité indéniable se cachent malgré tout des secrets inavouables, il ne faudrait pas grand-chose pour que tout vole en éclat. Et lorsque la mafia russe s'invite, les dommages collatéraux pourraient bien ne pas être que négatifs et se révéler inattendus.


Bienvenue à Paris pour une découverte qui n'aura rien de touristique !


De temps en temps, j'aime bien me plonger dans ce genre d'histoire qui dénote de la romance classique. Et là, en à peine 10 pages, on a fait connaissance avec quasiment tous les personnages qui vont être acteurs de l'ensemble plus que bien développé et écrit. Et c'est un gros point positif car ce roman est une jolie brique de près de 800 pages et même si c'est un format poche, il vaut mieux aller à l'essentiel.


Et c'est exactement ce qu'ont fait, avec brio, les auteures qui, grâce à une alternance narrative parfaite, ont créé une succession cohérente de situations et de rebondissements, tant pour l'aspect romance que pour celui de l'enquête policière.


C'est probablement toujours risqué de bien doser deux genres dans un même roman, sans que l'un devienne plus envahissant que l'autre. Et là, même si tous les protagonistes vont se retrouver mêlés à cette enquête, le fait que les deux sœurs soient totalement différentes permet que les deux genres se fondent pour ne faire qu'un seul et même ensemble.


Quand 4 mains il y a, la question qui se pose c'est "à quelle écriture ai-je le plus adhérée / quel couple m'a le plus plu ?". Je suis bien embêtée pour le coup car, bien que je sache qui a écrit quoi, je ne trouve pas de différence de plume. Bon, je ne suis pas une pro mais, pour moi, il n'y a aucune impression de cassure de style et la lecture est donc parfaitement uniforme. J'étais tellement plongée dedans que ça a sûrement dû avoir une incidence sur ce point.


Même par rapport à la romance qui s'installe doucement, d'un côté comme de l'autre, il est difficile pour moi de choisir car même si les deux histoires ont des similitudes, en regardant bien elles ont quand même chacune leurs particularités propres.


Je dois être honnête, j'ai eu un gros coup de cœur pour le beau tatoueur black, Call. Pour peu qu'on le compare à Shemar MOORE et l'affaire est pliée. J'ai vraiment aimé le pourquoi de sa présence dans l'histoire et toute son évolution au fil des chapitres. Et sa relation, à haut risque, avec Mareva semble plus fragile et m'a donc forcément touchée.

 

« Tu resteras miss Chieuse, ascendante Casse-Couilles. Ah, et pour ta gouverne, je n’ai éprouvé aucun plaisir à coller ma main sur ton cul, je les préfère musclés »


6.png
Et pourtant, j'ai adoré Javier et l'évolution de sa relation interdite avec Linda qui est sa supérieure. Le côté décalé du flic chez les Stups, à la réputation de séducteur, seul fils aux côtés d'une flopée de sœurs et qui vit encore chez une mère surprotectrice, c'est tellement bien trouvé et j'ai adhéré à 100%.

 

« Ramer pour la récupérer, tu parles. Ce sont dix ans de galère qui m’attendent »


Idem pour les sœurs SORREL, elles sont tellement différentes dans leurs actions, leurs émotions et leurs réactions qu'il est impossible de choisir. Chacune a une souffrance dont l'autre ne sait rien. Au travers de leurs expériences et de leur parcours de vie jusque-là, les auteures abordent des sujets poignants et pas anodins qui ne peuvent que toucher. Et les mauvais moments étant bien moindres que les bons, je ne les ai pas trouvées agaçantes comme certains personnages qui ont aussi des failles mais qui appréhendent les choses différemment. C'est compliqué à expliquer mais toujours est-il qu'aucune ne m'a inspiré de sentiments négatifs.


Ce que j'ai particulièrement aimé c'est la qualité d'écriture en toute simplicité de ce roman. Rien n'est laissé au hasard, toutes les situations sont bien imaginées, amenées à point nommé dans l'histoire, les deux écritures sont parfaitement complémentaires et toutes les pièces s'imbriquent les unes dans les autres dans un rythme où il n'y a jamais de temps morts. Tout ça sans lourdeurs ou fioritures.


A cela, je rajouterais un très beau point positif, et pas des moindres : les répliques, dialogues et réparties qui agrémentent le tout. Elles alternent, comme pour parfaire l'histoire, entre douceur et force, joie et tristesse et sérieux et humour. Et peu importe la plume, c'est une très belle réussite.

 

« Je n’ai pas envie de te secouer comme une bouteille d’Orangina. Je préfère que la pulpe reste au fond de la bouteille »


Je suis réellement conquise par cette histoire que j'ai dévorée en à peine 3 jours. Je ne lis malheureusement pas 200 pages/heure et c'est donc un très bel exploit pour un livre d'une telle taille.


Mais il n'y a pas de mystère : ça ne tient qu'à la qualité des plumes et à la richesse du contenu. Alors si vous aimez ce style, vous avez deviné ce qu'il vous reste à faire ! Très belle lecture ! 



31/12/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres