Mille livres en tête

Mille livres en tête

The Cupidon Brothers - T.1 : Eros / Estelle EVERY

www.kizoa.plcollage_2020-07-19_10-45-02.jpg
Lorsqu’Estelle EVERY a annoncé la sortie du 1er tome de sa nouvelle saga « The Cupidon Brothers », autant dire que la couverture et le résumé ont fait leur petit effet. Bravo pour ces choix car j’ai craqué tout de suite (et je n’ai pas dû être la seule). C’est dans un tout autre genre que celui dans lequel j’ai connu Estelle, que j’ai eu plaisir à la retrouver au détour de ce Service Presse de dernière minute. Merci Estelle pour ta confiance.

 

Cupidon est à la mythologie romaine ce qu’Eros est à la mythologie grecque : le Dieu de l’amour. C’est sur cette idée originale que l’auteure a posé son histoire pour faire évoluer, en 7 tomes de type « novellas », le parcours des 7 frères CUPIDON.

 

Et c’est à Los Angeles qu’elle pose le décor de ce 1er tome qui nous fait rencontrer Eros ANGEL - de son vrai nom Eros CUPIDON -, ange déchu mais acteur principal dans une télénovellas, à succès, « à l’eau de rose », « Les brasiers de la passion ». Devant la caméra tout semble idéal ; dans les coulisses, c’est une autre histoire. Pour recentrer tout ce beau monde, la production fait appel à Daphné LAKE, coordinatrice en intimité – vous ne connaissiez pas ? Moi non plus -. On ne peut pas dire que son arrivée se fasse avec le meilleur accueil notamment venant d’Eros. Sauf que Daphné n’est pas une conquête éphémère qui se pâme devant lui dans un battement de cil ; loin de là. Et il pourrait bien être obligé de lâcher un peu de sa superbe.

 

Dans cette délicate mission, Daphné saura-t-elle se montrer à la hauteur et garder son sang-froid ?

Pour Eros, ne sera-t-elle qu’une énième conquête à épingler sur son tableau de chasse ?

 

Bien loin du style qui a lancé Estelle, dans le monde de l’écriture, « The Cupidon Brothers » se démarque par son originalité d’allier un peu de « fantastique » à cette romance. Ça n’est en rien une fantasy ou romance surnaturelle car le degré de surnaturel est vraiment très léger. Personnellement, ça m’a parfaitement convenu puisque je ne suis pas lectrice d’univers hors norme qui mettent mon attention et cerveau à rude épreuve.

 

Eros est un ange à l’apparence humaine angélique – attention, nous ne parlons pas des chérubins qui habituellement caractérisent les anges -, bel et bien composé de chair mais pas vraiment de sentiments humains (ou il les cache bien). Séducteur accompli, un poil prétentieux et imbu de sa personne, les femmes ne sont que des passades dans son lit et dans sa vie. S’attacher à l’une d’elle ne fait pas partie de ses plans de vie sur Terre. Côté relations, c’est compliqué : homme têtu, seul son avis et son point de vue comptent. Il dégage un petit quelque chose d’attirant ; et pourtant son comportement ne l’est pas du tout. Surtout lorsqu’une étrangère débarque et éveille en lui des sensations inconnues qu’il n’arrive pas à identifier, ça sème un peu la zizanie dans son esprit et dans son cœur. Et surtout, ça lui fait considérer sa vie sur Terre, d’une toute autre manière.

 

« Je ne suis pas du genre à douter et à me questionner. Je suis Eros, un ange, et je suis supérieur aux humains. Je n’ai donc rien à remettre en question »

 

Car Daphné n’a vraiment rien de commun avec les autres femmes : déjà de par son métier. Animée d’une belle empathie, elle a du caractère en n’ayant pas peur de dire les choses telles qu’elles sont – même à Eros -. Elle est là pour accomplir une mission professionnelle et elle compte bien la mener à bien sans se laisser déstabiliser. Même si Eros n’y met pas vraiment du sien, lui rendant la tâche plus délicate que prévue. Elle va devoir faire preuve de patience et de sang-froid pour prouver qu’elle a bien sa place dans cette équipe et pour dompter cet ange rebelle qui ne la laisse pas insensible.

 

« Mon corps m’envoie un message d’alerte qui me met sur le qui-vive. Il ne faut pas baisser ma garde, surtout quand il s’agit de lui. Jamais ! »

 

Estelle EVERY signe là un format original de lecture sur un thème que je n’avais jamais rencontré personnellement - attention, je ne dis pas que ça n'existe pas -. Elle met en scène des personnages qui sont aux antipodes l’un de l’autre et qui nous plongent donc dans une lecture très addictive. La seule chose qu’ils ont en commun c’est la famille mais avec une notion assez différente. Daphné a une sœur jumelle Penny, de laquelle elle est très proche ; Eros a 6 frères dont il n’est pas plus proche que ça. Et pourtant, Daphné et eux pourraient bien être la solution à ses « problèmes ».

 

Le format étant vraiment très court – 175 pages -, il est toujours délicat de se lancer sans avoir quelques appréhensions : la crainte première pouvant être la peur de la frustration. Et j’avoue que je suis agréablement surprise qu’en une histoire si condensée, Estelle soit arrivée à créer quelque chose de fluide et de cohérent. Elle ne s’est pas embarrassée de détails inutiles ; elle est allée droit au but.

 

Elle nous dévoile pas à pas, l’histoire d’Eros pour nous amener doucement vers le pourquoi de son comportement et de sa différence d’avec ses frères. Ce qui s’apparente fortement à de la souffrance émotionnelle soigneusement cachée pourrait bien se transformer en quelque chose de plus fort et de plus positif apportant la clé pour ouvrir ce cœur fermé à double tour.

 

« Il n’est pas humain. Ses ailes se déploient dans son dos et il flotte dans les airs. Je détourne les yeux de cette vision qui me fait mal »

 

www.kizoa.plcollage_2020-07-19_11-21-23.jpg
Elle ne nous met pas face à une romance qui démarre au quart de tour, comme par enchantement ; c’est bien plus subtil que ça et amené à un rythme parfaitement adapté. Avec des dialogues savoureux, des échanges piquants et provocateurs, nos deux protagonistes s’attirent et se repoussent en même temps ; l’un et l’autre n’arrivant pas à se cerner vraiment. On ne sait pas qui des deux sera le plus fort pour faire céder l’autre. On ajoute à cela la petite touche qu’apporte les nombreux personnages secondaires - notamment 4 des frères Cupidon que l’on découvre –, les rivalités attrayantes qui apportent le côté rebondissements et la qualité des répliques ou joutes verbales ; et l’histoire est parfaitement attractive.

 

« Mes pensées se tournent vers une petite brindille qui est entrée dans ma vie de manière plutôt abrupte. Daphné est différente des autres humaines parce qu’elle me résiste. Et ce n’est pas seulement le fait qu’elle refuse mes avances qui me perturbe »

 

Ce tome est une belle approche de ce qui nous attend par la suite avec les prochains frères ; un peu comme une délicieuse mise en bouche. La « fantasy touch » est parfaitement adaptée à un lectorat novice dans le genre car elle concerne seulement les frères Cupidon qui évolue dans notre monde bien réel. Et j’avoue que j’ai bien aimé tous les aspects de cette partie « fantasy » même s’il y en a un qui a un peu semé le doute dans mon esprit comme dans celui d’Eros. Et cette touche de poésie qui ressort de ce contexte si particulier, révélant comme une touchante douceur.

 

Avec ce nouvel écrit, Estelle EVERY prouve qu'elle est une auteure "multi-univers", qui sait brillamment mettre en scène et en mots, toutes les histoires qui fourmillent dans son esprit - sachant qu'un simple rouleau de papier toilette peut l'inspirer ! -.

 

Je me surprends à chaque lecture sortant de ma zone habituelle de confort et même si je regrette que ce 1er opus ne soit pas plus long – la fin m’ayant laissé sur ma faim -, Estelle est arrivée à m’emmener dans cet univers avec une facilité déconcertante pour moi. Elle ne m’a pas perdue en route et de la Terre au Paradis il n’a pas manqué grand-chose. J'atteindrais peut-être cette destination à la fin des 7 tomes

 

Maintenant, je n’ai qu’une hâte : découvrir la prochaine histoire, celle de Caleb dont on découvre quelques pages à la fin de ce 1er tome. Et je ne peux que vous conseiller de succomber, à votre tour, au charme déroutant d’Eros.

 

« J’ai compris que les hommes ne sont pas prêts à affronter certaines vérités. J’aimerai être celui qui ferait voler en éclats leurs certitudes mais j’ai conscience que je n’en ai pas le pouvoir »



19/07/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres