Mille livres en tête

Mille livres en tête

Styx Riders - T.1 : La colère d'Hadès

1.png
Styx Riders ou comment la mythologie grecque peut être une affaire de famille !

 

Voilà 2 ans que j'ai découvert Kalypso CALDIN avec son précédent titre "Pour me sauver". Ça avait été un très joli coup de coeur et je ne pouvais pas ne pas être au rendez-vous de sa nouvelle saga New Romance dans le monde de bikers passionnés de mythologie grecque "Styx Riders".

 

Et quel excellent moment de lecture que la découverte de ce T.1 : La colère d'Hadès qui confirme mon réel plaisir à lire de la New Romance sur fond de mythologie.

 

Pour le résumé, c'est ici : Styx Riders - T.1 : Hadès

 

L'essai avait été tenté avec brio avec une autre auteure Hugo New Romance ; avec Kalypso CALDIN, c'est un essai plus que confirmé.

 

Le monde assez particulier des bikers, avec tout ce qu'il contient d'aspects parfois très négatifs - aurait pu m'effrayer mais lors de ma rencontre avec Ash DEVON, sergent d'armes chez les Styx Riders, le contact passe tout de suite. Bon, ne nous mentons pas : ce n'est pas un enfant de chœur.

 

Alors que son ex Shirley, qui l'avait abandonné au pied de l'autel il y a 10 ans déjà, refait surface à Black Lake, il semblerait que pour Ash, pas tant d'eau que ça n'a coulée sous les ponts. Il ne faudrait pas grand chose pour que la colère profondément ancrée en lui, explose et révèle la part la plus sombre de sa personnalité.

 

« La blague, bordel ! J’ai dû sacrément faire chier les dieux pour me prendre un tel revers »

 

Emprisonné dans des ténèbres douloureuses, il dévoue sa vie aux Styx Riders, dont son père Bradley est le président. Et à son salon de tatouage "Le Styx" dans lequel il peut dévoiler tous ses talents de dessinateur et laisser libre cours à sa passion pour la mythologie et exorciser les démons qui l'animent à une échelle que personne ne peut soupçonner.

 

Lorsqu'en parallèle, débarque une nouvelle venue en ville, Heden, jeune fleuriste amérindienne de 22 ans qui tombe en rade d'essence justement devant "Le purgatoire", fief des Styx Riders, la journée est définitivement à oublier pour Ash.

 

« L’inconnue n’a rien à faire au Purgatoire. Elle est à l’opposé des nanas qui transpirent la rébellion, le sexe et la témérité que l’on trouve ici »

 

L'attirance et l'alchimie sont immédiates mais lorsqu'Ash va découvrir qui est Heden et que la jeune femme prendra conscience de la part d'ombre qui entoure le séduisant tatoué, la donne pourrait être faussée et le jeu très loin d'être facile à remporter.

 

Dans le monde des Styx Riders, entre mythologie et réalité, il n'y a pas qu'un fleuve tranquille. Bienvenue dans un univers où aucune règle ne peut être changée et où l'amour n'a aucun pouvoir pour passer au-delà de certaines barrières solidement érigées.

 

Dans son monde où il n'y a pas de place à l'erreur, Ash trouvera-t-il la force d'affronter son passé pour régler ses comptes avec lui ?

Heden, qui est en partie étrangère à cet univers qui peut se révéler impitoyable, saura-t-elle trouver en elle toutes les ressources pour parvenir à dominer et vaincre les démons de Ash sans s'attirer les foudres d'un environnement surprotecteur ?

 

Je pourrais invoquer tous les dieux et déesses de la mythologie grecque (ou autre, peu importe) que ça ne suffirait pas à exprimer combien j'ai adoré ce premier tome de ce qui est pour l'instant une trilogie.

 

Il m'a fallu à peine une journée pour découvrir cette sublime histoire qui regroupe tout ce qui me fait vibrer en lecture. Pour un format broché de presque 500 pages, c'est assez exceptionnel pour moi.

 

Ce roman est vraiment très complet et tous les éléments qui le composent sont parfaitement dosés et répartis. D'un bout à l'autre de l'histoire, j'ai adoré me plonger dans cet univers bikers que je re-découvre à chaque plume différente. Chaque auteur se l'approprie à sa manière et c'est un peu comme si c'était une première fois pour moi, à chaque fois.

 

Le risque est grand de tomber sur une histoire dans laquelle les personnages sont assez clichés. On ne va pas se mentir : très souvent, dans l'esprit des gens, le blason des bikers aurait bien besoin de dorure supplémentaire.

 

Et bien là, pas besoin de rajouter quoi que ce soit à Ash et à ses frères d'armes. Les Styx Riders m'ont définitivement embarquée dans leur mode de vie. Dès la première ligne, "Putain de karma" le ton est donné et la suite laisse présager que l'ambiance s'annonce d'un niveau assez élevé.

 

« J’ai failli acheter des fleurs en écoutant ses conneries sur leur langage et tout le toutim. C’est dire à quel point je suis limite de me foutre une balle »

 

C'est dans une situation qui ne le montre pas au mieux de sa forme que Ash se trouve. La pire nouvelle qui pouvait lui être annoncée vient de tomber : son ex est revenue et mariée de surcroît. Quoi de pire pour celui qui a vécu le départ de celle-ci comme une trahison. Et chez les Styx Riders, la trahison n'a pas sa place.

 

Mais les femmes n'ont pas fini de lui en faire découdre lorsque qu'Heden débarque pour mettre le bazar dans sa vie et surtout dans son esprit.

 

« Entre cette meuf qui bouscule mon quotidien et celle revenue tout droit des enfers, ça promet une bonne journée de merde… »

 

Ah la la, Ash ! Même dans les moments les plus sombres, il est touchant et ô combien attirant - la couverture renversante l'illustre bien ! -. Il est entier, fidèle en amitié mais impitoyable en affaires avec un vocabulaire coloré - pour ne pas dire vulgaire - qui a toute sa place ici. Au fil de l'histoire, il alterne force assumée et sensibilité soigneusement dissimulée. Et l'auteure sait parfaitement jouer avec ses émotions et nous les faire ressentir.

 

« Cette rage, tu la trimballes depuis un bout de temps et je sais qu’elle peut vite te monter à la tête »

 

Sensibilité qui va se trouver exacerbée au contact d'Heden que tout le monde pense calme et douce, totalement étrangère à ce monde. De caractère opposé à celui de Ash, elle n'en est pas moins une femme qui a du répondant et qui ne se laisse pas dicter son parcours par qui que ce soit. Elle aussi cache une blessure difficilement cicatrisable ; même si ça n'est en rien comparable avec Ash.

 

Ce personnage est très bien pensé et construit et le fait qu'Heden soit fleuriste n'est peut-être pas anodin. Dès lors qu'elle va travailler dans une fleuristerie au nom de "Chez Perséphone",  le travail de l'auteure apparaît clairement comme recherché. Fait avéré ou coïncidence, je dis "Bravo Kalypso".

 

« Les divinités s’affrontent, l’une d’une obscurité pesante, l’autre aussi lumineuse qu’un soleil »

 

J'ai aimé la manière dont l'auteure nous fait partager la passion de Ash pour l'art, notamment la peinture de fresques. C'est sans aucun mal, grâce à des descriptions approfondies, qu'elle permet à notre imagination de visualiser ses créations. Et ça apporte une belle matière au thème de la mythologie qui ne prédomine pas heureusement.

 

8.png
Pour ce qui est du monde des bikers qui sert de toile de fond, j'ai apprécié le juste dosage utilisé par l'auteure. Et même si certaines situations rencontrées apparaissent un peu comme des clichés qui ont la vie dure dans ce style, elles apportent beaucoup de rythme à l'histoire sans aucune surcharge descriptive.

 

« Sa puissance déferle dans mes veines, me donne la sensation de pouvoir déier le temps et l’espace. C’est ce que j’aime le plus quand je conduis ma bécane : me perdre dans la vitesse, tout en gardant le contrôle »

 

L'histoire est joliment romancée par une relation qui, même si l'alchimie est rapide, se construit avec des échanges qui sous-entendent une belle complicité qui va évoluer à son rythme ; chacun respectant les besoins de l'autre et devant composer avec certains aléas.

 

Même si à première vue l'image de la femme n'est pas abordée sous son meilleur profil, au fil des pages on se rend compte qu'il faut être prudente et bien tout prendre en considération avant de soutenir que les bikers sont tous des obsédés portés sur leur moto, l'alcool et les femmes.

 

« Elle sait qui je suis, elle sait que je ne laisserai jamais tomber les Styx Riders ; pourtant, elle m’observe tout le temps comme si j’étais… une bonne personne ? »

 

Parce que clairement, ici, l'alternance de points de vue permet de bien cerner les pensées et le comportement de Ash qui, même s'il reste un homme, voit bien au-delà de tout ça.

 

Ce roman aborde un thème important : la famille. Qu'elle soit de sang ou de cœur, j'ai aimé la façon de traiter ce sujet, que ce soit du côté d'Heden ou de celui de Ash.

 

« Pour affronter les obstacles de la vie, il n’existe rien de mieux que le club, cette famille que je me suis choisie, composée de gros malades sur qui je peux compter »

 

La notion familiale est présente d'un bout à l'autre et montre bien que les bikers n'ont pas été oubliés par les sentiments. Et que même si certaines de leurs activités nécessitent des décisions radicales, ils ne sont pas nés sans cœur. La partie la plus touchante et émouvante est, pour moi, celle qui concerne Alex qui sera d'ailleurs le protagoniste du 2nd tome.

 

« Ce garçon est paumé, je sens une grande souffrance en lui et une solitude plus profonde encore. S’il a besoin d’une famille et qu’il prouve qu’il la mérite, je ne la lui refuserai pas »

 

Avec un roman au contenu aussi riche, il y aurait tant à dire. Mais ce qu'il faut retenir c'est que si vous aimez cet univers, il y a de fortes chances pour que vous succombiez à votre tour.

 

Car ce n'est pas juste une histoire de bikers ; il y a bien plus dans ce livre. Et je vous invite à découvrir, si ce n'est pas déjà fait, tout ce qu'il enferme. Très belle lecture !



25/08/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres