Mille livres en tête

Mille livres en tête

Superman, mon éditeur et moi / Audrey WOODHILL

Tout d'abord un grand merci à Stéphanie de Fyctia/Editions La Condamine pour l'envoi de ce Service Presse qui est mon tout premier. Merci pour sa confiance.

 

C'est vraiment par hasard, à l'occasion du début de ce partenariat, que j'ai découvert ce livre au titre accrocheur, à la couverture pleine de pep's et cette auteure totalement inconnue, Audrey WOODHILL.

 

Dès que j'ai pris connaissance du communiqué de presse, j'ai été vraiment tentée. Me voilà donc débarquée des bagages d'Aurore DUBOIS fraîchement arrivée aux Etats-Unis pour une tournée promotionnelle avant l'adaptation cinématographique de son livre best-seller, The star and me.

 

Bienvenue dans les dessous d’Hollywood, aux codes parfois impitoyables sous les strass et les paillettes !

 

Dès la première page, j'ai su que ce personnage féminin allait être haut en couleurs et ce n'est pas peu dire. Lorsqu'il est question de karma – bon ou mauvais -, Aurore en connaît un bout sur la question : Karma pourrait être son deuxième prénom.

 

 

« J’avais un karma si pourri que j’étais intimement convaincue d’être la réincarnation d’une terrible tueuse en série »

 

Dès le départ, j'ai adoré ce personnage tellement naturel et spontané, sans aucun filtre ce qui ajoute encore plus au fait que j'ai accroché si vite. Trentenaire, maman célibataire d’un garçonnet de 10 ans, la célébrité lui est tombée dessus alors qu’elle n’en espérait pas tant. Sa vie a changé du tout au tout ; mais est-ce réellement un bien ? Comme on dit souvent : on sait ce qu’on perd mais on ne sait pas ce qu’on gagne !

 

« Croire en mes rêves m’a déjà portée plus loin que je ne l’aurais imaginé. Croire en l’amour me mènera peut-être plus loin encore… »

 

Dans ce roman, comme le laisse deviner le titre évocateur, elle va croiser 2 personnages masculins clés :

 

  • le riche et prétentieux mais néanmoins sexy John, éditeur américain d'Aurore. Bon, j’avoue qu’il m’a un peu agacée car un peu envahissant à mon goût.

 

  • le célèbre et craquant acteur de Superman, James KNIGHT qui a inspiré le personnage masculin du livre à succès d'Aurore. Il est riche, il est célèbre et il pourrait "se la péter". Eh ben même pas. Un mec normal finalement avec un peu plus que Monsieur-tout-le-monde.

 

« Cette star à l’assurance impétueuse n’est finalement qu’un homme déraciné

qui a le mal du pays »

 

Il y a aussi les indispensables personnages secondaires qui participent grandement à la réussite d’un livre et de son histoire. Le premier, c’est la maman d’Aurore, grand-mère un peu décalée : impossible de ne pas arriver à imaginer ses tenues improbables. Et puis Mark. Plus qu’un simple garde du corps, il est le soutien insoupçonné d’Aurore. Enfin, il y a Léo, le garçonnet d’Aurore. Une de ses répliques m’a particulièrement touchée tant elle est bien écrite et pleine d’émotion et d’amour.

 

« Cet été tu étais malheureuse, on aurait dit que tu étais morte de l’intérieur. Alors que maintenant, on dirait que tu as des soleils à la place des yeux…  Si c’est grâce à lui, je veux le connaître »

 

Malgré un schéma assez classique et certains points un peu déjà vus, cette histoire est une vraie bouffée d’oxygène, qui fait du bien. Tels les mots sortis de la bouche de son héroïne, Audrey WOODHILL a « un style sans fioritures », d’une belle simplicité. C’est fluide et très addictif par le style léger et humoristique avec lequel ce livre a été écrit. L’idée de base est très bien trouvée car de la fiction à la réalité il n’y a qu’un pas: une jeune femme qui écrit sur une plateforme, qui remporte le succès et qui est repérée par une maison d’édition. Ca ne vous dit rien ?

 

Alors, bien sûr je n’ai pas ressenti toutes ces émotions – notamment les fameux papillons – et relevé toutes ces citations qui me font craquer et qu’il me faut habituellement pour en faire un coup de cœur.

 

Des « citas fun », il y en a et c’est ça qui fait la force de ce livre.  Qui le fait lire d’une traite car on en redemande à chaque chapitre. J’ai été totalement addicte à ce personnage féminin qui va vivre des situations comiques ou touchantes, qui n’a peur de rien, ni de personne. Et que n’importe qui aimerait avoir comme amie tant elle dégage une fraîcheur et une spontanéité incroyables.

 

« Et vous tous ici, je vais vous le dire une bonne fois pour toutes, oui j’ai écrit une romance érotique où mon héroïne s’éclate comme aucun de vous je suis sûre, ne l’a jamais fait, oui je suis devenue une célébrité et oui je sors avec un play-boy, et vous savez quoi ? Je vous emmerde ! »

 

Il y a un soupçon de poésie avec un écrit court certes mais tout simplement "WOUAHHH" que je nommerais "Sur le fil de la vie" et qu'il faut découvrir par soit-même pour en ressentir toute la beauté et l'intensité des mots.

 

Une chose que j’ai beaucoup aimé c’est que ce livre est truffé de plein de petites références télévisuelles, cinématographiques, publicitaires, littéraires, etc….  L’auteure a aussi inséré des comparaisons « intéressantes ».

 

« Je me revois encore découvrant, perplexe, toutes ces positions improbables aux noms aussi excitants que le journal télévisé de Jean-Pierre Pernaut »

 

Tout un tas de petits moments de bonheur et des sourires garantis parsemés de ci, de là, à point nommé. Cette auteure à une imagination qui doit tourner à une vitesse incroyable ; le rythme de ce roman est soutenu ; jamais il ne s’essoufle. On ne se lasse pas.

 

« Barett, la perfection au masculin ! »

 

D’autant que l’auteure a aussi donné un titre à chacun des chapitres – ce qu’on ne retrouve pas dans tous les romans - ; et certains sont réellement bien trouvés. Et assez hilarants. Je n’en ai manqué aucun et en ai relevé quelques-uns pour vous !

 

« No zob in job » / « Soupe au chou ou purée Mousline » / « Même pas peur »  /

« On se lève tous pour Danette » / « Appelez-moi Wonder Woman » / « Super-Enfoiré »

 

Comme le dit si bien le personnage d’Apollonia LACHAPELLE : « Qui suis-je, moi, pour dire que tel roman est meilleur qu’un autre ? » Une simple chroniqueuse qui, certes, n’a pas eu un coup de cœur foudroyant pour cette histoire – au sens où je l’entends habituellement - mais qui dit quand même un grand merci à cette auteure pour avoir croisé son chemin avec un livre qui lui a fait un bien fou à un moment clé ! Vous voulez passez un vrai bon moment, sans réfléchir, n’hésitez pas : ce livre est ce qu’il vous faut. Et je souhaite à Audrey WOODHILL, de connaître le même destin que son héroïne.

 



04/10/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres